Kubrick à la Cinémathèque française jusqu'au 31 juillet

Du 23 mars au 31 juillet, la Cinémathèque de Paris consacre une exposition au réalisateur Stanley Kubrick, et présente l'intégrale de ses films.

Stanley Kubrick, l’un des plus grands réalisateurs de notre temps, a marqué de son empreinte le cinéma mondial à travers des chefs-d’œuvre universels : Lolita, Docteur Folamour, Orange mécanique, Barry Lyndon, Shining, Full Metal Jacket, Eyes wide shut … inscrits au panthéon des plus grands succès du box-office, et qui ont tous défrayé la chronique.

Ce cinéaste américain surdoué, né dans le Bronx et décédé en 1999, avait pour première passion la photographie : il avait débuté au magazine « Look », et cet art de l’image imprègne profondément son œuvre.

Après Berlin, Zurich, Gand, Rome et Melbourne, Paris accueille une exposition itinérante consacrée à Stanley Kubrick, exposition conçue par le Deutsches Filmmuseum de Francfort, en collaboration avec Christiane Kubrick, l’épouse du réalisateur, et The Stanley Kubrick Archive de Londres.

La Cinémathèque française de Bercy lui consacre une exposition de 4 mois, au cours de laquelle l’intégralité de ses films sera projetée.

Kubrick, cinéaste visionnaire sans concession

Le combat entre le bien et le mal, la dualité en l’homme, la perte d’identité, le rapport de l’homme à la science sont les thèmes récurrents de la filmographie de Stanley Kubrick. Le réalisateur porte un regard sans concession, doublé d’une réflexion visionnaire et désabusée sur l’âme humaine : il a débuté au cinéma dans le registre du film noir ( l’Ultime razzia ).

Sa vision du monde est résolument pessimiste et il analyse froidement, telle une autopsie au scalpel, le cerveau humain et les limites du monde et de la conscience.

Au-delà de sa perception froide et distanciée, son art est marqué par un sens majeur de l’esthétisme qui puise sa source dans son passé de photographe : on se souvient des images léchées, éclairées à la bougie de Barry Lyndon , véritables reproductions de tableaux clairs-obscurs du XVIIIe siècle, de 2001, l’Odyssée de l’Espace qui devait recevoir l’Oscar des meilleurs effets visuels en 1968.

Barry Lyndon est récompensé en 1975 de l’Oscar de la meilleure direction artistique et décors, des meilleurs costumes, de la meilleure photo, du meilleur arrangement musical.

La musique tient une place majeure dans l'œuvre de Kubrick, qui recourt aux plus grands compositeurs classiques : Haendel pour Barry Lyndon , Beethoven pour Orange Mécanique , qui sortait en salles voici 40 ans, Strauss pour 2 001, l’Odyssée de l’Espace .

Il décède d’une crise cardiaque en 1999, 4 mois avant la sortie en salles de son dernier film Eyes Wide Shut avec Nicole Kidman et Tom Cruise, qu’il considérait comme son meilleur film.

Son influence sur ses pairs, Orson Welles, Steven Spielberg, Jean-Luc Godard, Martin Scorsese… reste immense.

L’expo Kubrick à la Cinémathèque

Projections, rencontres, conférences animeront les 4 mois d’exposition à la Cinémathèque.

Scénarios, correspondances, documents de recherches, photos de tournages, costumes et accessoires seront présentés sur 2 étages complets : une formidable rétrospective du travail du cinéaste, doublée d’une programmation complète de sa filmographie.

- 2001, l’Odyssée de l’Espace, les 3,9,17 avril

- Le baiser du tueur, les 4 et 17 avril

- Barry Lyndon, les 9 et 16 avril

- Docteur Folamour, le 10 avril

- Eyes wide shut, les 8 et 16 avril

- Full Metal Jacket, les 9 et 14 avril

- Lolita, les 6 et 17 avril

- Orange mécanique, le 25 mai

- Les Sentiers de la Gloire, les 11 et 14 avril

- Shining, les 6 et 18 avril

- Spartacus, les 10 et 15 avril

- L’ultime razzia, les 8 et 16 avril

Durant 4 mois, la Cinémathèque s’est mise au service de Stanley Kubrick, l’un des plus grands metteurs en scène de l’histoire du cinéma. Un rendez-vous à ne pas manquer pour découvrir ou redécouvrir son œuvre. A noter : à partir du 1er juin, une rétrospective nationale de 7 ses des chefs-d’œuvre est prévue en salles et l’intégralité de sa filmographie est sortie le 23 mars en 19 DVD.

A voir

La Cinémathèque française

Sur le même sujet