Massinissa, roi numide et évergète hellénistique

Massinissa, roi philhellène, offrit des produits de son pays à la cité de Rhodes et au sanctuaire de Délos et compta parmi les grands rois hellénistiques
08 Août
70

Le royaume numide de Massinissa , qui s’étendait de la Tunisie au Maroc, occupait une position périphérique dans le monde hellénistique, dont le centre de gravité se trouvait en Méditerranée orientale. Pourtant Massinissa voulait compter parmi ces puissants souverains hellénistiques.

Du thuya et de l’ivoire pour Rhodes

Selon la Souda , il envoya de Bois de thuya (50 talents) et de l’ivoire (30 talents) à Rhodes. Ces matériaux étaient de grande valeur et étaient destinés à la fabrication de statues divines. Par ce geste, le roi numide montrait son attachement à la culture et à la religion des Grecs.

Pline l’Ancien, dans le treizième livre de son Histoire naturelle, signale l’abondance du thuya dans l’Atlas marocain et précise que c’est la racine qui était utilisée de façon privilégiée. Cette information est confirmée par Théophraste ( Histoire des plantes , V, 3, 7) : « […] Le bois (de thuya) en général est imputrescible, mais la partie la plus madrée est la racine, dont on fait les ouvrages les plus soignés ».

Quant à l’ivoire, elle provenait des éléphants, qui ont vécu en Afrique du Nord jusqu’au Ier s. de n. ère. Leur disparition est due au fait qu’ils ont été utilisés de façon intensive pour la guerre par les Carthaginois et les Numides, puis par les Romains.

Du blé pour le sanctuaire de Délos

Massinissa envoya aussi un chargement de blé à Délos. Celui-ci fut vendu au profit du sanctuaire.

La Numidie possédait des terres fertiles et produisait ainsi une quantité importante de céréales. Elle devint d’ailleurs une des principales sources d’approvisionnement pour les cités grecques et le monde romain.

Massinissa, un roi philhellène

Il avait également rassemblé des musiciens grecs à sa cour pour animer ses banquets. Selon Strabon (XVII, 3, 13), son fils Micipsa poursuivit cette politique philhellène en accueillant lui aussi de nombreux Grecs dans sa capitale Cirta (Constantine).

Par ces gestes évergétiques, Massinissa voulait se faire connaître en tant que roi philhellène, ce qui lui assurait un moyen de participer aux relations internationales de son temps et ainsi de compter dans cette politique hellénistique.

En réponse à son évergétisme, les Grecs érigèrent 2 statues à Délos en l’honneur de Massinissa, l’une fut offerte par un Délien (Hermon, fils de Solon - IG , XI, 4, 1115) et l’autre par un Rhodien (Charmylos, fils de Nicarchos - IG , XI, 4, 116).

Une base au nom d’Hiempsal II, un arrière petit-fils de Massinissa, fut aussi découverte à Rhodes lors de travaux dans une église byzantine, où la base en marbre avait été réutilisée dans un pilastre. Cela suggère que les descendants de Massinissa ont poursuivit pendant de nombreuses années leur évergétisme et leurs relations privilégiées avec le monde grec.

Bibliographie

AOULAD TAHER (M.), L’hellénisme dans le royaume numide au IIe siècle av. J.-C. , dans Antiquités Africaines , t. 40-41, 2004-2005, p. 29-41.

CAMPS (G.), Les Numides et la civilisation punique , dans Antiquités Africaines , t. 14, 1979, p. 43-53.

KONTORINI (V.), Le roi Hiempsal II de Numidie et Rhodes , dans Antiquité classique , t. 44, 1975, p. 89-99.

Sur le même sujet