Les naguals: des sorciers animaux aux pouvoirs étranges

Le chaman nagual désigne en même temps l'animal possédé par l'âme d'un sorcier et le maître qui s'incorpore dans la bête de son choix. Ils ne sont qu'un.
42

Selon le célèbre anthropologue Benigno Horna , initié au cours de son enfance par des chamans de Panamá, les naguals se distinguent du reste du commun des mortels et des autres sorciers chamans par leur sensibilité perceptive très aiguisée, leur sens de l'observation au-delà de l'ordinaire, et, plus que tout, par leurs connaissances et leur savoir si profonds au sujet de l'espèce humaine, des animaux et des lois de la nature, qu'aujourd'hui encore leur tradition continue d'inspirer bon nombre de thérapies alternatives et de chemins spirituels.

Au contraire des autres chamans de l'époque préhispanique, en Amérique Centrale, les naguals n'utilisaient pas de champignons hallucinogènes ni d'artifices d'aucune sorte pour rentrer en transe: ils savaient se transformer à volonté, corps et âme, dans l'animal de leur choix.

La mission traditionnelle des naguals

A mi-chemin entre la vie quotidienne et le monde surnaturel des esprits, les naguals occupent un espace propre à leur rôle: ils ont pour mission de maintenir l'équilibre cosmique, social et culturel de leur clan, et de le rétablir chaque fois qu'il est perturbé. On les considère comme des guides étranges, difficiles à comprendre, respectés et parfois craints. Diverses études anthropologiques démontrent que les naguals ont été en général les meilleurs chasseurs, agriculteurs, artisans, pêcheurs et leaders de leur tribu. Spécialistes des arts sacrés traditionnels, ils tirent leurs pouvoirs de leur expérience extatique, et leur savoir est initiatique, transmis de guide à disciple à chaque génération.

Homme ou animal?

Le terme nagual identifie l'animal véhiculé par une relation de co-dépendance qui l'unit avec un chaman de telle sorte que ce qui arrive à l'un affecte l'autre. Tant que dure cette relation, l'animal est considéré comme une incarnation du chaman. Le pouvoir d'extraire l'âme hors du corps humain et de la loger dans celui d'un animal choisi est typique du chaman nagual, mais la tribu ne s'en rend compte qu'au moment précis où son sorcier se présente à elle sous la forme de l'animal prévu. C'est pour cela que le nagual désigne, selon la chronologie de l'expérience, d'abord l'animal, puis le chaman capable de s'être ainsi métamorphosé. Le terme nagual se réfère donc à l'union des deux en une seule créature qui bénéficie des pouvoirs, attributs et potentiels propres aux deux.

L'initiation d'un nagual

Les conditions nécessaires pour prétendre recevoir l'initiation nagual sont d'avoir plusieurs fois vaincu -ou survécu à- la mort, et d'avoir atteint la maturité requise avant l'âge limite, c'est-à-dire avant la fin de l'adolescence.La première étape consiste à choisir l'animal, selon trois chemins possibles. Le plus exceptionnel et le plus rare intervient lorsque les esprits désignent eux-mêmes l'animal, forgeant ainsi les naguals qui seront les plus forts et les plus puissants. Le second chemin, le plus courant, est celui de recevoir par tradition et héritage familial un animal assigné. Le troisième chemin consiste à choisir un animal librement, au gré du candidat et de son maître.

Nagual et chaman, sorcier et guérisseur

Durant l'initiation, le candidat traversera une maladie proportionnelle en gravité aux pouvoirs qu'il recevra; plus il sera proche de la mort, plus son nagual sera puissant.

Il n'est pas rare que tout le village se mobilise pour accompagner sa guérison et que l'on ait recours à des chamans de clans voisins pour lutter contre le mal et les mauvais esprits, auxquels on attribue les attaques d'epilespie fréquentes au cours de l'initiation. Le jeune initié, une fois guéri, reçoit le don de guérisseur, acquis autant par son expérience comme malade que par l'observation et l'apprentissage de tous les soins qui lui ont été apportés. Il devient ainsi capable à son tour de soigner ses semblables, ce qui est la première fonction du chaman guérisseur d'une tribu. En outre, il est aussi devenu nagual, uni corps et esprit à l'animal qui aura souffert autant que lui durant la maladie initiatique.

Les cas d'initiation forcée par l'héritage d'un ancêtre nagual

Lorsqu'un nagual est surpris ou s'approche de la mort avant d'avoir pu retransmettre son pouvoir, il s'incorpore d'autorité dans un descendant du même sexe, celui qui lui semble le plus apte à recevoir son héritage, de la même façon qu'il incorporait son animal. Son successeur traversera une longue maladie, selon le même processus que celui de l'initiation, mais il devra par contre s'éloigner du clan, s'abstenir de toute forme de relation et rester ouvert à toutes les manifestations des esprits, recherchant leur présence dans les grottes, les bois obscurs et les sites sacrés. C'est par cet intermédiaire qu'il sera initié, pendant l'agonie et la mort de son maître-ancêtre.

La confusion des indigènes face aux Espagnols à cheval

L'introduction du cheval a joué un rôle crucial dans la soumission des amérindiens pendant l'invasion des Espagnols sur le continent latino-américain, notamment au Mexique. En effet, les chevaux n'existant pas à l'époque en Amérique Centrale, la vision des conquistadors montés sur des animaux inconnus les firent assimiler à des naguals d'une importance particulière, puisque le sorcier et l'animal étaient l'un sur l'autre, les deux visibles en même temps. C'est ainsi que lorsque le cheval de Cortés fut immobilisé à cause d'une patte blessée, il reçut des rameaux de fleurs, à la façon dont on adorait les dieux, et aussi de la viande, spécialement de la volaille, pour nourrir le nagual supposé resté à l'intérieur du cheval malade.

Sur le même sujet: un esprit animal pour guider un voyage chamanique

Sources : Revue Año Cero, numero 210 Año XIX, éditions: www.akasico.com, edita AméricaIiberica, article pages 66-67: "Naguales: cuando el hombre se transforma en animal".

Sur le même sujet