Chevalier de l'ordre du mérite de Sylvie Testud

En 2006 la comédienne également auteur avait connu un beau succès d'édition avec Gamines, en sera-t-il de même avec Chevalier de l'ordre du Mérite?

Interviewée sur le plateau de Laurent Ruquier par le duo de choc Zemmour/Naulleau, incontournable dans la presse féminine, omni-présente dans les vitrines des libraires, nul ne peut échapper à Sylvie Testud et son dernier roman intitulé Chevalier de l'ordre du mérite .

La comédienne, auteur depuis trois romans déjà, confirme sa volonté d'incarner une écriture moderne, proche de l'oralité et décrivant la réalité contemporaine dans laquelle chacun peut se retrouver.

Sylvie Testud s'attaque à un mal contemporain: la pression du quotidien

A travers le personnage de Sybille, une jeune employée d'une « mutuelle pour animaux », Sylvie Testud traite d'un des maux de la société d'aujourd'hui: la pression quotidienne que l'on peut s'affliger pour tenter d'incarner l'employée, la maîtresse de maison ou la femme parfaite. Elle montre à quel point l'on peut s'aliéner en traquant le moindre grain de sable dans le rouage du quotidien, la moindre poussière sous un meuble, le moindre col froissé. Elle dénonce cette utopie aliénante du vouloir « tout bien faire ». Elle pointe du doigt la rigidité qui génère de l'angoisse permanente, qui brise la relation à l'autre et au temps ; en effet l'angoisse du personnage « à avoir avec le fait qu'elle cherche une solution à tout, il faut que ce soit rapide et que ça se range au bon endroit, et que surtout cela ne la remette pas en question c'est pour ça que petit à petit elle glisse et n'a un rapport qu'à l'objet, qu'aux choses qui sont en place les unes par rapport aux autres, et ça devient son référent, ses repères de chaque jour, de son quotidien, elle n'entend plus et ne voit plus la personne en face. ».

C'est une héroïne proche de la caricature qui, du matin au soir mène une course effrénée voulant en vain assurer professionnellement et dans sa vie domestique, son conjoint en est l'observateur lucide et déconfit : p70: « Adrien a raison. Pourquoi je cours comme ça? Même en ralentissant la foulée, on passera la ligne d'arrivée. On dirait que je participe à un cross. »

Une écriture pleine de légèreté et d'humour

Si le poids des obligations pèsent sur les épaules du personnage principal, le ton adopté par l'auteur n'en est pas moins léger, avec un humour qui témoigne d'un regard en décalé sur les situations abordées. Les moments de lucidité de Sybille sont plein d'amertume mais aussi de réflexions très drôle souvent liées au danger de ses obsessions ménagères comme p43: « J'entends au loin le glas qui sonne. L'épitaphe: ci-gît l'esclave de la miette, engloutie par le Spontex. »ou p44: « Adrien a trouvé la riposte imparable: "Tu as besoin d'une femme de ménage." Si je ne veux pas crever dans le dégraissant, je dois laisser ma maison à une autre. Apprendre ou à laisser. »

Les situations sont souvent abordées avec humour comme les entretiens d'embauches des éventuelles futures femmes de ménage ou encore les projets d'assurances concernant les animaux, les courses au supermarché ou les querelles du jeune couple. L'aspect comique provient souvent des situations, du ton employé par les personnage mais aussi du trait un brin forcé par l' écrivain.

Chevalier de l'ordre du mérite : un petit roman réaliste agréable

Les critiques Zemmour et Naulleau n'ont pas vu leurs attentes de lecteurs exigeants satisfaites par ce livre, Mr Naulleau déclarant :« Y a pas vraiment d'écriture, y a pas d'intrigue donc il n'y a pas vraiment de livre » quand son confrère affirme: « J'ai eu beaucoup de mal à trouver un intérêt à ce livre mais j'en ai trouvé un: c'est un cas d'école pour voir la différence entre ce qu'on appelle la littérature et les confessions entre deux copines chez le coiffeur et les lecteurs ça s'en tapent! Ça n'a aucun intérêt! ».

Il est certain que ce roman n'est pas un événement littéraire en soi, qu'il n'a rien d'exceptionnel mais on peut reconnaître qu'il a été écrit avec honnêteté, vraisemblablement avec effort et qu'il reste un roman agréable à lire. Il séduira sans doute plus volontiers un public féminin de part les thématiques abordées.

C'est un roman sans prétention, la chronique du quotidien d'une femme ordinaire d'aujourd'hui et c'est bien ainsi que l'auteur elle-même défend son ouvrage: « Ce sont des touts petits moments de vie qui ne sont pas collés ensemble et qui racontent une histoire. Je n'écris pas une "entiereté", j'écris des morceaux. Je raconte ces moments-là qui sont mon fil rouge. Moi je n'ai jamais dit que je faisais de la littérature. »

Ce livre pourrait être le roman de plage de l'été 2011, il vous fera sourire et vous renverra sans doute à vos propre rapports au travail, au couple, à l'enfant....Si il pouvait permettre à certains de lever le pieds et de vivre....

Chevalier de l'ordre du Mérite, Sylvie Testud, Fayard, 2011

Vidéo du passage de Sylvie Testud sur On n'est pas couché!:

www.chronobook.fr/actualite-sylvie-testud-presente-son-livre-chevalier-de-l-ordre-du-merite-121.html

Sur le même sujet