Les débuts de la civilisation de Sumer, d'Obeid à Jemdat Nasr

Aux Ve et IVe millénaires, les techniques architecturales et artisanales se développent pour donner naissance à la civilisation historique de Sumer.
48

Au cours de la période allant du VIe millénaire au début du IIIe millénaire, les habitants de la Mésopotamie ont fait évoluer lentement leur cadre de vie, du village à la cité, des habitations préhistoriques à des constructions plus complexes, etc. Les témoignages de ces changements ont été identifiés sur différents sites: Hassuna, Samarra, Halaf , Obeid, Uruk et Jemdat Nasr.

Période d’Obeid (env. 5000-3750 av. n. ère)

La culture d'Obeid se rencontre dans l’ensemble de la Mésopotamie, mais le nombre d'attestations archéologiques est plus important dans la partie sud. Cette culture semble avoir appartenu à un peuple venu de la basse vallée de l’Euphrate. Mais il est difficile de déterminer s’il est arrivé en Mésopotamie par infiltration pacifique ou par conquête violente.

La céramique caractérisant la période d’Obeid présente une pâte dont la couleur varie du beige clair au vert pâle. La décoration est peinte en brun foncé ou bleu-noir. Les motifs sont des plantes, des animaux, des personnages et des dessins géométriques. Sa particularité principale réside dans le fait que c’est la première fois que des becs et des anses apparaissent sur les récipients. Certaines de ces céramiques semblent avoir été fabriquées sur un tour manœuvré à la main.

Les richesses naturelles du sud de la Mésopotamie étaient importantes. Elles ont permis aux habitants de la culture d’Obeid de produire des surplus agricoles, piscicoles, qu’ils ont pu échanger contre d’autres produits dont ils ne disposaient pas (bois, pierre, or, pierres semi-précieuses). Ils développèrent ainsi des relations commerciales avec des régions de plus en plus éloignées.

C'est sur les sites de l’époque d’Obeid que se sont développées les cités sumériennes, dans le sud de la Mésopotamie.

Période d’Uruk (env. 3750-3150)

Cette période est marquée par la multiplication rapide de villages dans le sud de la Mésopotamie, en particulier à proximité de l’Euphrate et de ses branches, sans doute provoqué par une explosion démographique favorisée par l’agriculture irriguée, et la sédentarisation de tribus nomades. Ce phénomène provoqua le développement de l’urbanisation, qui caractérise le IVe millénaire av. n. ère.

Cette période est aussi marquée par une amélioration des techniques agricoles et de transport. Par exemple, la houe est remplacée par l’araire, le traineau est inventé pour transporter des marchandises, avant d’être remplacé par le charriot à roues, le bateau à voile est aussi créé, le métal est de plus en plus employé, etc.

La céramique de cette phase est fabriquée au tour, dans de grandes quantités. En guise de décor, elle est parfois incisée, mais ne reçoit jamais de peinture.

Pour la décoration des édifices, la mosaïque de cônes est mise au point. Il s’agit de cônes en argile ou en pierre qui sont enfoncés dans l’argile fraiche du mur pour ne laisser apparaitre que leurs bases polychromes. Cette technique de décoration a été abandonnée après la période de Jemdat Nasr.

C’est aussi au cours de la période d’Uruk, qu’apparait le sceau-cylindre. Ces petits cylindres de pierre gravés, permettant la reproduction à l’infini de son décor, étaient percés d’un trou dans leur longueur pour les transporter en pendentif.

Mais surtout, la fin de cette période riche en innovations, a été marquée, vers 3400/3300 av. n. ère, par la naissance de l’écriture , sous la forme de quelques signes pictographiques dessinés sur des tablettes d’argile.

Période de Jemdat Nasr (env. 3150-2900)

La séparation de la période d’Uruk et de celle de Jemdat Nasr a été réalisée assez arbitrairement par les chercheurs modernes. Seules des nuances distinguent ces deux époques, qui précèdent la période historique des dynasties archaïques sumériennes.

Une céramique peinte, soit monochrome (noir ou rouge-mauve), soit polychrome, qui a été retrouvée sur le site de Jemdat Nasr, puis dans d’autres lieux de Mésopotamie centrale et méridionale, a été le seul élément qui a poussé les chercheurs à distinguer cette courte période de celle d’Uruk. Or, cette céramique était retrouvée en association avec celle d’Uruk.

La seule caractéristique qui distingue cette période de la précédente, est le développement important de la sculpture. Alors que la pratique de cet art existait à l’époque de Samara, elle avait disparu ensuite, jusqu’à sa réapparition pendant la période de Jemdat Nasr.

Bibliographie

BARRELET (M. T.), L’archéologie de l’Iraq du début de l’époque néolithique à 333 av. n. ère , Paris, 1980.

FOREST (J. D.), L’apparition de l’état en Mésopotamie (VIIe-IIIe millénaire) , Paris, 1993.

GLASSNER (J.-J.), Ecrire à Sumer, l’invention du cunéiforme , Paris, 2000.

HUOT (J.-L.), Une archéologie du Proche-Orient , t. 1, Des premiers villageois aux peuples des cités-Etats (Xe-IIIe millénaire av. J.-C.) , Paris, 2004.

ROUX (G.), La Mésopotamie , Paris, 1995.

Sur le même sujet