Les peuples d'Afrique du Nord selon Hérodote

Dans son quatrième livre, Hérodote énumère tous les peuples qui, selon lui, vivaient en Afrique du Nord et dans le Sahara
261

Les peuples d’Afrique du nord et du Sahara étaient très mal connus des auteurs classiques, quant aux Carthaginois, la plupart de leurs ouvrages n’ont pas été conservés.

Des nomades et des sédentaires

« Tout le pays qui s'étend depuis l'Egypte jusqu'au lac Tritonis est habité par des Libyens nomades […] Les peuples à l'occident du lac Tritonis ne sont point nomades. » Hérodote, IV, 186-187.

La limite considérée par Hérodote, le lac Tritonis, est destiné à marquer la différence de mode de vie entre tribus nomades, qu’il situe entre l’Egypte et la Tunisie (au sud des territoires de Cyrène et de Carthage), et populations sédentaires, de l’ouest de la Tunisie et le Maroc.

L’identification du lac Tritonis pose des problèmes de localisation, mais les différentes hypothèses proposées se trouvent toutes dans la même région (sud de la Tunisie). Les deux propositions qui rencontrent le plus d’avis favorables sont le Chott el-Djérid et la petite Syrte (golfe de Gabès). La troisième hypothèse est Bahira el-Biban, à proximité de la frontière tuniso-libyenne.

Les peuples

« Ce pays est habité par quatre nations, et qu'autant que je puis le savoir, il n'y en a pas davantage. De ces quatre nations, deux sont indigènes et deux sont étrangères. Les indigènes sont les Libyens et les Éthiopiens. Ceux-là habitent la partie de la Libye qui est au nord, et ceux-ci celle qui est au midi : les deux nations étrangères sont les Phéniciens et les Grecs. » (Hérodote, IV, 197).

Les Grecs sont les habitants de la Cyrénaïque. Les Phéniciens sont ceux de Carthage. Les Libyques sont les populations considérés comme pré-Berbères : les Numides, les Maures, les Gétules, les Garamantes. Quant aux Ethiopiens, ce sont les populations n’appartenant à aucun des trois autres groupes. Hérodote attribue le même nom aux peuples du sud de l’Egypte à la côte atlantique.

Les peuples cités par Hérodote sont Adyrmachides, Giligammes, Asbystes, Auschises, Nasamons, Psylles, Gamphasantes, Maces, Gindanes, Lotophages, Machlyes, Auséens, Ammoniens, Garamantes , Atarantes, Maxyes, Zauèces et Gyzantes. Beaucoup de ces peuples sont inconnus par ailleurs, ce qui ne permet pas de compléter et de vérifier le récit du père de l’histoire.

Il précise aussi qu’à « l'ouest (nord, car Hérodote se trompe dans l’orientation du littoral africain) du fleuve (prolongation du lac du même nom) Tritonis, les Libyens laboureurs touchent aux Auséens ; ils ont des maisons, et se nomment Maxyes. Ils laissent croître leurs cheveux sur le côté droit de la tête, rasent le côté gauche, et se peignent le corps avec du vermillon ». Cette description pourrait se référer aux Numides et aux Maures.

Il ajoute que « la partie de la Libye (Afrique) orientale qu'habitent les nomades est basse et sablonneuse jusqu'au fleuve Triton. Mais depuis ce fleuve, en allant vers le couchant, le pays occupé par les laboureurs est très montagneux (Atlas), couvert de bois et plein de bêtes sauvages. »

Pour compléter :

CAMPS (G.), Aux origines de la Béribérie, Massinissa ou les débuts de l’histoire, 1960.

Sur le même sujet