Comment participer à la fête de la musique 2016 ?

La fête de la musique se célèbre le 21 juin, en France et dans le monde. Les lieux publics attendent professionnels ou amateurs pour de nombreux concerts

Créée par Jack Lang en 1982, la fête de la musique, très populaire, a fait école dans de nombreux pays. Plus d’une centaine, répartis sur les 5 continents, fêtent la musique, le jour du solstice d’été, le 21 juin. En 2016, il s'agira de la 35e édition.

L’objectif: mettre à l’honneur la musique vivante, faire connaître l’ampleur et la diversité des pratiques musicales dans tous les genres et en donner l’accès à tous par la gratuité des événements.

Dans la pratique, il s’agit de faire descendre les musiciens dans la rue et dans les salles, amateurs ou professionnels, pour qu’ils trouvent leur public et leur auditoire. L’intérêt: mettre la musique au sens large à la portée de tous, révéler de nouvelles tendances musicales et proposer en un temps réduit une multitude de concerts.

Le zapping est d’usage à la fête de la musique lorsque l’on n’a rien programmé. D’un bar à l’autre, du café du coin au restaurant d’en face, les bœufs s’improvisent. Les chorales investissent les églises, les parvis des sites prestigieux, les abords des monuments…

Un programme éclectissime !

Et comme il en faut pour tous les goûts, tous les styles et toutes les formations sont à l’honneur: du classique au lyrique en passant par la chanson populaire, la variété internationale, le rap, le folk, la pop, la techno, le jazz, le blues…du chanteur de rue aux ensembles orchestraux renommés, des chorales aux orchestres amateurs, duos, trios…chanteurs ou musiciens d’un soir, amoureux de la musique, ne vous privez pas de ce plaisir, le 21 juin, faites de la musique!

Les principaux acteurs de la formation musicale, conservatoires, chorales, écoles de musique sont déjà à pied d’œuvre pour préparer leur programme. Les professionnels, orchestres prestigieux ou plus modestes, grands noms de la scène, fédérations musicales, théâtres lyriques, conservatoires, écoles de musiques, fanfares, chorales ou petites formations proposent une programmation de qualité un peu partout en France. Venez les écouter, vous ferez sans doute de belles découvertes et en plus… c’est gratuit!

Mode d’emploi à Paris

Tentés par l’aventure de la rencontre avec un public? Si vous jouez à Paris, avec votre matériel, il vous faudra faire une demande à la préfecture de police qui la fera suivre aux services compétents de la ville.

Certaines règles de sécurité doivent en effet être respectées: s’il est possible de jouer n’importe où dans la rue, prudence notamment en cas de besoin en électricité. Soit vous repérez un riverain complaisant qui vous autorise à brancher un ampli chez lui, soit vous prévoyez votre propre matériel (batterie, générateur…) en prenant garde à ne pas perturber la circulation des piétons (pas de fil électrique en travers d’une rue).

De même vous n’êtes pas autorisé à condamner une rue à la circulation pour vous y produire, ni à vendre sur place des denrées alimentaires ou autres…

Si vous ne prévoyez aucun équipement, une simple déclaration à la préfecture suffit. On la trouve en ligne, sur son site.

Se produire dans un jardin public est possible, à condition d’en respecter les horaires d’ouverture et de fermeture.

Un bon plan si vous avez un projet construit: en informer l’ADCEP (association pour le développement de la création, études et projets), qui coordonne l’organisation de cette journée et veille au respect de ses grands principes, notamment l’ouverture à tous les genres musicaux, et la gratuité des concerts. L’ADCEP communique également l’ensemble des concerts prévus auprès des médias. Un bon moyen pour se faire connaître.

Mode d’emploi en province

Dans les régions, ce sont les ADDM – associations départementales de développement musical et chorégraphique – ou les DRAC – Directions régionales des affaires culturelles – ou encore les ADIAM dans les départements de l’Ile-de-France qui coordonnent cette journée festive.

Plus vous vous manifestez tôt auprès de ces organismes, meilleur sera le relais en termes de communication. N’attendez pas la dernière minute pour être bien référencé et trouver votre public le jour J!

Pour occuper un espace public, renseignez-vous auprès de votre municipalité, et du commissariat pour connaître les réglementations de sécurité publique.

En 2016, "La musique, plus forte que...."

En 2015, la fête de la musique rendait hommage au "vivre ensemble". En 2016, le thème retenu prend une résonance particulière, après les heures tragiques vécues en fin d'année dernière. "La musique, plus forte que..."
N'hésitez pas à consulter régulièrement le site dédié pour tout savoir de l'organisation de ce grand rendez-vous musical de la fin du printemps, en France et dans le monde.

Et... que vous soyez musicien affirmé ou amateur, chanteur de salle de bains ou pupitre confirmé, que votre guitare dorme au placard et votre tambourin au grenier, c’est le moment de leur rendre vie : la rue sera à vous le 21 prochain. La rue mais aussi, les places, les cafés et les bars, les impasses, les trottoirs, les salles des fêtes et les locaux associatifs… sans oublier d’autres lieux plus insolites dont la musique est souvent absente, musées, hôpitaux et autres édifices publics.

Fête de la m Fête de la musique, site officiel usique, site officiel

(Photo : Office du tourisme et des congrès de Paris/@Amélie Dupont)

A découvrir : Piano-trip, l'étrange balade d'un piano sur les routes d'Europe

Sur le même sujet