Le Shabbat, la fête la plus importante du judaïsme

Du vendredi soir au samedi soir, chaque semaine, les communautés juives célèbrent le Shabbat. Signification, rites et interdits de cette fête hebdomadaire.
1.5K

Fête rituelle rappelant la sortie d’Egypte et la fin de l’esclavage des Hébreux, le Shabbat, ou Shabbes en Yiddish, débute le vendredi soir au coucher du soleil, et s’achève le samedi soir.


Cette fête, très importante, voire la plus importante et la plus fondamentale du judaïsme, qui applique à la lettre l’un des Dix Commandements, est caractérisée par l’arrêt complet de toute forme de travail, et par un recentrage sur soi, sur ses proches, sur ses valeurs.

Le Shabbat est à la fois l’expression de la foi -l’homme suit l’exemple de Dieu qui a interrompu sa Création le septième jour- et la conscience de la nécessité de se libérer du joug du labeur, et de prendre le temps de réfléchir.

Le Shabbat est observé chaque semaine, sans dérogation aucune, à l’exception d’une seule possibilité: une menace pour la vie humaine. En cas de danger de mort, on pourra enfreindre les règles du Shabbat mais seulement dans ce cas. En Israël, le Shabbat est un jour chômé.

Les interdits du Shabbat

Se libérer du travail, pour ne pas être dévoré par lui: tel est le message que transmet cette parenthèse introspective d’une journée complète, de la tombée de la nuit du vendredi à celle de la nuit du samedi -notamment dès l’apparition d’un minimum de trois étoiles dans le ciel- et ce, chaque semaine.

«Dieu acheva au septième jour son œuvre, qu’il avait faite, et Il s’abstint au septième jour de toute son œuvre, qu’il avait faite. Et Dieu bénit le septième jour, et Il le sanctifia car en ce jour, Il s’abstint de toute son œuvre qu’il avait créée en la faisant.» (la Genèse 2 :2-3 )

Le Shabbat, c’est l’antichambre du paradis: un endroit sans stress, sans souffrance… et sans besoin vitaux.

La prohibition du travail s’étend donc à d’autres actes de la vie courante. Ils sont au nombre de 39, et l’ensemble de ces actes s’appelle «Melah’ot».

Pour en citer quelques-uns, en dehors du travail, il est donc interdit:


  • de s’adonner à une quelconque activité en rapport avec l’action de se nourrir, et notamment les travaux d’agriculture
  • d’allumer du feu, associé à l’énergie apportée à la construction du monde, et par conséquent d’utiliser l’électricité. Cette interdiction peut s’appliquer à l’utilisation de la télévision, des codes d’accès aux immeubles, de l’ascenseur…
  • d’effectuer des achats
  • de voyager ou d’utiliser des moyens de locomotion: en principe, on se rend à la synagogue à pied, mais certains mouvements libéraux tolèrent l’utilisation des transports en commun et de la voiture.

Il convient donc de se préparer la veille à la célébration du Shabbat, en préparant notamment les repas à l’avance, afin de ne plus avoir à faire quoique ce soit dès le vendredi soir.


Durant toute la durée du Shabbat, on se salue d’un «Shabbat Shalom!», et toutes les activités non liées au travail et susceptibles d’apporter de la joie sont autorisées.

Les rites du Shabbat: bénédictions sur la lumière, la famille, le vin, le pain

Le Shabbat est considéré comme un hôte de marque. Pour l’accueillir, il convient de préparer la maison: faire le ménage, dresser une belle table, préparer un bon repas à l’avance et soigner sa tenue vestimentaire. Au coucher du soleil, la maîtresse de maison allume une bougie au minimum, deux au mieux, pour faire référence aux deux passages de la Torah qui parlent du Shabbat, puis l’on procède aux bénédictions rituelles:


  • sur la lumière (h’allah), en se cachant tout d’abord les yeux puis en les rouvrant une fois la lumière allumée
  • sur les enfants présents: c’est le père de famille qui bénit les enfants, puis honore son épouse par la récitation d’un extrait du «Livre des Proverbes»
  • sur le vin: il s’agit de la bénédiction du Kiddouch.

On procède ensuite au lavage des mains avant le repas, d’abord la droite, puis la gauche, puis vient la quatrième bénédiction sur les deux pains du Shabbat briochés et en forme de nattes, posés sur la table et recouverts d’une serviette. Ils sont distribués aux convives, et dégustés en récitant des prières.


Le Shabbat à la synagogue

Trois offices rythment la durée du Shabbat: le vendredi soir, le samedi matin et le samedi après-midi.

La Torah est promenée dans l’assistance, et les fidèles peuvent la toucher au passage avec leur châle de prières, le Talith.

Les offices comportent des chants, des lectures du passage de la Torah, et des prières.

Lire aussi : Fêtes juives dans le calendrier hébraïque - 1ère partie

Fêtes juives dans le calendrier hébraïque, 2e partie

Sur le même sujet