Bob Marley, un musicien reggae et rasta en Afrique

Quels sont les liens de Bob Marley avec l'Afrique? Entre musique reggae, mouvement rasta et indépendances...
54

Ecouter les albums de Bob Marley reste une passion pour les amateurs de reggae, nombreux en Afrique. Affiches, photos et tee-shirt à l’effigie de ce chanteur continuent de se répandre. Outre sa musique et son adhésion au mouvement rastafari, les affinités de Bob Marley avec le continent noir expliquent la ferveur des Africains pour la star venue de Jamaïque.

L’Afrique dans les chansons de Bob Marley, la légende du reggae

Bob Marley n’a pas inventé le reggae mais il en est probablement le représentant le plus populaire. Dans ses chansons, l’Afrique tient une place importante.

  • War (album Rastaman Vibration , 1976) reprend un extrait du discours de Hailé Sélassié, prononcé en 1963 devant les Nations Unies, où il dénonçait l’oppression dont l’Afrique était victime. Alpha Blondy en fait une version en français sous le titre Guerre .
  • Exodus (album du même nom, 1977) invite au retour à la Terre-mère, l’Afrique, au "mouvement du peuple de Jah".
  • Africa Unite (album Survival , 1979) prône l’unité des peuples noirs de la diaspora et du continent: "Afrique tu es la pierre angulaire de mes ancêtres / Unis-toi pour les Africains étrangers / Unis-toi pour les Africains du pays".
  • Zimbabwe est le titre phare de Survival (sorti en 1979), un album majeur de Bob Marley qui rend hommage à l’Afrique et soutient les mouvements de libération. La représentation des drapeaux africains composent la pochette de l’album.

Comment Bob Marley est devenu rasta

Robert Nesta (dit Bob) Marley est né le 6 février 1945 d’une jeune mère noire jamaïcaine et d’un père âgé britannique qu’il connaîtra très peu. Il passe sa jeunesse dans un milieu pauvre et reste attaché à la Jamaïque toute sa vie. En 1966, il s’intéresse au mouvement rastafari, suite à la visite de Hailé Sélassié Ier (de son vrai nom Ras Tafari Makonnen) sur l’île, bien qu’il soit aux Etats-Unis à ce moment-là. Rapidement, Bob Marley se déclare rasta.

Le rastafarisme, initié dans les années 1930 en Jamaïque, prône un retour vers l’Afrique, la "Terre-Mère" des anciens esclaves. Pour les rastafaris, l’empereur d’Ethiopie Sélassié est l’envoyé de Jah (Dieu). Son couronnement en 1930 est considéré comme l’accomplissement d’une prophétie prononcée dans les années 1920: "Regardez vers l'Afrique, où un roi noir doit être couronné. Il sera le Rédempteur".

En Jamaïque chrétienne, le mouvement rasta est sévèrement réprimé. Il est jugé blasphématoire par l’occupant colonial britannique. Dans ce contexte, la venue de Sélassié suscite une ferveur immense chez la population. D’autant plus qu’en 1948, l’empereur a offert Shashamane, une terre d’Ethiopie, à tous les Noirs d’Amérique du Nord et des Caraïbes désirant "rentrer sur la Terre-Mère". Le lien est donc fort entre la Jamaïque, terre natale de Bob Marley, et l’Afrique, d’un point de vue politique, mais aussi sur le plan spirituel et intellectuel à travers les idées rasta.

Désir d’Afrique, Zimbabwe et voyages pour les indépendances

Le projet d’aller en Afrique mûrit peu à peu dans l’esprit de Bob Marley. En 1974, il exprime ce désir: "Je sens l’Afrique, je veux aller là-bas écrire un peu de musique. Au lieu d’aller à New-York, pourquoi ne pas aller au Ghana, au Nigeria, rencontrer le peuple noir, apprendre de nouvelles langues?"

En 1978, Bob Marley se rend à Shashamane, en Ethiopie, un pays ravagé par la révolution. Sélassié est mort depuis 3 ans. Le chanteur participe à une manifestation pour la libération de la Rhodésie du Sud (qui deviendra le Zimbabwe). Marqué par cette expérience, il écrit Zimbabwe , morceau de l’album Survival qui sort en 1979. La chanson fait le tour de l’Afrique et le propulse superstar sur le continent. Les paroles appellent à la libération: "Investissez le Zimbabwe / Détruisez tout au Zimbabwe / Africains, libérez le Zimbabwe / On va libérer le Zimbabwe!"

Début 1980, Bob Marley et son groupe jouent au Gabon à l’occasion de l’anniversaire de Omar Bongo. Pensant se produire devant le peuple, ils se retrouvent face à un millier d’invités triés sur le volet… Déception.

En avril, ils sont conviés aux cérémonies d’indépendance du Zimbabwe par le nouveau gouvernement. Celui-ci est persuadé que Bob Marley et la chanson portant le nom du nouvel Etat ont eu un rôle important dans la libération du pays. Le 18 avril, la star jamaïcaine et son groupe jouent devant les officiels (Robert Mugabe, le prince Charles, etc.). Le lendemain, ils donnent un concert mémorable dans le stade de la capitale Harare. Au son de Zimbabwe , les 50 000 Zimbabwéens présents sont en liesse!

Un an plus tard, le 11 mai 1981, Bob Marley meurt d’un cancer généralisé, après une longue agonie.

Hommages et commémorations de la mort de Bob Marley en Afrique

Chaque année, le 11 mai, de nombreux Africains rendent hommage à Bob Marley. Des discours officiels, en passant par les émissions de radios entièrement consacrées à la star du reggae jusqu’aux petites soirées sur les plages et dans les villages, l’Afrique vibre au son de Bob Marley.

En 2011, à l'occasion des 30 ans de la mort de l’artiste, d’immenses concerts sont programmés, de nombreux livres et coffrets CD ou DVD paraissent, émissions télé et radio multiplient les programmes en l’honneur de la "superstar venue d’un pays pauvre". Pour sa musique, son mode de vie, son engagement et ses idées, Bob Marley reste indétrônable dans le cœur des Africains.

Pour aller plus loin:

Texte du discours de Hailé Sélassié de 1963

Shashamane, terre rasta d’Ethiopie

Jordane Bertand, Histoire des indépendances africaines et de ceux qui les ont faites , Afromundi, 2010

Sur le même sujet