Les expositions à voir à la rentrée 2011

C'est la rentrée et donc l'ouverture de nouvelles expositions. Voici un sélection des expositions immanquables.

Petit guide des expositions parisiennes de la rentrée.

Luuk Wilmering

Une histoire naturelle est la première exposition monographique de Luuk Wilmering en France. A travers des installations, des collages, des photographies, des dessins et des peintures, on peut suivre l’évolution de l’artiste sur les douze dernières années. Né en 1957, cet artiste néerlandais aime se mettre au centre de son œuvre d’art mais dans une situation ordinaire. Pour la série Visiting Versailles et les Trianons mais aussi pour A Personal geographic , son point de départ est respectivement un guide touristique et un magazine. Il en récupère les images qu’il colorie et sur lesquelles il colle des photos du World Press Photo. Le résultat est surprenant : séduisant par ses couleurs mais déplaisent par ses contrastes.

INSTITUT NEERLANDAIS. Centre culturel des Pays Bas. 121, rue de Lille, Paris VIIe. 01 53 59 12 40. Jusqu’au 23 octobre.

José Medeiros

Dans le cadre de la Biennale des images Photoquai, la Maison de l’Amérique Latine présente les œuvres de José Medeiros. Chroniques brésiliennes est une rétrospective de ce photo-reporter des années 40-50. 160 photos sélectionnées en partenariat avec l’Institut Moreira Salles de Rio de Janeiro pour une exposition en deux parties sur le Brésil. La première est consacrée aux origines indiennes du pays mais aussi aux terres du Nordeste et de l’intérieur du pays. Toute une série relate une cérémonie d’initiation à la religion, le candomblé. La deuxième partie porte sur Rio et sa célébration dans les années 40-50 : vie mondaine, paysages urbains, personnalités…

MAISON DE L’AMERIQUE LATINE. 217, boulevard Saint Germain, Paris VIIe. 01 49 54 75 00. Jusqu’au 3 décembre.

Denis Dailleux

Le Ghana est l’un des ports d’attache de Denis Dailleux. Né en 1958, ce photographe installé au Caire a décidé de partir à la découverte du Ghana et de sa culture. Ces photographies sont liées à des rencontres. L’un de ses sujets de prédilections est devenu les pêcheurs. Au port de James Town, ancien quartier de la capitale, il trouve un mélange de couleurs très intéressant. Cette exposition présentera des travaux réalisés entre 2009 et 2011.

GALERIE CAMERA OBSCURA. 268, boulevard Raspail, Paris XIVe. 01 45 45 67 08. Jusqu’au 22 octobre.

Romy Schneider

L’Espace Landowski met à l’honneur Romy Schneider. Une occasion pour découvrir ou redécouvrir l’univers de l’actrice. Figure incontournable de son époque, l’exposition retracera le parcours hors du commun de cette comédienne allemande. Documents rares, objets personnels, souvenirs professionnels, photos et témoignages inédits ponctueront l’exposition. L’occasion de redécouvrir l’itinéraire de Romy Schneider peu de mois avant le 30e anniversaire de sa disparition.

ESPACE LANDOWSKI. 28, avenue André Morizet, 92100 Boulogne-Billancourt. 01 55 18 53 00. Jusqu’au 22 février.

John Pepper

Toujours dans la thématique des gens de la ville, le photographe John Pepper nous présente ici les Sans papier. Une vingtaine de tirages argentiques seront exposés à la galerie PHOTO4 pour son arrivée à Paris. L’exposition est actuellement visible à Rome et passera par Venise avant de s’envoler vers Saint Petersbourg. Par ailleurs, le livre du même titre sera présenté en exclusivité pour l’occasion.

GALERIE PHOTO4. 4 rue Bonaparte, Paris VIe. 01 43 54 23 03. Jusqu’au 8 octobre.

The Seabass

A l’occasion de la 13e édition du Prix de la Fondation d’entreprise Ricard, Eric Troncy a choisi le Seabass comme thème. The Seabass est un bar européen qui vit principalement en haute mer. L’exposition sera donc l’occasion de présenter les lauréats de cette année. Parmi eux, Loïc Raguénès qui travaille avec du crayon de couleur sur du papier. En face de lui, Corentin Grossman utilise lui aussi le papier en toile de fond mais rehaussée de crayon de couleur, d’aérographe ou de graphite. Quelques sculptures seront aussi présentées, réalisées par Erwan et Ronan Bouroullec. Seront aussi présents : Gaétan Brunet et Antoine Espinasseau, Erwan Frotin et Adrien Missika.

FONDATION D’ENTREPRISE RICARD. 12 rue Boissy d'Anglas, PARIS VIIIè. 01 53 30 88 00. Jusqu’au 29 octobre 2011.

Fra Angelico et les maîtres de la lumière

Pour la première fois en France, un musée expose les œuvres du peintre Fra Angelico. Le musée Jacquemart-André a voulu rendre hommage aux artistes qui ont marqué le passage du Moyen Age aux prémices de la Renaissance dans l’art. Pour l’occasion, 25 œuvres majeures de Fra Angelico seront exposées. A ses côtés, on retrouvera Lorenzo Monaco, Masolino, Paolo Uccello, Filippo Lippi ou Zanobi Strozzi, tous surnommés : "Maîtres de la lumière". Toutes ces œuvres rappellent la révolution artistique qu’a connue la ville de Florence au XVe siècle. Peintures, panneaux, fresques… En tout, une soixantaine d’œuvres seront présentées.

