L'origine psychique et spirituelle de la guérison chamanique

Fruit de 30 ans d'investigations, le livre "Les guérisseurs, messagers de la conscience", représente une étude des plus complètes sur le chamanisme.

Luísa Alba Gonzalez, historienne, écrivain et journaliste espagnole, spécialisée dans la recherche sur les phénomènes paranormaux, expose dans son livre Sanadores, mensajeros de la conciencia - El mágico poder de la sanación, (éditions Apóstrofe, Madrid 2003, réédité par Corona Borealis, Madrid, 2009), un compte-rendu dont le champ d'investigation couvre les origines et les procédés de la guérison pratiquée dans le monde du chamanisme. Elle y présente en outre l'évolution de ses méthodes dans les rituels néo chamaniques de notre époque, ainsi que les interviews de nombreux sorciers mexicains, et conclut par l'analyse du principe essentiel qui régit les phénomènes psychiques et paranormaux propres à cette culture.

Diverses formes de procéder

Il est classique de s'imaginer le guérisseur rentrer dans une espèce de transe, généralement induite par des substances hallucinogènes, qui lui révulsent les yeux et le mettent dans un état de fébrilité proche de la crise d'épilepsie. On se le représente aussi, comme dans certains films, en train de danser en rond autour du malade, scandant ses incantations à l'aide d'un bâton qui frappe le sol au rythme de son chant envoûtant, tandis que le reste du clan se balance coude à coude, en répétant les mêmes sortilèges.

Formules magiques ordinaires

Or dans la pratique mexicaine, il est beaucoup plus courant de voir les chamans soigner par des appositions de mains sur les zones souffrantes du patient, pour essayer de faire circuler l'énergie ou le fluide vital qu'ils invoquent dans leurs prières. On les voir aussi méditer à l'aide de techniques de visualisation, en signalant par exemple une couleur particulière qui s'associe à la présence d'un bon esprit, dont ils englobent alors mentalement le corps et la psyché du sujet.

La médecine dite astrale ou cosmique

C'est sans nul doute la plus connue, répandue et attendue des visiteurs. Elle consiste à pratiquer des chirurgies "psychiques" au moyen de couteaux, de dents d'ours, de griffes de puma et d'autres ustensiles totems, laissant toujours le doute sur le procédé concret de leur réalisation: le sorcier ouvre-t-il, ou non, le corps physique de son patient? Les témoignages évoquent invariablement la vision du sang, de bandages rouges sur les organes opérés, et pourtant les malades, une fois guéris, portent rarement des cicatrices. D'où la magie du chamanisme qui prétend agir au-delà du monde matériel, dans un espace spirituel qui échappe à l'entendement.

Le fil conducteur

Le souci de Luísa Alba Gonzalez, tout au long de son étude, consiste à ne pas écarter la possibilité d'une explication scientifique, soit plus exactement, à tenter de comprendre, au moyen des concepts de la médecine moderne, comment ces procédés effectués dans des conditions insalubres, en dépit de toute logique, qui mélangent paroles, gestes, et parfois quelques plantes, avec la simulation de substitution d'organes au moyen d'outils qui coupent vraiment, sans pour autant laisser de traces, peuvent avoir des effets thérapeutiques tangibles, vérifiables, nombreux et durables.

Comment les charlatans font-ils des miracles

Enrichie par trente années d'investigations dans ce domaine, l'auteur est l'une des rares à ne pas esquiver la question du charlatanisme, celle des faux guérisseurs, ou chamans pour touristes. Ils sont facilement repérables par les experts, en ce qu'ils ne jouissent d'aucune reconnaissance de la part de leur peuple, et qu'en outre, leurs cérémonies tiennent davantage du spectacle que du rituel, dont ils ignorent le vocabulaire autant que les coutumes.

Or, force est de constater que leurs pratiques ont aussi un effet thérapeutique sur leurs clients.

Le chaman, un catalyseur de forces spirituelles

Luísa Alba Gonzalez s'interroge sur le rôle que peut jouer la capacité humaine d'auto-guérison, au-delà du simple phénomène psychique de la suggestion, qui s'avère être une explication insuffisante dans beaucoup de cas, au regard des véritables "miracles" qui semblent s´être déroulés sous ses yeux, et sous ceux de beaucoup d'autres, durant les trois décennies de son enquête acharnée. Elle en conclut qu'il existe des énergies curatives que la chaman canalise, comme un récepteur, puis transmet à son malade, se métamorphosant alors en émetteur d'ondes thérapeutiques, rendant son patient apte dans le même mouvement à recevoir ce fluide "magique".

D'après elle, l´être humain posséderait par nature un pouvoir comparable à celui d'une radio-transistor, qui peut intercepter les messages et les vibrations présents dans son environnement, et qui les retransmet spontanément, pourvu que l'on sache comment la connecter à une source d'énergie suffisante et en orienter l'antenne de manière adéquate.

Les témoins qui affirment avoir été guéris par des charlatans se seraient donc connectés de façon instinctive sur un canal propice à leur guérison, le contexte exotique et l'altération de leur état de conscience, provoqué par la forte impression suscitée par la mise en scène du faux sorcier, aurait joué ici le rôle de catalyseur qui incombe normalement au chaman compétent.

Source: El mundo mágico de la curación psíquica , éditions Corona Borealis, Madrid, 2009.

Sur le même sujet