Le bambou, une plante de bien-être

Entrant dans la composition de diverses préparations culinaires ou médicinales, le bambou possède des qualités nutritives et cosmétiques appréciables.
608

Bien des usages du bambou sont désormais connus, à commencer par son rôle ornemental dans les jardins et les parcs ou comme plante d'intérieur. Il sert également de matériau pour la fabrication d'objets du quotidien. Les pousses de bambou sont un aliment typique de la cuisine asiatique. Mais les bienfaits du bambou sur le plan nutritionnel et comme soin de beauté sont moins connus.

Le bambou, une plante comestible

Le bambou est une plante de la famille des herbacées, originaire de l'Asie du Sud et du Sud-Est, où elle est symbole de chance et de fortune. Elle est sacrée au Japon. En grandissant, elle développe un bois particulièrement dur et résistant.

Le bambou représente la nourriture exclusive du panda. Mais c'est lorsqu'il vient de sortir de terre qu'il est consommable par l'homme (bouilli ou cuit). Les pousses, appelées turions, sont récoltées avant qu'elles n'atteignent 30 centimètres de haut (à deux semaines). Tendres et croquantes, elles ont un goût qui rappelle le maïs.

Des boissons fermentées et de l'eau-de-vie sont produites dans certaines régions à l'aide des feuilles de bambou. Les tisanes de jeunes feuilles sont, paraît-il, un excellent coupe-soif.

Qualités nutritionnelles des pousses de bambou

Les pousses de bambou sont peu énergétiques: elles représentent environ 14 calories pour 100 grammes (l'équivalent d'une tasse). Elles sont source de fibres, de potassium, de calcium, de vitamines A, B1, B2 et C. Elles contiennent jusqu'à 17 acides aminés. La sève de bambou est riche en minéraux et plus particulièrement en silice.

Le bambou apporte également des phyto-nutriments comme les lignanes (antibactériennes) et des acides phénoliques, qui seraient antioxydants et légèrement anti-inflammatoires.

On prête au bambou de nombreuses propriétés, notamment anti-inflammatoires, antirhumastismales, aphrodisiaques, expectorantes, fébrifuges, toniques (source: Lexique des compléments alimentaires , Jean-Marc Darguère).

Le bambou comme plante médicinale

Le bambusa arundinacea est la variété la plus souvent employée à des fins médicinales. Toutes les parties de la plante présentent un intérêt (feuilles, racines, graines, tige).

Le liber (face interne de l'écorce, d'aspect laiteux) est un élément apprécié de la pharmacopée asiatique. Les Indiens lui donnent le nom de vamsha-roshana et les Chinois de zhu ru.

Les jeunes pousses femelles, très riches en silice, sont désormais prisées dans les pays occidentaux pour leurs bienfaits sur les articulations et pour fortifier les phanères (cheveux, ongles).

En apportant des minéraux naturels à l'organisme, l'exsudat de bambou permettrait d'entretenir les articulations, de maintenir une minéralisation normale des os et d'accompagner la consolidation des fractures.

L'exsudat est obtenu à partir des tiges de bambou broyées. Il est appliqué en cataplasme sur la peau ou bien commercialisé sous forme de capsules pour un usage interne. Il ne présente aucune contre-indication connue.

Le bambou en cosmétique

Les bienfaits de ses vitamines et minéraux, le bambou les apporte également à la peau. Ceux-ci se retrouvent en proportions différentes selon les méthodes et parties de la plante employées.

L'industrie cosmétique récupère les agents actifs du bambou de deux manières: soit par hydro-distillation des feuilles, soit par extraction d'un exsudat, appelé «moelle», à partir des nœuds de bambou (cloisonnements entre les différentes parties de la tige). La moelle est connue sous le nom de «bamboosil» en Chine et de «tabashir» en Inde.

La silice et la vitamine C, en tant qu' antioxydants , permettent de ralentir les effets du vieillissement. Ces éléments favorisent la formation de collagène, qui confère son élasticité au derme.

Les vertus hydratantes, purifiantes et revitalisantes du bambou sont bénéfiques dans les produits capillaires ou dermatologiques, tandis que ses agents antibactériens en font un ingrédient de choix pour les déodorants.

Le vinaigre de bambou (shikusaku) est réalisé par condensation lors de la production de charbon de bambou . Au Japon, il sert à adoucir la peau ou les cheveux.

Consommer du bambou

Les turions frais se trouvent facilement en Asie, ce qui n'est pas le cas dans les pays occidentaux. Ils sont le plus souvent conditionnés en conserves, ce qui dénature leur goût et leur fait perdre une partie des nutriments.

Les commerces d'alimentation asiatiques vendent des pousses de bambous fraîches ou bien cuites et mises sous vide. Les pousses de bambou crues sont impropres à la consommation (amères, indigestes et légèrement toxiques).

Pour les préparer, il convient d'abord de les laver et de retirer les feuilles extérieures. Elles doivent ensuite cuire une bonne vingtaine de minutes dans de l'eau bouillante puis reposer toute une nuit dans cette eau. Enfin, elles seront épluchées et débitées en lamelles avant d'être consommées, soit en accompagnement de viandes ou de sauces (par exemple dans la recette de porc au caramel ), soit en salade, soit en soupe.

Sur le même sujet