Les mystères de la "zone du silence", au Mexique

La "zone du silence", au carrefour de trois Etats mexicains, est le siège de phénomènes paranormaux qu'aucun scientifique ne parvient à ce jour à expliquer.
13

Au Mexique, il existe un lieu où d'étranges aberrations se produisent: les ondes radio cessent de circuler, les enregistrements au magnétophone s'altèrent, les pluies de météorites sont incessantes, la flore et la faune croissent de façon peu commune suivant des mutations uniques en leur genre, les boussoles s'affolent et perdent le nord, les vaches viennent y agoniser comme dans un cimetière d'éléphants et, pour finir, plusieurs témoins affirment y avoir vu des soucoupes volantes et même rencontré des extra-terrestres. Entre mythe et réalité, voici ce qu'il en est des particularités reconnues - et inexpliquées - de cet endroit riche en phénomènes paranormaux.

Une situation géographique prédestinée, entre les parallèles du triangle des Bermudes et de la pyramide de Gizeh

La "zone du silence" se situe au carrefour des Etats de Durango, Chihuahua et Coahuila, entre les parallèles 26 et 28, dans un lieu baptisé le Vortex de Trino. Elle partage sa localisation entre ces deux parallèles avec d'autres zones mythiquement célèbres comme le triangle des Bermudes, la pyramide de Gizeh, en Égypte, les villes sacrées du Tibet et la base de Cap Canaveral ou Cap Kennedy, siège de la NASA, aux Etats-Unis. Elle doit son nom aux interférences magnétiques qui rendent les communications impossibles dans certains secteurs. Elle a même inspiré un film d'horreur, "La Zona del Silencio", réalisé par Rodolfo de Anda en 1990.

Le documentaire de Harry de la Peña rend la zone célèbre dans les années 1990

Alors ingénieur pour la compagnie pétrolière mexicaine Pemex, Harry de la Peña, responsable de l'ouverture des chantiers dans cette zone désertique, se confronta au problème épineux de ne pas pouvoir joindre ses ouvriers par radio. Au cours de ses investigations, il découvrit un champ électromagnétique inconnu, non seulement responsable de l'altération des ondes radio et de l'affolement des boussoles, mais également capable d'attirer des corps célestes naturels autant qu'artificiels.

Ce qui tombe du ciel dans la zone du silence

Si la zone est capable d'attirer plus de météorites qu'aucune autre sur la Terre, incluant les corps célestes les plus énormes comme la fameuse météorite d'Allende , prétendue intelligente pour avoir changer de trajectoire afin d'éviter une collision imminente avec la sonde spatiale soviétique Venus-5, elle attire aussi les bolides en tout genre, jusqu'aux navettes spatiales américaines. C'est ainsi que les habitants du ranch Chupadero, en 1938, furent témoins de la chute d'un énorme bolide qui fut localisé tardivement et estimé d'un poids de 14 tonnes.

En 1975 s'écrasa un météore d'un poids de dix tonnes aux environs du même ranch. Dans l'hacienda de Morito, près du village d'Allende, on en trouva un de sept tonnes. Le 11 juillet 1970, un an après la chute du météore d'Allende, partait le missile d'investigation Atena de la base aérospatiale de Green Rive dans l'Utah, dont les parachutes ne fonctionnèrent pas, et qui se dévia de plus de 1000 km de sa course originale pour venir s'écraser dans la "zone du silence", comme attiré par un aimant.

Tortues mutantes

Il s'agit d'une espèce endémique, que l'on ne trouve que dans cette région du globe, baptisée g eopherus flavomarnatus , découverte en 1959. Ces tortues mutantes se protègent du soleil grâce à des petites cabanes de brindilles construites par leur soin. Les investigations de l'Institut technologique des études supérieures de Monterrey ont démontré qu'une haute incidence de radiation cosmique dans cette région, ainsi que l'incidence des rayons solaires qui y est 35% plus forte que dans n'importe quelle autre endroit du globe, serait à l'origine de cette mutation qui força ces tortues à développer des yeux jaunes, filtres naturels qui les protègent des rayons ultra-violets.

Cactus violets

Pour les mêmes raisons que la carapace des tortues mutantes est de couleur et de constitution uniques au monde, avec de jolis dessins en forme d'hexagone, à leur suite, des tribus de lézards, de serpents, de reptiles et d'insectes en tout genre vivent chacun une mutation particulière et unique au lieu. Celle-ci affecte également les lièvres du désert, les rats, les coyotes, et toutes les espèces animales propres à la région.

Quant aux cactus, en majorité des nopales violacés brûlés par les vents solaires, ils ouvrent le défilé aux mutations des arbustes tels que les yucas, candelillas, et mezquites.

Pour voir le documentaire de l'ingénieur et professeur Harry de la Peña sur YouTube (version originale en espagnole), cliquez ici .

Sur le même sujet