La maison bleue de Le Forestier repeinte en bleu à San Francisco

M. Le Forestier a fait le voyage le 22 juin 2011 pour la cérémonie des 40 ans de son tube San Francisco. Adossée à la colline, la maison bleue l'attendait.
7

C’est une chanson devenue mythique : tous les apprentis guitaristes et nostalgiques des 70’s ont appris ou fredonné ce tube de Maxime Le Forestier San Francisco qui débute par ces paroles « C’est une maison bleue, adossée à la colline, on y vient à pied, on ne frappe pas, ceux qui vivent là ont jeté la clé… », et qui, comme toutes les chansons mythiques, a son histoire.

Le voyage initiatique à San Francisco

En 1971, Maxime Le Forestier, de son vrai prénom Bruno, et sa sœur Catherine, qui ont remporté le Festival de Spa, s’envolent pour San Francisco. Leur ami Luc Alexandre, un aventurier hippy, charismatique en diable, leur a fait cadeau d’une précieuse adresse dans le quartier de Castro, l’ancien quartier mexicain.

Maxime Le Forestier est en dette avec Joan Baez, qui a avancé l’argent de la réparation de sa guitare, cassée dans la soute d’un avion, au luthier de Le Forestier. La guitare, réparée, a été restituée avec l’excédent de l’argent versé. Maxime Le Forestier tient à lui restituer la somme qui lui revient. Il fait donc le voyage dans ce but, avec un point de chute tout désigné : la fameuse "maison bleue" de Castro recommandée par Luc Alexandre.

Maxime et Catherine y demeurent près d’un mois, au sein d’une communauté marginale "peace and love": hippies, homosexuels, opposants à la guerre du Vietnam et rebelles pacifistes de tout poil.

Le premier album de Le Forestier en 1971 : un million d’exemplaires !

Le Forestier gardera un souvenir mémorable de son aventure hippy, une de ces expériences de jeunesse qui marquent une vie, fortement empreinte de la nostalgie et de l’atmosphère des 70’s qui est aujourd’hui l’héritage de toute une génération.

Il retranscrit son aventure et des impressions désormais imprimées à vie dans sa mémoire à son retour : son premier album, qui comporte les titres mythiques Education sentimentale , Mon frère , Fontenay-aux-roses , et bien sûr, San Francisco , se vendra à un million d’exemplaires.

C’est un triomphe, qui ne se démentira plus. Maxime passe en première partie de Georges Brassens dès 1972, et sort son premier album live l’année suivante. Son titre Né quelque part est consacré aux Victoires de la musique en 1988. En 1996, il est « interprète masculin » de l’année.

Qu’est devenue la « maison bleue, adossée à la colline » ?

C’est une maison victorienne du quartier de Castro, l’ancien quartier mexicain, au 3841 de la 18e rue.

Au fil du temps, sa couleur a changé… elle est devenue, grise, ou verte, c’est selon. Un véritable sacrilège à la mémoire de la chanson de l’artiste et au patrimoine français !

Une entreprise de réhabilitation était donc en œuvre depuis début juin 2011, afin de rendre à la « maison bleue » sa couleur d’origine, avec l’accord du propriétaire actuel, lequel, lorsqu’il a acquis la maison, ne connaissait rien à l’histoire de la chanson. Ce sont deux journalistes, du San Francisco Chronicle et du Nouvel Obs, qui sont à l’origine de la démarche, assistés du Consul du France.

Pour la première fois, Maxime Le Forestier a refait le voyage qui l’avait conduit vers ses aventures hippies de 1971, pour la cérémonie du 22 juin au cours de laquelle une plaque commémorative a été apposée sur la façade de la maison redevenue couleur du ciel.

Nul ne sait si « Lizzard, Luc et Psylvia » étaient là pour l’accueillir… un voyage dans le temps, au pays de la nostalgie et du souvenir de cette belle ballade folk.

Ce quarantième anniversaire a été l’occasion pour la maison Polydor, de rééditer l’album de 1971 avec sa pochette initiale.

Sur le même sujet