Fêtes juives dans le calendrier hébraïque - 2e partie

Explications des rites des principales fêtes juives et calendrier 2013: Pourim, le miracle d'Esther, Pessah, la Pâque juive, et Chavouot, fête des semaines

Après Rosh Hashana, le nouvel an, Yom Kippour , le Grand Pardon, Souccot, la fête des cabanes, Hanoucca, la fête des lumières, et Tou Bichvat, le nouvel an des arbres, viennent Pourim, Pessah, la Pâque juive et Chavouot, la fête des semaines. Explications des rites et traditions de ces fêtes majeures du calendrier hébraïque.

Pourim, ou la célébration du miracle d’Esther

«Fête des hasards», Pourim , jour de jeûne, est célébrée le 14 Adar, soit le 24 février en 2013. Haman, conseiller du roi perse Assuérus époux d’Esther voue une haine implacable au peuple juif. Il convainc le roi de les exterminer après avoir tiré une date au sort (Pourim signifie «tirage au sort»).

Esther parvient, avec l’aide de son oncle Mardochée, à déjouer ce complot. Le 14 Adar devient jour de réjouissances pour le peuple juif car Dieu n’a rien laissé «au hasard»: par la prière et la confiance de son peuple, il l’a sauvé des persécutions.

En souvenir d’Esther, Pourim est un jour de jeûne, d’institution rabbinique, et aussi de repentir et de solidarité communautaire. Les personnes faibles et malades, les femmes enceintes ou qui allaitent, les enfants, sont dispensés du jeûne. En accomplissant les Mitsvot (commandements) de Pourim, le peuple juif réaffirme son attachement aux valeurs de la Torah.

On se doit d’aller à la synagogue et d’effectuer la lecture de la Meguila d’Esther, qui se fait à partir d’un parchemin ou rouleau la veille au soir, soit le 7 mars pour l’année 2012, et le matin du 8.

Le lecteur de la Meguila marque une pause à l’évocation du nom de Haman. A cet instant et autant de fois que son nom est prononcé, une crécelle doit être agitée et il est autorisé de taper du pied par terre.

La veille de Pourim et le jour-même (14 Adar), un repas copieux et joyeux sera partagé, et le vin sera consommé en quantité raisonnable mais plus que d’habitude, le miracle s’étant effectué par le vin. On offrira des cadeaux comestibles à son entourage en symbole de solidarité dans l’épreuve, les hommes aux hommes et les femmes aux femmes, et on donnera aux pauvres, éventuellement sous la forme d’une contribution pour les œuvres d’Israël, en souvenir de l’obole faite au Temple (mahasit hachekel).

Pessah, la Pâque juive

Commémoration de l’exode des Hébreux menés par Moïse hors d’Egypte, la Pâque juive commence le 14 Nissan au soir, premier mois de l’année civile ou biblique, et s’achève le 22, soit huit jours plus tard. En 2013, les fêtes de Pessah débutent le 25 mars au soir.

Pessah, fête joyeuse, est une fête majeure pour la communauté juive, marquée par deux rites essentiels: la cachérisation de la maison et le repas familial (ou seder), au cours duquel des aliments précis seront consommés, accompagnés des prières traditionnelles.

Les enfants doivent être associés au grand "nettoyage de printemps": il s'agit de débarrasser la maison de tout aliment contenant de la levure (Hametz). En référence à la fuite des Hébreux dans le désert alors qu'ils n'avaient pas eu le temps de laisser lever le pain, on ne consommera que du pain azyme (pâte non levée). La moindre miette doit être traquée dans toute la maison, notamment dans la cuisine.

Au cours du seder, on consomme des herbes amères, à un moment précis de la soirée, en mémoire de l’amertume des esclaves hébreux; de l’agneau, en souvenir du sacrifice demandé aux Israëlites quelques jours avant leur libération selon le texte de l’Exode (un os de mouton est présent sur la table); trois matzot, symboles des Patriarches; un légume trempé dans de l'eau salée, le Karpass (persil, radis, céleri ou pommes de terre); un œuf dur, souvenir du deuil de la destruction du Temple; des dattes, des noix, pommes et amandes (ou harroset), symbolisant les briques fabriquées pour les égyptiens. On boit quatre coupes de vin, la première étant consommée durant la bénédiction du Kiddoush.

L'ensemble de ce rituel alimentaire s’accompagne d’un cérémonial de transmission orale durant la totalité du repas. On n’oublie pas la coupe de vin placée pour le prophète Elie, qui, dans la tradition juive, participe à la fête. La porte de la maison est laissée ouverte pour lui.

Chavouot, la fête des semaines

Sept semaines après Pessah, se célèbre Chavouot, le 6 du mois de Sivan, les 15 et 16 mai en 2013, également appelée "fête des moissons" ou "fêtes des prémices".

Cette fête célèbre le don de la Torah au peuple d’Israël, la révélation de la Loi et des Dix Commandements à Moïse dans le désert. On l’interprète comme la fête de la récolte du froment, qui vient clore la récolte du nouveau grain, débutée à Pessah avec celle de l’orge et du blé.

Pessah, Souccot et Chavouot constituent "l’Atseret" ou assemblée réunie lors des festivals de pèlerinage, qui font l’objet d’une réunion au sanctuaire. On arrête toutes les activités afin de se rassembler en famille.

La célébration débute par une nuit d'étude et de lecture des textes sacrés. On peut lire aussi un acte de mariage pour signifier le mariage entre Dieu et le peuple juif, ou un poème spécifique. La récitation des Dix Commandements est chantée. Puis on lit le Livre de Ruth, qui, au XIIIe siècle avant l'ère chrétienne, fit le choix du Judaïsme: "Où tu iras, j'irai, et où tu résideras, je résiderai. Ton peuple sera mon peuple, et ton Dieu sera mon Dieu".

Le jour de Chavouot, on consomme un repas lacté car le lait et l’eau sont symboles de la Torah, ou un couscous au beurre.

La lignée de Ruth, modèle de la conversion, engendrera le roi David. Chavouot dévoile donc un double symbole: celui de la révélation de la Torah au peuple juif, et celui de la révélation du judaïsme au païen.

Fêtes juives: 1re partie

Le Shabbat

Sur le même sujet