Chimay et Macquenoise : lieux de tournage de « Rien à déclarer »

La cité princière et le petit poste douanier du sud du Hainaut (Belgique) au centre de l'actualité cinématographique de ce mois de janvier 2011
165

« Rien à déclarer ? » était la phrase qu’ont prononcée des milliers de fois, les douaniers qui contrôlaient les voitures et les camions à la frontière franco-belge au cours de la seconde moitié du XXe siècle.

La dernière réalisation cinématographique de Dany Boon, auquel participent notamment Dany Boon lui-même (Mathias Ducatel), Benoit Poelvoorde (Ruben Vandevoorde), François Damiens et Olivier Gourmet (le prêtre), est sorti sur les écrans de Belgique et du nord de la France ce 26 janvier 2011 et sera dans les salles obscures de toute la France dès la semaine prochaine. Il raconte l’histoire de deux douaniers à la frontière franco-belge, qui doivent collaborer dans une équipe volante pour traquer des trafiquants qui tentent de franchir la frontière.

Le contexte de la fiction se situe pendant les fêtes de fin d’année, peu avant la suppression définitive des bureaux de douanes situés aux frontières des états de la zone Schengen. Le petit village de Macquenoise (Courquain - Koorkin dans le film), dans la commune de Momignies, en Belgique, a été choisi comme cadre pour le décor principal du film.

Historique du poste frontière de Macquenoise

Les postes de la douane belge à Macquenoise et de la douane française à Hirson se situent sur la route Charlemagne, que l’empereur des Francs parcourait pour rejoindre sa capitale d’Aix-la-Chapelle (Allemagne).

Le service de douane de Macquenoise fut installé en 1945, mais à cette époque, il n’y avait que des équipes itinérantes, qui parcouraient la frontière à vélo, de jour comme de nuit et par tous les temps. Puis, des bureaux furent construits en 1951. Avant que des autoroutes soient construites, la majorité du trafic routier entre le Benelux et la France passait par Macquenoise et Hirson.

L’économie qui tournait autour de cette frontière (pompes à essences, petits magasins, cafés-tabacs) a fait vivre la population locale jusqu’au 1er janvier 1993, lorsque les accords de Schengen sont entrés en vigueur, permettant la libre circulation des bien et des personnes dans les pays membres. Les bureaux de douane de Macquenoise et d’Hirson ont alors fermé définitivement. Cet événement marqua profondément les professionnels et les habitants de la région, car c’était la fin d’une époque de prospérité et le début d’un long sommeil pour ce pays campagnard.

La collégiale et la Grand Place de Chimay

Quelques scènes ont été tournées à Chimay , à une quinzaine de kilomètre de Maquenoise. La collégiale est régulièrement fréquentée par le personnage joué par Benoit Poelvoorde et est également le lieu de tournage de la messe de noël.

Juste à côté de la collégiale, la Grand Place de Chimay apparait également dans le film. C’est dans la rue d’Angleterre, toujours à Chimay, que sont tournées certaines scènes mettant en scène Louise, la sœur du douanier belge et fiancée du douanier français.

Un musée et un parcours touristique consacré au film

Le bâtiment de l’ancien poste de douane français devrait bientôt être transformé en musée. Il abritera une collection d’objets liés au tournage du film « Rien à déclarer », qui a permis de faire revivre la région pendant quelques semaines au début de l’année 2010.

Des circuits touristiques vont aussi être balisés pour guider les visiteurs sur les lieux de tournage à travers la région (Hirson, Chimay, Macquenoise ou encore Seloigne). Quant à la place de la douane de Macquenoise, elle pourrait bientôt porter le nom de Courquain.

Le site web www.courquain.com devrait également être bientôt activé.

Quelques articles parus dans la presse

Et soudain, Macquenoise devint Courquain…

Dany Boon et Benoit Poelvoorde, des Chtis à Chimay !

Les derniers lieux de tournage de Rien à Déclarer

Sur le même sujet