Le jeu virtuel Cyberfin avec les dauphins: une thérapie d'avenir?

Le Cyberfin, programme de simulation d'immersion avec des dauphins, offre une nouvelle alternative de delphinothérapie "au sec".

Au cours de ses études sur le système neurologique des dauphins , au début des années 50, le docteur américain John Cunningham Lilly conclut que ces animaux sont en état de méditation perpétuelle, en particulier grâce à l'auto-observation de ses propres ondes cérébrales lors de sa mise au point d'un caisson d'isolation sensorielle. Poursuivant ses recherches sur le langage utilisé par ces cétacées, il élabora un dictionnaire de 30 mots qui permit de communiquer avec eux. Ce fut là le premier pas vers la "delphinothérapie" .

Une sérénité contagieuse

A sa suite, plusieurs spécialistes, dont le docteur américain David Nathason, convaincus de l'influence puissamment curative qu'offrent la présence et le contact avec ces mammifères, rendirent compte de résultats thérapeutiques de plus en plus encourageants, et ce à partir de 1988, à l'occasion du Congrès International de psychologie en Australie. Ces pionniers forgèrent des méthodes qui s’utilisent aujourd’hui dans le traitement de l’autisme, du syndrome de Down, de la paralysie cérébrale, du déficit d’attention, du retard mental, du cancer, et également pour accompagner les accouchements.

Des antécédents divins

Sacralisée à l’époque de la Grèce Antique, l’effigie de cet animal marin se trouve gravée à l’entrée du sanctuaire de l’oracle de Delphes, illustrant la légendaire sentence de Socrate: "Connais-toi toi-même". Nuire à un dauphin était alors considéré comme une offense très grave, punie par la peine de mort.

On retrouve chez les aborigènes et chez les chamanes australiens la même considération religieuse pour cet animal totem, auquel un culte est rendu au moyen de danses et d'une musique qui se joue à la flûte, la Glenda Lum, qui rappelle les intonations mélancoliques du chant des cétacées.

Une transe musicale curative

Enregistrée par le docteur britannique Horace Dobbs, fondateur dela Vigilance Internationale des Dauphins (Internation Dolphin Watch), cette mélodie, rebaptisée Dolphin Dreamstime par ce médecin, fut diffusée de façon aléatoire à un échantillon représentatif de population, accompagnée d’un questionnaire, et ce par le biais son association. Le résultat dépassa les expectatives : 70% des personnes qui écoutèrent l’enregistrement affirmèrent qu’il leur fut bénéfique.

Favoriser la proximité

Le principal problème que pose la thérapie par les dauphins réside dans l’impossibilité de la rendre accessible à tous les patients qui gagneraient à en recevoir les bienfaits. Pour surmonter l’obstacle, l’américain David Cole, créateur de l’Aqua Thougt Foundation , consacrée à l’étude des formes de pensée des animaux marins , mit au point le Cyberfin, un programme de simulation de jeux avec les dauphins qui permet de bénéficier "au sec" de leur effet thérapeutique.

Le Cyberfin

Allongé sur un matelas de cristaux liquides, pourvu de lunettes réceptrices d'images virtuelles et d'audiophones, le plongeur virtuel s'immerge dans des images de fonds sous-marins, accompagné par les sirènes nostalgiques qui lui annoncent l'arrivée des animaux thérapeutes. Lorsque ses ondes cérébrales indiquent un état suffisant de relaxation, un dauphin apparaît devant ses yeux, puis s'en va, un autre vient le saluer de ses nageoires, un troisième se colle à lui et avance à ses côtés, et d'autres rencontres se suivent ainsi. Les récifs sous-marins défilent au rythme de la danse aquatique des cétacés, qui forment une ronde et entourent leur compagnon humain une dernière fois avant de s'en séparer.

L'hypothèse de David Cole

D'après David Cole, l'impact de la rencontre réelle avec les dauphins est dû à la puissance du sonar qu'ils utilisent pour naviguer dans les eaux marines, dont l'énergie, qui peut atteindre 2000 watts, serait à la source du principe curatif que l'on observe en leur présence. "Cette énergie, affirme-t-il, est suffisante pour provoquer des changements dans les membranes cellulaires, en affectant leurs biomolécules. Il serait théoriquement possible de réorganiser et de régénérer complètement un être vivant grâce à son usage:"

Application thérapeutique

Le neurochirurgien américain David Warner, directeur de la fondation Aqua Thought initiée par David Cole, adapta Cyberfin à des chaises d'hôpitaux en les équipant de systèmes inducteurs et d'une vidéo basés sur le prototype original employé en 1994, répondant au sigle du SIGGRAPH 94.

Il l'utilisa ainsi à des fins thérapeutiques pour des enfants atteints de cancer, et pour favoriser le rétablissement post-opératoire de l'ensemble de ses malades. D'après lui, l'expérience est agréable, relaxante, positive, elle aide à oublier la douleur, soulage l'angoisse et améliore l'état d'humeur.

Il demeure néanmoins, pour David Cole comme pour David Warner, que l'effet "dauphin" soit pratiquement impossible à simuler complètement, à cause du caractère intuitif de ces animaux qui ajustent leur comportement sur mesure en fonction de ce qu'ils perçoivent des particularités de chaque être humain.

Au-delà du bénéfice thérapeutique, bien qu'ils en fassent partie, les visages illuminés de joie et les rires des milliers d'enfants, qui reçoivent actuellement un traitement par la delphinothérapie traditionnelle, en présence de vrais dauphins, font de cette méthode curative un véritable enchantement.

Source: Les dauphins, thérapeutes de la mer, de Robert Goodman, revue Mas Alla-de la Ciencia- n°101/07/1997, pages 28-34, éditorial J.C, Ediciónes S.A., Madrid.

Sur le même sujet