Gudéa, roi de la cité sumérienne de Lagash (Irak)

Un grand nombre de statues de Gudéa ont été retrouvées en Irak, lors des fouilles de Tello, l'antique Girsu, centre religieux du royaume de Lagash.
64

En sumérien, Gudéa signifie «Celui qui est nommé», «Celui qui est appelé». Ce nom résume bien la conception de la royauté chez ce peuple mésopotamien, pour qui le dieu principal de la ville désignait le roi qui occuperait le trône de la cité-état. Il s’agissait d’une monarchie théocratique, dans laquelle le clergé du temple de la divinité principale possédait autant de pouvoir que le souverain.

Dans le cas de Gudéa, c’est le dieu Ningirsu qui l’appela à régner sur Lagash. Il dirigea la cité vers 2141-2122 av. n. ère.

Dynastie de Gudéa

Gudéa était le gendre du roi Ur-Baba, qui avait entreprit de restaurer Girsu, incendiée et pillée dans la seconde moitié du XXIVe s. av. n. ère (fin de la période des royaumes archaïques) par Lugalzagesi, le roi d’Umma. Ur-Baba voulait rendre à son royaume sa splendeur passée.

Gudéa fut un grand bâtisseur. Il poursuivit l’œuvre d’Ur-Baba, restaurant et reconstruisant plusieurs temples du royaume, dont celui de Ningirsu, l’Eninnu. Il laissa des inscriptions expliquant son œuvre, fournissant ainsi de précieuses informations sur les rituels qui accompagnaient l’édification des temples sumériens.

Gudéa eut un fils, Ur-Ningirsu, qui lui succéda, ainsi qu’un petit-fils, Ugmé, qui occupa aussi le trône de Lagash. En 1932-1933, A. Parrot découvrit et dégagea leur sépulture.

Lagash et Girsu

Les noms modernes des sites archéologiques de Lagash sont Tello (Girsu) et El-Hibba (Lagash).

C’est Tello qui livra le plus de vestiges. Les fouilles de ce site furent entreprises par le diplomate français et archéologue amateur, Ernest Choquin de Sarzec. Il mena douze campagnes de fouilles entre 1878 et 1900.

Il avait été mis sur la piste de ce site par un négociant, J. Asfar, qui lui avait parlé de bustes en diorite et de briques portant des inscriptions, provenant de Tello.

Parmi les nombreuses découvertes que Sarzec eut la chance de faire à Tello, il y avait les vestiges de temples et de palais, des milliers de tablettes en écriture cunéiforme, la célèbre stèle des vautours du roi Eannatoum (vers 2450 av. n. ère), des statuettes en bronze, une statue colossale avec une inscription en cunéiforme sur une épaule, 2 gros cylindres en argile couverts d’inscriptions, un vase en argent du roi Entemena (vers 2400 av. n. ère), et des statues de Gudéa.

Après la mort de Sarzec, l’exploration de Lagash fut poursuivie par Gaston Cros, entre 1903 et 1909. Il découvrit de nouvelles statues en diorite de Gudéa et toujours de nombreuses tablettes en cunéiforme. De nouvelles fouilles françaises eurent encore lieu à partir de 1929.

El-Hibba a été fouillé par une mission allemande commandée par les musées royaux de Berlin à partir de 1886. Mais, à part la découverte de sépultures, les résultats ne furent pas ceux espérés.

Les portraits de Gudéa de Lagash

Plusieurs des statues représentant Gudéa découvertes à Girsu/Tello se trouvent aujourd’hui dans les collections orientales du musée du Louvre. Elles sont souvent sculptées dans la diorite, une pierre noire et dure, qui fut parfaitement polie.

Toutes ces statues avaient été placées dans les temples que le roi avait reconstruit. Il est toujours représenté debout ou assis, avec les mains jointes. Les visages, quand ils sont conservés, répondent aux canons de l’art sumérien. Chaque statue porte une tunique longue, qui dévoile l’épaule droite et couvre celle de gauche. Il porte, dans plusieurs cas, une coiffe formant un épais bandeau sur le front et couvrant partiellement les oreilles, d’autres fois il se présente tête nue et rasée.

Sur certaines statues assises, un plan repose sur ses genoux, témoignant du rôle d’architecte qu’a joué Gudéa.

Des inscriptions couvrent la partie inférieure de plusieurs statues, et parfois aussi une épaule.

Bibliographie

ANDRE-SALVINI (B.), "Gudea di Lagash, ritratto di un principe sumerico", dans L’arte nel Vicino Oriente antico, bellezza, rappresentazione, espressione, Atti del Convegno internazionale, Milano, 12 marzo 2005 , Milan, 2006, p. 23-45.

PILLET (M.), "Ernest de Sarzec, explorateur de Tello (1832-1901)", dans Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres , t. 102, 1958, p. 52-66.

ROUX (G.), La Mésopotamie , reéd., Paris, 1995.

SCHMÖKEL (H.), Sumer et la civilisation sumérienne , Paris, 1964.

SOLLBERGER (E.), "The rulers of Lagaš", dans Journal of Cuneiform Studies , t. 21, 1967, p. 279-291.

STEINKELLER (P.), "The date of Gudea and his dynasty", dans Jou rnal of cuneiform studies , t. 40, 1988, p. 47-53.

Sur le même sujet