Le Muséo Parc Alésia : rencontre avec Vercingétorix !

Vercingétorix est la star du Muséo Parc Alésia en Bourgogne, à la fois centre d'interprétation, musée archéologique et parcours découverte de la bataille
17

Le 26 mars 2012, a ouvert en Bourgogne, à Alise Sainte-Reine, le Muséo Parc d'Alésia. Ce centre d'interprétation, porté par le Conseil Régional et le ministère de la Culture se veut un espace culturel dédié à la célèbre bataille, qui vit la victoire des légions romaines sur les tribus gauloises menées par Vercingétorix. Il s'intègre harmonieusement aux paysages de la Bourgogne, grâce à une démarche architecturale audacieuse, chargée de symboles et de significations. Surtout, il rend hommage à la résistance du guerrier Arverne Vercingétorix face à Jules César, au cours d'un siège qui devait changer le cours de l'Histoire.

La guerre des Gaules

Grand stratège militaire et politique, le chef gaulois Vercingétorix, né dans l’actuelle Auvergne, à Gergovie, en -80 av JC, mena la révolte des 60 tribus gauloises contre Jules César.

Avec la conquête de la « Gaule transalpine », Rome avait étendu sa domination des Alpes aux Pyrénées. Il lui manquait la « Gaule chevelue ».

Jules César pénètre en Gaule pour venir en aide aux Eduens, poussés à l’intérieur des terres par la migration des Helvètes, eux-mêmes chassés par les Suèves d’Arioviste. Il bat les Helvètes sans difficulté, mais alors qu’il devrait rentrer à Rome, ses légions s’attardent… provoquant l’inquiétude des tribus gauloises. Elles ont raison de s’inquiéter : César joue de vitesse, conquiert le pays belge, l’Aquitaine, la Bretagne… en -52, la résistance s’organise et c’est un jeune noble arverne, Vercingétorix, qui en prend la tête.

Vercingétorix, le symbole charismatique de la résistance gauloise

Le jeune guerrier, souvent représenté dans les manuels d’histoire en combattant chevelu à la longue moustache, est issu de la noblesse gauloise : c’est le fils de Celtillos, chef de l’un des principaux clans arvernes.

Dans la « Guerre des Gaules », César salue son courage et son sens du commandement :

« A la plus grande activité, il joint une sévérité extrême dans l’exercice du commandement. Pour une faute grave, c’est la mort par le feu ou par toutes sortes de supplices. Pour une faute légère, il fait couper les oreilles du coupable ou lui fait crever un œil, et il le renvoie chez lui afin qu’il serve d’exemple ».

Les Arvernes se rallient au jeune chef, qui obtient le soutien des druides de toutes les tribus.

Sa victoire est éclatante à Gergovie : la furie des Gaulois déconcerte les légions romaines qui perdent 700 hommes.

Tous les peuples de Gaule se réunissent à Bibracte pour lui signifier leur allégeance et soutien.

Mais la victoire sera de courte durée : Jules César gagne la plaine de la Saône avec 11 légions, et assiège Vercingétorix sur le plateau d’Alésia.

Les tribus appelées en renfort arrivent trop tard : 21 km de fortifications dirigées vers l’extérieur, construites par les Romains, ont isolé Vercingétorix et son armée, épuisée et affamée. Vercingétorix se rend. Il est emmené en captivité à Rome, où il finira étranglé dans sa cellule, 6 ans plus tard.

Un million de Gaulois ont perdu la vie durant la Guerre des Gaules, et les pays ont été ravagés. Débute alors "l’assimilation", la "paix romaine", la "Pax Romana".

Le Centre d’interprétation du Muséo Parc Alésia

C’est à Alise-Sainte-Reine en Bourgogne, qu’a ouvert en mars 2012 le Muséo Parc Alésia , sur les lieux mêmes de la célèbre bataille qui vit la défaite des armées gauloises contre la puissance romaine.

Mis en œuvre par le Conseil Général de la Côte d’Or en partenariat avec le ministère de la Culture, Le Muséo Parc est composé d’un Centre d’interprétation, puis, en 2016, d’un musée archéologique et d’un réseau de Parcours-découvertes.

Le budget de sa réalisation s’élève à 52 millions d’euros.

Un conseil scientifique réunissant des spécialistes de renommée mondiale a travaillé sur ce projet, dont les espaces scénographiés permettent une découverte dynamique et interactive du siège d’Alésia.

Une impressionnante reconstitution des lignes de fortifications romaines vient compléter les outils et objets antiques issus des fouilles archéologiques.

Films, maquettes, reconstitutions de machines de guerre et bornes multimédia permettent aux visiteurs de s’immerger au cœur des combats, et de comprendre les enjeux de cette bataille dont l’issue devait avoir un impact considérable sur l’Histoire de France.

Le centre d’interprétation est installé au cœur d’un édifice circulaire vitré de 52m de diamètre, symbolisant l’encerclement des Gaulois par les Romains, habillé d’une toiture végétalisée.

Ateliers pédagogiques, ludothèque pour les enfants, audioguides, reconstitutions d’artisanat devraient permettre aux visiteurs d’aborder le site dans les meilleures conditions pour une immersion adaptée à tous les âges, dans l’Europe d’il y a 2 000 ans.

La statue de Vercingétorix

Les visiteurs sont accueillis par la statue colossale de Vercingétorix, financée par Napoléon III sur ses deniers personnels, et réalisée par le sculpteur Aimé Millet en 1865, avec de la tôle de cuivre.

Montée sur un piédestal de 7 mètres de haut, la statue de 6,60m domine le site. Appuyé sur son glaive, le regard résigné mais l’attitude fière, Vercingétorix l’Arverne semble défier le temps, en témoignent les mots que César lui a prêtés, gravés sur le socle : « La Gaule unie formant une seule nation, animée d’un même esprit, peut défier l’univers ».

Informations pratiques :

EM ALESIA

25 bis, rue du Rochon - 21150 ALISE-SAINTE-REINE

Tél. : 03 80 96 96 23

Tarifs : adultes : 3,20 €/enfants : 2,00 € (de 7 à 16 ans)

Sources : Wikipedia (Vercingétorix) – Histoire de la France (Pierre Miquel – Editions Fayard)

Sur le même sujet