Les courses hippiques dans le monde étrusque

Les Etrusques étaient très friands de courses hippiques, soit à dos de cheval soit sur des chars.
15

Des compétitions sportives publiques étaient organisées dans le cadre de cérémonies religieuses et des compétitions privées avaient lieu lors de funérailles. Elles rassemblaient l’athlétisme, le pugilat, la lutte, mais aussi les courses hippiques.

Courses montées et courses de chars

Les courses hippiques comptaient parmi les compétitions les plus appréciées et les plus pratiquées dans le monde étrusque. Les chevaux pouvaient être montés par les cavaliers ou attelés à des chars.

Le bige (attelage de deux chevaux) était sans doute la forme la plus courante de ces attelages, même s’il n’est pas impossible que des triges (attelage de trois chevaux) ou des quadriges (attelage de quatre chevaux) aient parfois pris part à des courses, comme ce fut le cas plus tard, chez les Romains.

Dans les courses de chars, les auriges étrusques nouaient les rênes autour de leur taille et tenaient parfois un fouet.

Quelques représentations de courses hippiques

Un ensemble de quatre plaques en terre cuite provenant de Murlo (Poggio Civitate), dans le nord de l’Etrurie, contient l’une des plus anciennes représentations d’une course de chevaux. Elles datent du début du VIe s. av. n. ère. Les trois autres plaques représentent une scène de banquet, une procession et une assemblée de huit personnages.

La plaque de la course hippique représente trois jockeys et leurs chevaux en pleine action. Le prix du vainqueur est aussi représenté: il s’agit d’un chaudron posé sur piédestal en forme de colonne.

Un lébès (sorte de vase) de bronze de Capoue, connu sous le nom de lébès Barone et conservé au British Museum, représente aussi une compétition hippique, dans laquelle six attelages s’affrontent. Le premier et le cinquième aurige se retournent pour surveiller leurs concurrents. Cette œuvre date du début du Ve s. av. n. ère.

Les peintures de la tombe des Biges, dans la nécropole de Tarquinia, représentent la préparation d’attelages. L’un des chars n’est pas encore attaché aux chevaux, alors que trois autres sont déjà prêts pour le départ.

Bibliographie

BRONSON (R. C.), Chariot racing in Etruria, studi in onore di L. Bandi , Rome, 1965, p. 89-106.

JANNOT (J.-R.), Les reliefs archaïques de Chiusi , Rome, 1984.

ROOT (M. C.), "An Etruscan horse race from Poggio Civitate", dans American Journal of Archaeology , t. 77, 1973, p. 121-137.

THUILLIER (J.-P.), Les Jeux athlétiques dans la civilisation étrusque , Rome, 1985.

THUILLIER (J.-P.) s. dir., Spectacles sportifs et scéniques dans le monde étrusco-italique , Colloque de Rome 1991 , Rome, 1993.

Sur le même sujet