Michael Jackson et l'affaire Chandler

Enquête sur des allégations de pédophilie qui firent planer des soupçons sur le Roi de la Pop. A-t-il été victime d'une escroquerie ?
Advertisement

En 1993, une affaire de mœurs fit beaucoup de bruit autour de Michael Jackson. Inondés de scoops par les médias, les lecteurs eurent peu d'occasions d'apprendre des informations sérieuses.

Jordan Chandler et Michael Jackson, une amitié jalousée

Jordan Chandler ("Jordie") rencontra son idole en 1992, à l'agence automobile de son beau-père, Dave Schwartz. Michael Jackson était tombé en panne sur une route de Los Angeles.

La star se prit d'amitié pour l'enfant de 12 ans et sa famille. Il les gâtait, les recevait dans son domaine de Neverland ou séjournait chez eux.

Exhortant l'artiste à rester plus souvent avec son fils, Evan Chandler lui suggéra de faire construire une extension à sa maison. Il semblait déjà vouloir tirer avantage de cette relation.

En compagnie des enfants, le Roi de la Pop retrouvait une part d'insouciance et de sa propre enfance, perdue au profit de son ascension vers la célébrité. Les journées avec Jordan et sa fratrie finissaient parfois en bataille de polochons et tous s'endormaient dans la même chambre.

La superstar emmena régulièrement Jordan, sa mère June et sa demie-sœur en voyage. Evan Chandler commença à jalouser cette complicité et à fomenter des suspicions.

Le plan machiavélique d'Evan Chandler

A l'occasion d'une conversation téléphonique, Dave Schwartz jugea bon d'enregistrer secrètement Evan Chandler, celui-ci s'étant déjà montré violent et menaçant envers lui.

L'enregistrement révèle que Chandler comptait retirer la garde de Jordan à sa mère et projetait d'extorquer Michael Jackson, de le détruire:

« Ça va être le jack-pot ! » déclarait-il. « Cet avocat... j'ai pris le plus salaud que j'aie pu trouver » ( enregistrement d'Evan Chandler diffusé par CBS News ).

A côté de son métier de dentiste, Evan Chandler avait un projet cinématographique. Après avoir essuyé un refus de la part du Roi de la Pop pour son financement, il éprouvait une rancune vangeresse. De plus, il devait 68000 dollars à June.

Au lieu de protéger l'anonymat de son fils et de s'adresser à la police, il fit appel à Barry Rothman, un avocat aux pratiques peu scrupuleuses et avide de publicité. Proche de la faillite, Rothman avait besoin d'argent également.

Montée des accusations de pédophilie

Rothman contacta un psychiatre. Par téléphone, il lui exposa une situation hypothétique. Sans même avoir rencontré Jordie, le psychiatre conclut dans une lettre qu'on pouvait             « raisonnablement soupçonner qu'un abus sexuel puisse avoir eu lieu ». Chandler et Rothman firent pression sur Michael Jackson et réclamèrent 20 millions de dollars.

Interrogé par l'enquêteur Anthony Pellicano, Jordie continuait de démentir tout geste déplacé. Ni la mère, ni le beau-père de l'adolescent ne croyaient Michael Jackson coupable.

Prétextant un soin dentaire, Evan Chandler administra au garçon du sodium Amytal. Sous l'effet hypnotique du ''sérum de vérité'', l'enfant prononça ses premières accusations. Censé être utilisé seulement en milieu hospitalier, ce sédatif est très contesté car il peut suggérer de faux souvenirs.

Révélations au grand jour et enquête

Suite aux allégations de l'enfant, une enquête fut lancée. L'affaire fut ébruitée et la presse mondiale s'en empara, dans une telle compétition que les informations n'étaient plus vérifiées.

Craignant que la garde de Jordie lui soit retirée, June Schwartz se rangea finalement, avec Dave, du côté de l'accusation.

Aucun élément d'enquête policière ne vint corroborer les inculpations : ni les perquisitions dans les lieux de résidence du chanteur, ni son répertoire téléphonique confisqué, ni l'examen de ses parties intimes comparé aux descriptions par Jordan, ni les interrogatoires auprès de centaines de personnes et d'enfants l'ayant côtoyé.

A côté de cette affaire, la plainte pour escroquerie déposée par Michael Jackson reçut très peu d'attention. Certaines personnes appellent cela la « justice noire dans l'Amérique des Blancs».

Michael Jackson a-t-il acheté le silence de son accusateur ?

Le 25 janvier 1994, une somme restée secrète fut versée aux Chandler. Pour l'opinion publique, cela équivalait à une preuve de culpabilité: Michael Jackson avait voulu acheter le silence des Chandler.

En réalité, ce sont ses assurances qui avaient décidé de privilégier un accord financier plutôt qu'un procès: si le Roi de la Pop avait mis sa tournée de concerts en suspens, la perte financière aurait été bien plus élevée que les sommes conclues dans l'accord. De plus, il était très fragilisé sur le plan émotionnel, car harcelé quotidiennement par les médias. Sans compter que le contexte politique et racial lui était défavorable: Los Angeles se relevait juste de l'affaire Rodney King et le comté de Santa Barbara était peuplé de Blancs conservateurs.

Aux USA, il y a toujours deux procès: le civil (plaignant contre accusé) puis le pénal (Etat contre accusé). Dans cette affaire, l'accord financier mettait fin au procès civil uniquement. Pas au pénal. S'il n'y a jamais eu de procès pénal, c'est qu'aucun élément à charge n'a été retenu contre Michael Jackson.

Bilan consternant et suicide d'Evan Chandler

Le Roi de la Pop, démoli moralement, sombra dans une dépendance aux calmants. Il dut interrompre ses concerts pour suivre une cure de désintoxication et se reposer.

Avoir payé ses accusateurs s'avéra être un choix catastrophique de la part de ses avocats: une dizaine d'années plus tard, la famille Arvizo l'accusa, tentant à son tour d'obtenir de l'argent. Bien que totalement innocentée, la star ressortit très éprouvée du procès (2005).

Lors d'un discours à la faculté de droit d'Harvard, Thomas Mesereau (avocat du Roi de la Pop), a indiqué que Jordan Chandler n'a pas comparu au procès de 2005 et pour cause: plusieurs témoins auraient été prêts à déclarer ce qu'il leur avait confié, à savoir que Michael Jackson n'avait rien commis d'inapproprié ; Jordan en voulait beaucoup à ses parents de l'avoir obligé à accuser la star. Il s'est légalement émancipé d'eux suite aux accusations de 1993 et ne leur a plus jamais parlé. Peu de temps après la mort de Michael Jackson, le jeune homme déclara publiquement avoir menti sous la pression de son père. 

En novembre 2009, Evan Chandler se suicidait. Culpabilité, remords? Il semble qu'en définitive, cette affaire ait eu des conséquences tragiques pour tous les protagonistes.


Advertisement
1

Michael Jackson