Le ginkgo biloba, un arbre millénaire invincible

Cet arbre préhistorique surprend autant par sa résistance et sa longévité que par ses vertus, utilisées en pharmacopée chinoise depuis des siècles.
575

Surnommé "l'arbre aux mille écus" en raison de sa belle couleur jaune vif à l'automne, le ginkgo est sacré au Japon. Ses feuilles et ses fruits entrent dans la symbolique nippone ainsi que dans la composition de remèdes asiatiques ancestraux.

Des arbres millénaires

Le ginkgo est un arbre robuste et majestueux pouvant atteindre 40 à 50 mètres de haut. Il fait partie de la plus ancienne famille arboricole connue au monde. Des fossiles permettent de dater les premiers ginkgos à environ 270 millions d'années. Il existait alors sept espèces de ginkgos. Au Crétacé (il y a 65 millions d'années), ils ont quasiment disparu de notre planète, suite à des périodes de séismes, de réchauffements climatiques et de glaciations. Seul le ginkgo biloba a subsisté, dans une vallée chinoise isolée.

Actuellement, les plus vieux spécimens de Chine sont âgés de 3000 ans. Au Japon, aucun d'entre eux n'est mort de vieillesse depuis leur introduction dans le pays, il y a 700 ans. Les premiers ginkgos d'Europe sont arrivés au XVIIIe siècle. Désormais, ils ont reconquis la planète, notamment comme arbres d'ornement , le long des grandes avenues et dans les parcs.

Le nom de l'arbre vient du chinois "yin kuo" (qui signifie "abricot d'argent") et de "biloba", en raison de ses feuilles en éventail bilobées, c'est-à-dire incisées au milieu. Sa reproduction se fait par germination des graines ou par bourgeonnement des racines.

Le ginkgo, un arbre indestructible

Les traditions et légendes du Japon laissent à penser que la robustesse du ginkgo est connue depuis longtemps.

C'est une tragédie qui a permis de confirmer ces croyances ancestrales. Le 6 août 1945, la ville nippone d'Hiroshima était anéantie par une bombe nucléaire. En un instant, toute forme de vie s'était volatilisée. Rien ne pouvait plus survivre dans cette zone irradiée.

Pourtant, quelque temps après le cataclysme, un ginkgo situé à environ un kilomètre de l'épicentre donna quelques bourgeons et reverdit, de même que 6 autres ginkgos, là où tous les végétaux étaient restés calcinés.

De nos jours, les ginkgos bordent les artères des grandes villes car leur capacité à accumuler la pollution est remarquable. Contrairement aux autres arbres, ils peuvent survivre dans un environnement fortement pollué, sans être malades.

Les feuilles du ginkgo résistent au feu (elles ne brûlent pas facilement). Lorsque le tronc d'origine est endommagé ou détruit, de jeunes pousses rejaillissent des racines.

Les propriétés du ginkgo

Depuis près de 3000 ans, la médecine traditionnelle chinoise recourt au ginkgo. Consommé à long terme, il apporterait des bienfaits à plusieurs fonctions du corps et renforcerait le système immunitaire. Ses graines (amandes situées dans les fruits) sont employées pour les voies respiratoires et urinaires.

Toxiques lorsqu'elles sont crues, les amandes sont consommées grillées ou bouillies. Elles sont semblables à de grosses pistaches et leur saveur se rapproche de celle de la châtaigne.

Les feuilles permettraient d'activer la circulation sanguine et selon de récentes études , elles amélioreraient les fonctions cognitives et la mémoire. Les paysans chinois s'en servent en décoction comme insecticide et répulsif naturel, respectueux de l'environnement.

Le ginkgo contenant des molécules actives compliquées à isoler, la recherche médicale à son sujet ne s'est développée que tardivement (il y a une trentaine d'années), en particulier dans des laboratoires pharmaceutiques français et allemands.

Les flavonoïdes et les terpènes, principales substances actives des feuilles, ont un effet antioxydant . C'est-à-dire qu'ils piègent les radicaux libres et ralentissent le vieillissement cellulaire. D'autre part, ils agissent de façon complémentaire, comme vasodilatateurs ou vasoconstricteurs, pour réguler la circulation sanguine en fonction des besoins de l'organisme.

La symbolique du ginkgo

Le ginkgo est un arbre vénéré en Chine et au Japon. On lui prête un pouvoir protecteur, du fait de sa robustesse. De nombreux ginkgos ont été plantés près de temples. Dans l'Empire du Soleil Levant, leurs graines sont offertes comme présent traditionnel lors des cérémonies de mariage.

Par le passé, on croyait que sa reproduction était proche de celle des humains, à cause des protubérances aux formes mammaires ou phalliques visibles sur les vieux troncs. La ressemblance du ginkgo avec le corps humain lui a valu sa supériorité parmi les arbres, aux yeux des Japonais.

Aujourd'hui, on sait que le mode de fécondation du ginkgo est effectivement comparable à celui des humains et des animaux : des spermatozoïdes nagent vers des ovules. Il existe des arbres femelles (porteurs de fruits) et des arbres mâles (porteurs de pollen).

Le ginkgo se retrouve aussi dans le sumo, une tradition japonaise ancestrale. Les plus grands rikishi (lutteurs de sumo) portent une coiffure appelée oicho (grand ginkgo). Cette manière d'arranger leurs cheveux, selon la forme d'une feuille de ginkgo, est censée leur transmettre le caractère invincible de l'arbre.

Depuis la catastrophe d'Hiroshima, où le ginkgo a démontré sa force et sa résistance, il symbolise la force et l'espoir dans la culture japonaise. Au niveau international, il représente des espoirs pour l'avancée médicale.

Sur le même sujet