MUSEE JACQUEMART-ANDRE. 158, bd Haussmann Paris VIIIe. 01 45 62 11 59. Jusqu’au 16 janvier 2012.

Giacometti et les Etrusques

Les Etrusques ont provoqué un bouleversement considérable dans l’œuvre d’Alberto Giacometti. La connaissance de leur travail est une clé essentielle dans la compréhension de la forme la plus connue d’expression du sculpteur et peintre suisse. Aucune exposition n’a été présentée sur les Etrusques depuis 1955 à Paris. Or, c’est précisément cette dernière exposition qui a permis à Giacometti de les connaître. Leur art s’illustre par des sarcophages sculptés, des figures guerrières puissantes et des figures longilignes. Le sculpteur s’était même rendu à Volterra pour découvrir l’une des œuvres majeures de ces artistes : L'ombre du soir . La confrontation de ces artistes permet d’effectuer une nouvelle lecture de leur art.

PINACOTHEQUE DE PARIS. 28, Place de la Madeleine, Paris VIIIè. 01 42 68 02 01. Jusqu’au 8 janvier 2012.

Martin Gerboc

Iconoclasme (La Société du spectacle) est une exposition qui propose de découvrir Martin Gerboc, un artiste pour qui l’art n’est qu’un moyen de bousculer les consciences. Le but de cet artiste est de livrer des œuvres engagées pour une cause qui se veut sociale. Ces œuvres font souvent référence à la République de Weimar avec des symboles de l’Allemagne nazie, et aux cabarets. Les toiles sont construites de manière linéaire avec des mots forts qui ont pour but de déstabiliser : peur, colère, simulacre…

JAS GALLERY. 17 rue des Saints-Pères, Paris VIe. 01 64 63 88 12 07. Jusqu’au 30 octobre 2011.

Henriette Grindat

La maison de la photographie Robert Doisneau présente les œuvres de la photographe suisse, Henriette Grindat. Connue aussi bien pour ses reportages journalistiques dès 1949 mais aussi pour ses inventions d’images très inspirées des surréalistes. Ses photographies en noir et blanc représentent pour la plus part des scènes de rues à Paris, Ibiza, Lausanne…

MAISON DE LA PHOTOGRAPHIE ROBERT DOISNEAU. 1, rue de la Division du Général Leclerc, 94250 Gentilly. 01 55 01 04 86. Jusqu’au 29 janvier 2012.

Xavier Veilhan

Cette exposition invite à la découverte des nombreuses formes artistiques avec lesquelles joue Xavier Veilhan. La Galerie Perrotin a choisi d’exposer des œuvres connues et emblématiques de son travail mais aussi des œuvres inédites. « Orchestra » est une œuvre en elle même, puisque le parcours qu’elle constitue fait d’elle un ensemble.

GALERIE PERROTIN. 76, rue de Turenne, Paris IIIè. 01 42 16 79 79. Jusqu’au 12 novembre 2011.

Roma + Klein

La Maison européenne de la photographie, propose de découvrir une soixante de tirage grand format tirés pour l’exposition. On y découvre le parcours effectué par William Klein à Rome sur une invitation de Federico Fellini. Des photos du tournage « Les Noces de Cabiria » aux scènes de rues, on redécouvre l’Italie des années 56 à 60. Pour l’occasion, une réédition de l’ouvrage réalisé par l’artiste à l’aide de ses fresques sera disponible. Comme le disait le réalisateur : « Rome est un film, et Klein l’a réalisé. »

MAISON EUROPEENNE DE LA PHOTOGRAPHIE. 5/7, rue de Fourcy, Paris IVe. 01 44 78 75 00. Jusqu’au 8 janvier 2012.

Fabrice Hyber

Les toiles présentées dans cette exposition Inventions sont toutes des inédites qui ont été peintes en 2011. Dans cette nouvelle série, Fabrice Hyber revient à l’essence même de l’invention. Il tend à nous expliquer comment celle-ci prend place dans une œuvre mais aussi comment elle naît. Toutes les toiles sont composées de différentes techniques : dessin, collage, peinture… puis elles sont toutes entièrement recouvertes d’une résine Epoxy qui permet de révéler toutes les différentes étapes de la création par transparence et brillance.

GALERIE JEROME DE NOIRMONT. 38, avenue Matignon, Paris VIIIe. 01 42 89 89 00. Jusqu’au 27 octobre 2011.

Byung-Hun Min

La Galerie particulière a choisi de consacrer trois mois à une importante rétrospective de l’œuvre de Byung-Hun Min. Celle-ci se déroulera en deux expositions successives : la première sera consacrée à la nouvelle série de portraits et nus qui ont été réalisés entre 2008 et 2010. La seconde, sera composées de paysages et de nature, en revenant sur les vingt dernières années de création de l’artiste. Quel que soit le sujet, son travail reste en noir et blanc sans contrastes ni profondeur. L’artiste recherche l’uniformité du ton et la simplicité.

LA GALERIE PARTICULIERE. 16, rue du Perche, Paris IIIè. 01 48 74 28 40. Jusqu’au 31 décembre 2011.

Sources : paris.fr/culture, artmag.fr

Sur le même sujet