Pèlerinage au Christ Roi d'Ixtlán del Rio, Mexique

Le vendredi de Pâques, les ixtlecos gravissent 544 marches pour rendre hommage au Christ Roi qui domine et protège leur village dans l'Etat de Nayarit.

Il existe au monde peu de Christ Roi du même modèle: le plus connu est sans aucun doute celui de Corcovado, à Rio de Janeiro, au Brésil. L'une de ses répliques se trouve en Colombie, à Santiago de Cali. Trois autres sont recensés au Mexique, le plus ancien dans l'Etat de Guanajuato, dans le village de Silao, connu comme le Christ de Cubilete. Un autre se trouve dans la capitale de Pachuca. Le troisième, construit sur l'ancienne colline de Santa Catarina, dont il est dit que s'il s'écroule un jour, les flans de la montagne s'ouvriront alors pour engloutir la ville entière et ses habitants, vient d'être le lieu d'une procession mémorable.

Pèlerinage au coeur d'Ixtlán del Rio, dans l'état de Nayarit, au Mexique

Sous un soleil de plomb, et pour la deuxième année consécutive, les habitants d'Ixtlán del Rio et de ses alentours rendent hommage à l'amour et à la gloire du Christ en mettant en scène sa passion. Au cours d'une lente procession jusqu'au sommet de la colline qui marque la fin de leur pèlerinage, et malgré la chaleur asphyxiante, les ixtlecos* s'en vont déguisés en pharisiens et en soldats romains. Ils accompagnent le Christ, entouré de ses apôtres, de la Vierge Marie et de Marie-Madeleine, et qui devra porter la croix et cheminer les genoux pliés jusqu'au pied de la statue monumentale qui symbolise sa résurrection.

Les prouesses de la foi

La statue monumentale "del Cristo Rey", comme on l'appelle au Mexique, fut construite en trois étapes de l'année 1947 à 1949, à l'initiative de Monseigneur Justo Barajas, paroissien du village, sous la direction de l'architecte Guadalupe Vásquez. Le matériel nécessaire à sa réalisation, ainsi que l'eau, furent d'abord acheminés à dos de mulets. Sur une élévation naturelle d'origine volcanique, 1100 mètres au-dessus du niveau de la mer, parcourue par des vents purs d'une force considérable, se creusa finalement la brèche nécessaire pour permettre le passage du transporteur Jesús Hernandez Muro, connu comme "El Zito", qui put ainsi viabiliser l'oeuvre en facilitant le va-et-vient des ouvriers et de leurs matériaux.

Du culte aztèque à l'ère chrétienne

Antique lieu de culte païen, à peu de distance des ruines de huit pyramides aztèques, le site fut d'abord converti au christianisme grâce à l'édification d'un calvaire destiné à chasser les mauvais esprits qui, disait-on, rodaient aux alentours. En l'an 1700, selon les annales du village, la famille d'Enrique Menchaca fit construire une impressionnante croix de bois, de dix mètres de hauteur, pour mettre fin à la malédiction légendaire du puits aux âmes, flanqué sur le versant ouest de la colline. Il fallut attendre le 14 octobre 1888 pour voir construire un piédestal de briques et de chaux à la base de cette croix. En 1940 une grande quantité de décombres fut extraite de la colline pour compacter la construction de l'autoroute internationale qui relie le Mexique aux Etats-Unis, la Panaméricaine.

Le Rotary Club finance la construction de l'escalier

En 1977, grâce à l'appui du Rotary Club qui compte parmi ses membres un certain nombre d'ixtlenses* émigrés en Californie, et en collaboration avec la municipalité, il fut possible de construire le remarquable escalier qui parcourt la colline en zigzags réguliers, depuis sa base au centre de la ville jusqu'à son sommet. Il débouche sur un belvédère devenu l'orgueil touristique des habitants, après avoir marqué 15 pauses, chacune pourvue d'un banc et ornée d'une croix de bois, en référence aux 15 passages du rosaire de Marie, tel qu'il se récite au Mexique. L'esplanade, d'environ 1500 mètres carrés, offre aux passants une vue panoramique incomparable sur le village et sur les collines qui l'environnent.

Le club des Amis d'Ixtlán prend le relai

Depuis 1980, l'association des Amis d'Ixtlán a successivement pris en charge la construction d'une église au pied de la statue, puis l'édification d'une tour de style médiéval qui abrite une cloche impressionnante. Le 25 avril 1998 s'acheva la réalisation d'une Vierge de Guadalupe de cinq mètres de hauteur en métal doré stylisé, pourvue d'une croix blanche de même dimension.

Le demi-centenaire du Christ Roi se célébra en 1999, date à laquelle s'aménagèrent enfin des bases de commodités pour les visiteurs, telles que des toilettes, un parking de stationnement, et pour finir des rampes de protection autour de l'escalier et de l'esplanade.

Aujourd'hui, le site est non seulement un lieu de culte religieux qui attire des pèlerins venus de toutes parts, en particulier à la dernière lune d'octobre, pour la commémoration catholique du Christ Roi, à Noël et à Pâques, mais il est en plus l'une des attractions touristiques les plus prisées de la région. De surcroît, il s'est converti au fil du temps en centre d'activités sportives, grâce à l'organisation de concours de vitesse pour gravir ses 544 marches et parcourir au retour, le plus rapidement possible, la descente du vieux sentier abrupte sur le flanc opposé de la colline.

*Les ixtlecos sont les habitants d'Ixtlán del Rio, les ixtlenses désignent les natifs du village qui sont partis vivre ailleurs.

Sources:

-entrevue des habitants d'Ixtlán del Rio et participation de l'auteur à la procession del Cristo Rey, le jeudi saint 22 avril 2011, à 13 heures, horaire mexicain du Pacifique.

- Retazos de la historia de Ixtlán del Rio du Professeur Pablo Torres Sánchez, édité par la municipalité en 2005, éditions XXXVI de l'Ayuntamiento.

Sur le même sujet