Les sites phéniciens et puniques de Sardaigne

Sulcis, Tharros, Nora, Monte Sirai, Cagliari : les Phéniciens, puis les Carthaginois s'installèrent durablement en Sardaigne
162

La position centrale de la Sardaigne en Méditerranée et sa richesse en métaux firent de cette île une destination incontournable pour le commerce phénicien. La présence des Phéniciens sur le territoire sarde daterait au moins du IXe s. av. n. ère. Ils s’établirent en premier lieu sur les côtes sud de l’île.

Au VIe s. av. n. ère, la Sardaigne passa sous le contrôle punique. Alors que les Phéniciens s’étaient surtout installés dans les zones côtières, les Carthaginois fondèrent de nouvelles cités à l’intérieur de l’île, afin de développer davantage le potentiel agricole du territoire.

En 238-237 av. n. ère, Carthage perdit à son tour la Sardaigne au profit de la puissance romaine.

La plus ancienne ville phénicienne de Sardaigne : Sulcis ou Nora ?

Il est encore difficile de départager Sulcis et Nora, deux villes du sud de la Sardaigne, toutes deux considérées comme ayant été le premier établissement phénicien de l’île.

A Nora (péninsule de Pula), une stèle découverte en 1773 et actuellement conservée au musée de Cagliari, semble confirmer l'origine très ancienne de la cité, déjà mentionnée par certaines sources antiques (Pausanias, X, 17 et Solin, IV, 1-2).

En effet, cette inscription est considérée comme le témoignage le plus ancien de la présence phénicienne en Sardaigne. Sa datation est basée sur la paléographie et différentes hypothèses ont été avancées : elle aurait été réalisée entre le VIIIe s. et le XIe s. av. n. ère.

Quant aux nécropoles de la cité, le mobilier funéraire le plus ancien qui y ait été mis au jour date du VIIe s. av. n. ère.

Sulcis, établie sur l’actuelle île Sant’Antioco, sud-ouest de la Sardaigne, est reliée à la terre ferme par un isthme en partie artificiel, qui utilise l’alignement de plusieurs petites îles. Elle fut construite à l’emplacement d’un établissement paléo-sarde, probablement dans la première moitié du VIIIe s. av. n. ère.

Tharros : le plus grand centre urbain de la Sardaigne préromaine

Tharros (cap San Marco), fut sans doute fondée à la fin du VIIIe s. ou au début du VIIe s. av. n. ère. Un centre paléo-sarde existait déjà à l’emplacement choisi pour élever la nouvelle ville. Des traces de fonds de cabanes ont été découvertes par les archéologues dans la zone où les Phéniciens installèrent le tophet de la ville, c'est-à-dire un espace cultuel à ciel ouvert dédié à Baal Hamon.

Pendant la période punique, Tharros occupa une place importante dans les contacts entre la Sardaigne et la capitale Carthage. Ce rôle majeur fut l’occasion du développement des monuments urbains et de l’ampleur de la ville.

Sardus Pater et Sid

La Sardaigne antique se distingue des autres territoires de l'empire romain par la vénérartion d'un dieu qui lui est propre, Sardus Pater, et qui pourrait être un héritage de la présence phénico-punique dans cette région.

Sardus Pater était représenté avec une coiffe à plumes et une lance. Selon la mythologie, il serait fils d’Hercule. Il serait venu d’Afrique du Nord, avec d’autres colons et aurait été le premier à s’établir sur l’île.

Son temple principal se trouve à Antas, au sud de l’île. Il fut élevé sur les vestiges d’un temple consacré au dieu Sid des Phéniciens. Ces deux divinités ont peut-être été assimilées l’une à l’autre. Sid semble avoir été un dieu guérisseur et chasseur.

Sur le même sujet