Le carnaval des animaux mis en scène par Shirley et Dino

Le couple de saltimbanques s'est attaqué à une des pièces musicales maîtresses de Camille Saint-Saens, au sein du prestigieux théâtre des Champs Elysées.

Ce haut-lieu du théâtre parisien a accueilli la suite musicale originale du compositeur, revisitée par Corinne et Gilles Benizio mieux connus sous les noms de Shirley et Dino durant toute la seconde moitié du mois de décembre 2010. Place est faite en janvier pour le jeune public des scolaires.

Tout en restant fidèle à l'esprit et aux partitions de l'œuvre originale, les deux artistes ont eu l'audace d'une adaptation musicale minimaliste, de ruptures de rythmes intégrant magie et saynètes comiques ainsi que des habillages lumineux efficaces.

L'adaptation musicale du Carnaval des animaux

A l'origine cette suite de 14 pièces nécessitait un orchestre imposant composé de 2 pianos, 2 violons, 1 alto, 1 violoncelle, 1 contrebasse, 1 flûte, 1 clarinette, 1 harmonica et 1 xylophone. Chaque pièce a sa propre programmation instrumentale selon les animaux qu'elle évoque et l'intégralité des instruments ne se retrouvait qu'au final.

L'adaptation musicale de la suite a ici été confiée à Albin de la Simone, ce pianiste autodidacte et arrangeur de talent a notamment collaboré au fil de sa carrière avec Alain Souchon, Arthur H, Vanessa Paradis ou encore Iggy Pop. A l'imposant orchestre prévu pour cette composition, il lui a préféré une petite formation moins massive constituée d'une voix de femme (soprano) se substituant aux flûtes, clarinettes et violons dans le registre aigu. Le violoncelle est conservé tout comme le piano mais dans sa version moderne du wurlitzer et également sous la forme d'un piano flexible et plat roulable et déroulable à loisir. Pour « aller vers des sonorités typées », Albin de La simone a encore ajouté une touche de modernité par la présence d'une guitare électrique, on entendra également un banjo.

Ce choix d'orchestre est un pari risqué mais réussi, l'objectif était d'avoir « une petite formation moins imposante, plus légère, très dynamique et si possible amusante, sans pour autant perdre la richesse musicale et la beauté de l'œuvre . ». C'est bien le cas et c'est un choix judicieux pour un public majoritairement enfantin qui y retrouve des instruments connus et n'est pas perdu ou trop impresionné face à pléthore d'instruments.

Le décor et la mise en scène

Quel plus bel écrin pour un spectacle que la scène du théâtre des Champs Elysées, Shirley et Dino s'accordent eux-mêmes à dire qu'il s'agit d'un « beau théâtre, peut-être le plus beau ». Ce bâtiment datant de 1913 et mêlant classique et art déco rend ce lieu luxueux, magique, impressionnant notamment pour les enfants: bas reliefs de Bourdelle dès la façade en marbre blanc, escaliers majestueux dès l'entrée, salle avec balcons, fauteuils de velours, orgue imposant.........Et c'est dans ce cadre que le couple d'artistes a pu verser un peu de leur loufoquerie et de leur talent sur la composition de Saint Saens.

Ces deux « faiseurs de spectacles enthousiastes », comme ils se nomment eux mêmes, ont choisit « deux artistes, à la fois magiciens, comédiens, jongleurs, mimes, chanteur » en la personne de Bertrand Crimet et Carmelo Cacciato. Ils incarnent « un professeur loufoque, assisté d'un assistant maladroit » censés nous faire une conférence sur l'œuvre de Saint Saens.

Cet « ovni lyrique » (dixit Telerama) nous plonge dans l 'œuvre de Saint Saens dans une version magique, les animaux sont bien mis en musique mais les partitions volent, les éléphants boivent du lait qui jaillit sur les spectateurs, des fleurs et des bulles apparaissent....Ces scènettes de magie, de jongleries comme autant d'intermèdes joyeux intégrés dans la composition musicale sont de joyeuses et heureuses trouvailles pour moderniser la suite musicale, pour la rendre plus accessible au jeune public. Les ruptures de rythmes entre les « sketches », les jeux de lumières et leurs variations alternant avec les jeux musicaux maintient l'attention et l'intérêt des enfants qui dans l'ensemble restent attentifs n'hésitant pas même parfois à s'exprimer pour communiquer avec les deux comparses.

CONT12

Théâtre des Champs Elysées

15 avenue Montaigne

http://www.theatrechampselysees.fr/saison-detail.php?t=8&s=108

Du même auteur, lire également l'article sur le Carnaval des animaux:

http://www.suite101.fr/content/le-carnaval-des-animaux-de-camille-saint--saens-a23720

Sur le même sujet