Le tableau de sable du Sénégal, un art entre nature et culture

Les tableaux de sable du Sénégal puisent dans l'imaginaire de l'Afrique. Découverte de cet art et témoignage de Joé l'artiste.
70

Le tableau de sable du Sénégal est fabriqué à partir de sable naturel. Son exécution requiert une technique originale mais délicate. Comme d’autres créateurs, Joé l'artiste trouve son inspiration dans son environnement. La représentation de l’univers africain séduit les touristes, mais il ne connaissent pas toujours le lien de cet art avec la tradition.

Les tableaux de sable: art, commerce et tourisme

Au Sénégal, là où passent les touristes, il y a souvent des tableaux de sable. Moins connues que les tableaux sous-verre, ces œuvres sont pourtant devenues une source de revenus pour des Sénégalais qui en ont fait un art et un commerce.

Des artistes locaux très créatifs réalisent des œuvres impressionnantes par l’émotion qu’elles suscitent, par les détails et la précision du geste et du trait. On observe même des styles régionaux. Tel tableau sera identifié comme provenant du Siné-Saloum, un autre du Lac rose…

Des agences de tourisme organisent des visites dans des ateliers de Dakar pour découvrir la fabrication des tableaux de sable. On trouve aussi des artistes et des revendeurs dans les rues de la capitale.

Les prix sont très fluctuants d’un lieu à l’autre, d’un artiste à l’autre. Quant aux revendeurs, ils achètent les tableaux de sable à des prix modestes et les revendent afin d’en tirer bénéfice.

La technique du sablage, tout un art…

Souvent regroupés en atelier, les artistes ne sont jamais avares de démonstration. Et l’effet est toujours saisissant! Il est également possible de s’initier à la technique du sablage, très délicate pour le débutant.

Le tableau est réalisé sur du contreplaqué. L’artiste prend un peu de sable entre ses doigts et le verse sur la partie encollée avec, par exemple, de la sève de baobab, au surnom évocateur de "colle lion". Le tableau est ensuite retourné pour se débarrasser du surplus de sable.

La mise en couleur commence par le "filage" en noir. Suivent les sables des autres couleurs. Le tableau doit sécher au soleil entre chaque étape.

Le sable est parfaitement fixé, il ne s’effrite pas. Cette même technique est parfois utilisée sur d’autres supports: toile, calebasse, cadre photo, lampe, etc.

Zoom sur le sable naturel des îles du Saloum

Des artistes utilisent du sable naturel de différentes régions du Sénégal (Lac rose, Petite Côte, Casamance…), des pays limitrophes, voire de zones plus lointaines (Sahel…). D’autres, plus rares, ont recours à la teinture. Ceux des îles du Saloum utilisent du sable naturel de leur région.

Le blanc provient de la plage, le jaune des termitières, le rouge des routes en latérite. Le noir est prélevé dans les champs que les paysans nettoient en brûlant les herbes sèches avant les plantations. Il arrive également de trouver du sable coloré en creusant à certains endroits… gardés secrets!

Après avoir été collecté, le sable est traité. En fonction de sa provenance et de son état, il est lavé, séché, broyé, nettoyé… Il est toujours tamisé avant d’être utilisé.

Pour obtenir une large palette, les quatre couleurs de base sont mélangées de manière à créer du sable gris, rose, ocre, marron, etc… Contrairement aux tableaux de sable coloré artificiellement, ceux fabriqués avec du sable naturel ne se décolorent pas.

Rencontre avec Joé l’artiste

Figuratifs ou stylisés, les tableaux de sable mettent en scène l’Afrique: porteuses, paysages, pêche, animaux de la savane, cases, cartes de l’Afrique…

Joé l’artiste a longtemps travaillé dans son atelier-galerie à Mar Lodj . Désormais installé en France, à Toulouse, il évoque ses œuvres: "Mes créations s’inspirent des activités traditionnelles. Celles-ci sont encore très présentes dans mon village où l’électricité est limitée, où les femmes vont chercher l’eau au puits, où il n’y a pas de route. L’île est parsemée de baobabs et de palmiers. Des pélicans, des hérons et d’autres oiseaux vivent dans la mangrove. Les bolongs sont parcourus par les pêcheurs en pirogue. C’est dans cet environnement, naturel et humain, que je puise mon inspiration."

Le tableau de sable, un art local entre tradition et modernité

Pour Joé l’artiste, le tableau de sable se situe dans le prolongement des pratiques des "Anciens", analphabètes en leur temps. Afin de rédiger les lignées familiales, des signes étaient apposés sur des écorces ou des feuilles d’arbres à l’aide de gomme arabique ou de résine de certains arbres tels que le baobab. Les insignes familiaux étaient gravés sur le bétail afin de pouvoir identifier les propriétaires des troupeaux de zébus.

Aujourd’hui, le contreplaqué a remplacé les écorces, et l’inscription des lignées familiales a laissé place à la liberté de création de chacun, à l’imagination des uns et des autres.

Le tableau de sable sénégalais s’inscrit ainsi dans l’évolution de l’art du sable dans le monde. Issues de contextes traditionnels, religieux ou mystiques, les pratiques artistiques liées à ce matériau se diversifient à travers des appropriations individuelles et contemporaines tout en gardant une dimension culturelle.

En savoir plus:

Vidéo d’une visite organisée dans un atelier de Dakar

L'art du sable dans le monde, des traditions à l'art contemporain

Sur le même sujet