La version sumérienne du récit du déluge et l'archéologie

Le récit mythologique du déluge s'appuierait-il sur des faits réels qui ont touchés la Mésopotamie à l'époque sumérienne ?
243

Le récit du déluge est raconté dans une tablette mythologique sumérienne. Il a ensuite été intégré dans la version akkadienne de l’Epopée de Gilgamesh . La seule tablette qui présente cet épisode en sumérien a été découverte à Nippur. Elle appartient à la collection de l’University museum de Philadelphie et a été publiée en 1914.

Le pays de Sumer avant le déluge, selon le mythe

Selon le mythe, il existait cinq cités dans le pays de Sumer avant que survienne le déluge. Elles étaient habitées par les hommes, que les dieux avaient créés pour les servir. Mais ces hommes étaient trop bruyants et dérangeaient les dieux. Ceux-ci, réunis en assemblée, prirent alors la décision de «détruire la semence du genre humain».

«Par notre … un déluge va envahir les centres du culte

Pour détruire la semence du genre humain …

Telle est la décision, le décret de l’assemblée des dieux.

Par l’ordre venu d’An et d’Enlil …,

Sa royauté, sa loi, un terme y sera mis»

L’histoire du déluge et le roi Ziousoudra

Cette grave décision chagrinait certains dieux, mais devait néanmoins être appliquée, puisqu’elle émanait de l’assemblée des dieux. C’est alors qu’un dieu, dont le nom n’est plus lisible dans la tablette, apparut en songe à Ziousoudra, un roi pieux. Il lui expliqua comment échapper au déluge et à la mort, en construisant un énorme bateau. Il lui demanda aussi d’embarquer avec lui des animaux et des végétaux. Ziousoudra appliqua les prescriptions du dieu et échappa aux destructions engendrées par le déluge.

«Toutes les tempêtes, d’une extraordinaire violence, firent rage en même temps.

Au même instant, le Déluge envahi les centres du culte.

Lorsque durant sept jours et sept nuits,

Le Déluge eut balayé la terre,

Et que l’énorme bateau eut été ballotté par les tempêtes sur les eaux,

Utu (le Soleil) sortit, lui qui dispense la lumière au ciel et sur la terre.

Ziusudra ouvrit alors une fenêtre de son bateau énorme,

Et Utu, le Héros, fit pénétrer ses rayons dans le gigantesque bateau.

Ziusudra, le roi, se prosterna alors devant Utu;

Le roi lui immola un bœuf, et tua un mouton.»

Les dieux regrettèrent alors le cataclysme qu’ils avaient causé et furent heureux de se rendre compte qu’un homme avait échappé à la mort. En remerciement, ils décidèrent que Ziusudra serait déifié et deviendrait immortel.

Ziousoudra se prosterna devant An et Enlil et il reçu «la vie comme celle d’un dieu et un souffle éternel comme celui d’un dieu», puis il fut emmené à Dilmun , lieu de séjour des dieux.

Origine historique du le récit du Déluge?

En Mésopotamie, les crues de l’Euphrate et du Tigre sont irrégulières, mais elles peuvent être violentes. Au début du XXe s., plusieurs archéologues constatèrent les traces d’importantes inondations dans différentes villes du sud de la Mésopotamie (pays de Sumer).

Le premier fut L. Woolley. Il annonça, en mars 1929, la découverte d’une couche de sable sans matériel archéologique, qui est le témoignage d’importantes inondations à Ur. Quelques jours après, S. Langdon signala la même découverte à Kish. Puis se fut au tour d’E. Schmidt, qui fit le même constat à Shuruppak.

Cependant, tous ces témoignages ne correspondent pas à la même époque dans l’histoire de chaque ville. Il n’y a donc pas une datation unique pour ces catastrophes naturelles. De plus, les villes d’Uruk et d’Eridu n’ont pas été touchées par ces inondations majeures, car elles étaient construites plus en hauteur que les autres cités.

Pourtant, il est possible que le récit du déluge soit né du souvenir qu’ont laissé ces inondations majeures dans la mémoire collective. Par la suite, les Sumériens accordèrent beaucoup d’importance à la construction et à l’entretien de digues et canaux pour contrôler les eaux des fleuves.

Les traductions sont issues de S. N. KRAMER, L’histoire commence à Sumer , Paris, 1994.

Sur le même sujet