Tate modern: un espace atypique pour une collection moderne

Le Tate Modern est l'un des quatre musées de la Tate Gallery de Londres. C'est aussi le haut lieu de l'art moderne britannique.
12

Située sur les bords de la Tamise dans une ancienne centrale électrique, la galerie britannique d'art contemporain du Tate Modern est l'un des lieux touristiques les plus prisés de Londres tant pour son cadre particulier que pour les collections qu'elle abrite.

Tate modern: une usine désaffectée transformée en musée

Londres possède quatre musées baptisés "Tate": le Tate modern , le Tate Britain , le Tate Liverpool et le Tate St Yves . Toutes doivent leur nom à Sir Henry Tate, amateur et collectionneur d'art qui eut la volonté d'offrir un lieu d'exposition aux oeuvres modernes dont on refusait l'accès à la National Gallery . Originellement anciens et contemporains s'y côtoyaient mais l'agrandissement des collections nécessita un second lieu: le choix d'un collectif d'artistes et de différents partenaires s'est alors judicieusement porté sur cette ancienne centrale électrique abandonnée depuis 1982.

La Tate Britain conserve alors les collections d'art britannique de la période de la Renaissance à la contemporaine alors que la Tate Modern accueille des collections plus récentes et des oeuvres internationales. La Tate Liverpool abrite des pièces datant du XVIe siècle à nos jours issues de la collection nationale d'art britannique et la Tate St Yves fait référence à l'école de St Ives , un groupe de peintre de la région formé en 1928 par Ben Nicholson, Alfred Wallis et Christopher Wood.

Le bâtiment incroyable où loge la Tate Modern est l'oeuvre de l'architecte Sir Gilbert Scott, à qui l'on doit également les fameuses cabines téléphoniques rouges devenues l'emblème de la capitale britannique. Cet édifice a tout d'abord un emplacement idéal: il offre une vue imprenable sur la Tamise qui est à ses pieds. On y accède par le non moins typique Millennium Bridge ( magnifique pont d'acier reliant le quartier de Southwark à la City), sans compter qu'il fait face à la cathédrale Saint-Paul et est à deux pas du célèbres Globe Theatre cher à Shakespeare.

Bien que la fonction industrielle première du lieu ait été détournée, le bâtiment a été conservé et préservé intelligemment. L 'imposante cheminée de 99 m de haut se dresse toujours dans le ciel telle une citadelle imprenable. Les vastes salles, les passerelles et les poutrelles métalliques restées intactes permettent par ailleurs de conserver la mémoire du lieu. Enfin, la toiture vitrée qui a été ajoutée valorise autant l'endroit que les collections et la scénographie des expositions, qui sont en totale adéquation avec les particularités du bâtiment.

Les collections d'arts du Tate Modern

Le gigantisme du lieu et des espaces offerts tant en hauteur qu'en largeur permettent bien des audaces artistiques, comme des oeuvres de grandes tailles directement peintes sur les murs. On peut évoquer l'étrange mélange d'esquisses architecturales et d'oiseaux empaillés, fixés à même le mur, de Jannis Kounellis, ou encore la non moins surprenante Artist Rooms de Joseph Beuys. La longue toile de Pollock Born and Work USA n'y est également pas à l'étroit, tout comme les sculptures évoluant sans entrave dans l'espace offert: ballets de bronzes de Germaine Richier ou d'Alberto Giacometti.

Le regroupement des collections, d'ordinaire classées par ordre chronologique, est ici plutôt thématique et la variété des oeuvres, des supports et des techniques, présentés dans un espace si aéré rend la visite extrêmement agréable. On peut déambuler d'une salle à l'autre sans contrainte ni trajet préétablit. Les oeuvres d'artistes illustres s'offrent ici avec plus de facilité au public: on y croise celles de Picasso, de Chirico, de Dubuffet, de Kandinski ou encore de Derain et de Fernand Léger. Elles sont rendues accessibles, de nombreux enfants à moitié allongés dessinent ou réalisent des collages inspirés par les toiles devant eux, beaucoup de couples et de groupes de jeunes s'arrêtent devant certaines oeuvres puis passent devant d'autres sans sourciller. Nous sommes ici bien loin de l'élitisme et du côté sanctuaire de bons nombres de musées parisiens... Au Tate Modern, une vrai volonté d'ouverture se fait sentir.

Il faut souligner que la visite des collections permanente est gratuite. Les plans du musée, en revanche, sont payants. Une urne est à disposition des visiteurs - sans surveillance - afin qu'il s'acquittent de leur dû... tout une mentalité! Contrairement à certains musées où l'on se sent surveillé, là, on se sent accueilli!

Une extension du musée est prévue pour les Jeux olympiques de 2012, qui se dérouleront à Londres.

Site officiel du muséee: www.tate.org.uk/modern/

Sur le même sujet