Emploi : le métier de la vente directe en réseau

Troisième voie de commerce en France, ce secteur d'activité offre des solutions prometteuses, sur un marché du travail engourdi.

Venue des États-Unis, la vente directe en réseau (ou marketing multi-niveaux) a été introduite en France dans les années 60. Ce canal de distribution séduit toujours davantage de personnes désireuses de repenser leur vie active autrement.

Le principe de la vente directe par réseau

« La Vente Directe est une démarche commerciale caractérisée par la présence physique effective d’un consommateur et d’un vendeur hors d’un magasin » (Code éthique de la Vente Directe).

L'entreprise de vente directe en réseau commercialise ses produits ou services par un réseau d'affiliés. Le vendeur – un distributeur agréé – est rémunéré de deux façons. Il perçoit :

  • des pourcentages sur ses ventes personnelles de produits ou services aux consommateurs.
  • des commissions sur le volume d'affaire réalisé dans son groupe (ventes, achats).

  • Il assure la présentation, la démonstration et la livraison de ses produits ou services auprès des consommateurs.
  • Il construit un réseau, en formant les personnes qui s'associent à son groupe.

Les avantages de la vente directe

La notion de vente directe désigne la vente d'un produit ou d'un service directement du producteur au client, sans la présence d’intermédiaires classiques (grossiste, détaillant...). Ce système s'appuie sur la meilleure publicité qui soit : le relationnel de confiance et le bouche à oreille. Le distributeur recommande autour de lui des produits ou services qu'il utilise et apprécie (prescripteur).

Le nombre d'intermédiaires étant très limité, les marges et coûts de fonctionnement (marketing, publicité, transports successifs), qui viennent habituellement s'accumuler entre le prix producteur et le prix final, sont considérablement réduits.

Le producteur est en mesure de proposer des produits au rapport qualité/prix appréciable, car il ne subit pas de pressions pour baisser ses prix au détriment du contenu. Les distributeurs perçoivent des rétributions motivantes et leur clientèle bénéficie d'un suivi et de conseils personnalisés.

Un système pyramidal ?

Nombreux sont ceux qui confondent vente directe en réseau et système pyramidal. Pourtant, la première est légale et très cadrée d'un point de vue juridique. Pas le second.

Les différences ne s'arrêtent pas là. La vente en réseau repose sur des ventes effectives de produits ou services. Chacun gagne en fonction du travail fourni. Un distributeur peut donc dépasser celui qui l'a recruté ou précédé, en fonction de ses résultats.

Dans un fonctionnement pyramidal ou « boule de neige », les organisateurs s'enrichissent en réalisant des profits sur des cotisations ou sur les droits à participer au réseau. Dans ce type d'escroquerie, les initiateurs sont toujours ceux qui gagnent le plus, comme dans le jeu de « chaîne de lettres ». Sans formations dispensées, sans ventes effectives et régulières de produits ou services au consommateur, ce type de fonctionnement ne saurait être pérenne.

Un cadre juridique précis

Les distributeurs de la vente directe peuvent être indépendants ou salariés . Nous détaillerons ici le statut d'indépendant acheteur-revendeur. Le distributeur est lié à sa société partenaire (fournisseur) par un agrément de distribution et bénéficie du statut de VDI (Vendeur à Domicile Indépendant).

Au regard de la sécurité sociale (article L.311-3-20° du Code de la Sécurité Sociale), le VDI est assimilé salarié (sauf s'il est déjà inscrit au registre du commerce). Ses cotisations sociales sont payées par l'entreprise partenaire.

Il n'est pas tenu à des quotas, à un secteur géographique ou à une clientèle spécifiques, mais doit appliquer les articles L.121-21 et L.121-22 du Code de la consommation .

Il dépend du régime de la micro-entreprise et n'est pas assujetti à la TVA. Selon divers critères et seuils de progression de son affaire, il évoluera vers un statut d'auto-entrepreneur puis de commerçant.

Les sociétés adhérant à la Fédération de Vente Directe (FVD) doivent répondre à des règles professionnelles rigoureuses contenues dans le Code de conduite des entreprises de Vente Directe et dans le Code éthique de la Vente Directe.

Un fort potentiel d'emploi

La vente directe peut s'exercer à temps plein ou partiel, de manière habituelle ou occasionnelle. Elle peut donc être envisagée comme activité d’appoint ou comme activité professionnelle à part entière.

La contribution économique et sociale de ce secteur d'activité est considérable. La volonté du Ministère de l’Emploi est de le rendre plus visible. Le 12 mai 2010, la Fédération de Vente Directe signait un accord avec le ministère de l'Emploi en vue de la création de 100.000 emplois en trois ans.

La vente directe en réseau donne accès à l'emploi de manière flexible et quels que soient la formation d'origine ou le parcours professionnel.

C'est également une remarquable occasion de se former gratuitement et de développer des compétences variées, notamment en vente, en management d'équipes.

Sur le même sujet