Constance dans Je suis une princesse bordel !

Une petite blonde pétillante à l'humour efficace!

Découverte par le grand public dans l'émission On ne demande qu'à en rire de Laurent Ruquier, cette belle demoiselle occupe les planches de la Comédie de Paris avec son one-woman show: Je suis une princesse bordel ! Durant une heure elle embarque son public, tournoie d'un costume à l'autre et incarne une série de personnages tous plus désopilants les uns que les autres. Elle utilise parfois un registre de comique cru, à l'instar de ses homologues masculins. Ce qui aurait pu paraître vulgaire dans une autre bouche féminine, est là habillé d'élégance, de spontanéité presque teintée d'innocence. Elle déploie aussi une belle énergie durant cette heure, où elle passe rapidement d'un personnage à l'autre et occupe tout l'espace scénique en jouant avec les spectateurs.

Constance multiplie les personnages

Elle nous avait déjà séduite dans l'émission de Ruquier, en bourgeoise dont le costume de mère docile craque et c'est avec plaisir qu'on retrouve son personnage, mais on en découvre pléthore tout aussi bien joués et attachants. De la jeune femme qui aspire au prince charmant des contes de fées, à qui on doit le titre du spectacle, à la collègue de travail nymphomane en passant par l'institutrice en fin de carrière obsédée par sa chanson de goélands et qui « bouffe du lexomil par wagon », elle nous embarque dans sa galerie de portraits.

Constance se fait pâte à modeler pour se mouler dans ses personnages, elle change l'intonation, le ton et le débit de sa voix, ses postures et use et abuse de costumes, perruques et coiffes en tout genre.

De l'humour graveleux manié avec élégance

L'élégance de cette humoriste même dans les sujets les plus graveleux a été maintes et maintes fois soulignée avec raison par le jury de l'émission On ne demande qu'à en rire.

Avec elle, des sujets aussi sensibles et féminins que la ménopause, la sécheresse vaginale ou le piercing au clitoris sont traités avec légèreté. Elle a le pouvoir de transformer une scène de soumission à des clients exigeants en une scène de flagellation sado-masochiste où elle ne perd rien de son intégrité et même jambes écartée exhibant une mini-culotte ornée d'étoiles elle arrive à faire rire et à ne pas être vulgaire. Cette picarde blonde aux yeux clairs, au physique voluptueux et à l'allure angélique exploite son air de ne pas y toucher pour faire passer tout ce qui pourrait choquer avec une aisance remarquable. Le public y est plus que réceptif et le décalage entre ce physique de poupée nordique et l'humour souvent connoté sexuellement fait parti du personnage et la rend plus attrayante aussi bien pour un public féminin que masculin.

Une fraîcheur et une belle énergie

Constance a un physique de jeune fille et l'exhibe sans vergogne dans sa nuisette rose, elle sautille, se déplace sur scène, saute dans les coulisses pour changer de tenues. Du lever de rideaux jusqu'à ce que le spectateur quitte le théâtre, elle le capte, joue de son physique, multiplie les personnage, les postures......Elle joue avec une innocente feinte et séduisante, une belle énergie, un débit souvent un peu rapide mais qui a son charme. Elle n'a pas un humour policé de femme comique, elle utilise des mots qui sont plutôt familiers des hommes, elle provoque un peu avec un air mutin, c'est un choix de jeu qu'elle assume pleinement.

Constance est une jeune comédienne charmante dont la notoriété médiatique doit commencer à porter ses fruits, elle est naturelle, pétillante et on passe agréablement une heure avec elle à la Comédie de Paris. Je suis une princesse bordel! , un one-woman show à ne pas manquer!

Prix SACD, Paris fait sa comédie 2009.

Production : VIOLET' PRODUCTIONS - Auteur : Constance - Mise en scène : Constance - Distribution : Constance - Lumières : Denis Moranta - Durée : 1h -

réserver sur http://www.comediedeparis.com/spectacle.php?id=100 ou hp://www.billetreduc.com/48008/evt.htmtt

site de Constance: http://www.princesseconstance.fr/index.htm

Pour découvrir d'autres humoristes de talent issus de "On ne demande qu'à en rire", lire du même auteur: http://www.suite101.fr/content/florent-peyre-et-son-spectacle-pour-tout-public-ou-pas-a26933

et http://www.suite101.fr/content/allelujah-bordel-le-one-man-show-decapant-de-jeremy-ferrari-a26854

Sur le même sujet