Le Vaillant Petit Tailleur, roman postmoderne d'Eric Chevillard

En 2011, les Editions de Minuit rééditent le roman d'Eric Chevillard. Un texte qui part d'un conte traditionnel pour interroger le roman contemporain.
23

Quand Eric Chevillard, un auteur contemporain, s’empare d’un conte de toujours, le Vaillant Petit Tailleur, que se passe-t-il? Un roman baroque, pittoresque et atypique naît… et fait réfléchir sur le conte et le roman.

Eric Chevillard: un auteur pour un conte traditionnel

Un petit tailleur, fier d’avoir éliminé les mouches qui s’étaient posées sur sa tartine de marmelade, se confectionne une ceinture sur laquelle il brode "sept d’un coup". Paré de son nouvel accessoire, il s'en va parcourir le vaste monde et laisse à ceux qu’il rencontre le soin d’interpréter l’inscription: sept géants, sept hommes...

L’audace d’Eric Chevillard est autre, il veut donner un auteur au conte recueilli par les frères Grimm en 1812, et il se propose d’accomplir cette tâche. Mise en bouche par moult conteurs, l’histoire du vaillant petit tailleur est façonnée ici par les mains de l’écrivain-artisan.

L’humour d'Eric Chevillard transforme l’oral en écrit

Toujours sur le mode de l’ironie, l’auteur déjoue l’origine orale de l’histoire pour en faire un écrit, avec la même malice à laquelle recourt le vaillant petit tailleur pour relever les épreuves qui s’imposent à lui. Tout est prétexte à digression.

Le héros s’apprête à tuer des mouches: l’auteur se lance dans le récit des meurtres d’un serial killer! Le géant rencontré par le vaillant petit tailleur lit l’inscription de la ceinture: l’auteur examine le statut et le pouvoir de l’écrit! Un roi confie le commandement de son armée au héros: l’auteur raconte sa propre conscription!

Eric Chevillard ou l'exploration du langage

Les échappées d’Eric Chevillard, qui prennent la forme de considérations théoriques ou d’exemples, sont des explorations du langage, de l’écriture ou de la littérature. Il décrit ce que voit le vaillant petit tailleur, énumère des forfaits commis par deux géants, fait des clins d’œil à Don Quichotte.

Les évasions du récit se manifestent aussi comme des commentaires et des conseils sur la manière de raconter une histoire: comment commencer, comment ménager le suspense…

Et tel un kaléidoscope, de nombreuses interventions de l’écrivain ont trait aux contes. Ainsi, se succèdent des railleries sur les collecteurs (qu’il fait fusionner sous le vocable Grimmgrimm) et leurs informatrices, des digressions sur Hans-mon-hérisson ou Tom Pouce, un bref extrait de l’ouvrage de Bettelheim, Psychanalyse des contes de fées .

Le Vaillant Petit Tailleur: conte ou roman?

Difficile de trancher. Les jeux de mots pertinents à l’écrit n’auraient aucun effet à l’oral, les listes aucun intérêt, la réflexion exacerbée de l’écrivain sur le récit semblerait inappropriée chez un conteur. Mais à la lecture du livre, on entend le conte…

Comme l’indique le sous-titre du livre, Eric Chevillard se place résolument du côté du roman. Pourtant, l’ouvrage tangue entre oralité et écrit, la frontière entre les deux formes s’évanouit.

L’écrivain s’adresse à son lecteur comme le conteur à son auditoire, les passages biographiques et les digressions du romancier dans son atelier rappellent les improvisations du conteur en situation d’énonciation. L’auteur rend le lecteur complice de son projet à la manière du conteur qui fait participer l’auditeur à l’avancée du récit.

Auteur ou héros: qui est la star?

Si la distinction entre les éléments du conte et les envolées de l’écrivain est claire au début, elle s’amenuise au fur et à mesure. L’auteur devient peu à peu un personnage du conte.

Le vaillant petit tailleur affronte des géants, il est promu général, il capture une licorne et tue un sanglier furieux, puis il finit roi. En revanche, l’ambition de l’auteur s’affaiblit. Souhaitant d’abord donner à cette histoire le statut qu’elle mérite, la modestie le gagne. S’apercevant que le héros prime sur l’auteur, il désire finalement contribuer simplement à l’œuvre collective qui élabore le conte.

Et puis, quittant sa place de raconteur et d’observateur, il s’immisce subrepticement dans l’histoire…

Questionner l’oral, interroger le roman

L’humour jalonne le roman, mais bien plus qu’une parodie, cet ouvrage est une parade à l’oralité. La structure et les motifs sont retrouvés, mais bien plus qu’une variante, ce livre est une variation plurielle autour du conte du vaillant petit tailleur.

Où se situe la frontière entre le roman et le conte écrit ? Au-delà d’une optique théorique, et sans prétendre apporter de réponse définitive, Eric Chevillard, dans ce livre, pose la question de manière exemplaire…

Bonus:

Oreille rouge d'Eric Chevillard: un écrivain en Afrique

L’autofictif, blog d’Eric Chevillard

Site consacré à Eric Chevillard

Interview d'Eric Chevillard

Sur le même sujet