Michael Jackson le philanthrope

Ignorée de la plupart des médias, la générosité du Roi de la Pop pour notre planète et pour les personnes dans le besoin était pourtant sans égale.
80

En s'éteignant le 25 juin 2009, Michael Jackson a laissé bien plus que des records et talents artistiques exceptionnels. Il a légué un héritage humanitaire colossal, curieusement méconnu du public.

Concerts et donations

A chacune de ses tournées, Michael Jackson redistribuait une part des bénéfices au profit de causes philanthropiques .

A l'issue du Triumph Tour à Atlanta (1981), du Victory Tour (1984), ou de ses tournées mondiales Bad, Dangerous et HIStory, il offrit des millions de dollars à divers organismes caritatifs, orphelinats et hôpitaux ou pour l'éducation d'enfants des bidonvilles.

En 1992, il créa la fondation Heal The World , contre la famine, les dépendances, le Sida et les sévices sur mineurs.

Les bénéfices de sa prestation au Super Bowl de Pasadema (Californie, 1993) et 1,25 millions de dollars, allèrent au profit d'enfants victimes d'émeutes à Los Angeles.

Les spectacles de bienfaisance auxquels il participa, comme «Michael Jackson & Friends» (Corée et Allemagne, juin 1999) et «United We Stand» (Apollo de Harlem, octobre 2001) rapportèrent chacun 3 millions de dollars. L'un au profit de l'Unesco, de la Croix Rouge et du Fond pour l'Enfance Nelson Mandela , le second en faveur des victimes des attentats du 11 Septembre 2001.

Visites d'hôpitaux et d'orphelinats

Tout au long de sa carrière, Michael Jackson s'est rendu dans des orphelinats et hôpitaux du monde entier, jouant avec des enfants malades, handicapés ou orphelins, leur racontant des histoires, leur apprenant le jeu d'échecs ou leur signant des autographes.

Il leur offrait des cadeaux par milliers (disques, livres, jouets, jeux vidéo, places de concerts) et des moments d'affection. En parallèle de sa tournée Dangerous (1992-1993), il finança des dizaines de milliers de vaccins et des équipements d'hôpitaux.

Sérieusement brûlé au crâne (en 1984) sur le tournage d'une publicité, il reçut 1,5 millions de dollars de dommages et intérêts, qu'il employa à l'aménagement d'un centre pour grands brûlés, le «Michael Jackson Burn Center».

Neverland, un royaume enchanté

A maintes reprises, la superstar a ouvert les portes de sa propriété Neverland (même en son absence) à des groupes d'enfants malades ou issus de milieux défavorisés, leur offrant des moments d'insouciance et de bonheur.

Tandis que le personnel de Neverland veillait sur eux, ils pouvaient s'amuser dans les attractions, découvrir le zoo, consommer des boissons et friandises à volonté ou profiter de la salle de cinéma, (des lits d'hôpital étaient même prévus pour les plus affaiblis).

Rencontres avec des enfants malades

Au cours des décennies, Michael Jackson a rencontré en personne plusieurs enfants très malades, réalisant ainsi leur souhait ultime: celui de rencontrer leur idole.

Parmi eux, feu David Smithee, atteint d'une fibrose kystique (1984), Donna Ashlock, transplantée du cœur (1986), David Rothenburg, gravement brûlé par son père (1988) et feu Ryan White, contaminé par le virus du Sida lors d'une transfusion sanguine (1989). Il lui dédiera sa chanson « Gone Too Soon ».

Entre 2000 et 2003, il accueillit Gavin Arvizo et sa famille à Neverland. L'enfant était atteint d'un cancer en phase terminale. Selon sa famille, l'atmosphère de Neverland et les attentions de Michael Jackson contribuèrent largement à la guérison quasi «miraculeuse» de Gavin.

Pendant une visite dans un hôpital avec son épouse Lisa Marie Presley (Budapest, 1995), l'artiste s'enquérit de la santé du petit Bela Farkas : l'enfant de quatre ans avait besoin d'un foie. Il le sauva grâce à une transplantation financée par son association Heal The World.

Actions pour la planète

Le Roi de la Pop était sensible aux fléaux comme les conflits, les catastrophes naturelles ou celles causées par l'Homme. Il prônait l'amour, la paix, la protection de notre planète.

En 1986, il recueillit un chimpanzé, le célèbre Bubbles, le sauvant d'un laboratoire d'expériences sur animaux. En 1991, il devint donateur de l'association de Jane Goodall , dédiée à la protection des chimpanzés.

En novembre 1992, il sensibilisa ses concitoyens à la cause des enfants de l'Ex-Yougoslavie. En partenariat avec Americares, il fit affréter un cargo pour Sarajevo, avec 47 tonnes de vivres et de produits pharmaceutiques.

En 1994, suite au terrible tremblement de terre de Los Angeles, il fit don de 85 000 dollars en faveur des sinistrés, finançant également des appareils ménagers, des vaccins, du savon et des jouets.

Lorsque les forêts françaises furent dévastées par les tempêtes de fin 1999, il subventionna le reboisement des parcs du Château de Versailles.

Des chansons altruistes

Avec nombre de chansons, Michael Jackson voulait sensibiliser le monde à la paix, à l'environnement ou aux fléaux de notre planète, comme «Heal The World» et «Earth Song».

Il céda ses droits d'auteur sur la chanson «Beat it» en faveur d'une campagne contre l'alcool au volant (1984) et les recettes de « Man In The Mirror » pour des enfants cancéreux (1988).

Il mobilisa des chanteurs renommés autour des célèbres chansons « We Are The World » en 1985 et « What More Can I Give » en 2001. Les ventes de disques de la première dégagèrent 10 millions de dollars pour des associations de lutte contre la famine en Ethiopie et au Soudan, la seconde fut chantée au concert «United We Stand» pour les victimes du 11 Septembre.

Record humanitaire

Les dons et actions du Roi de la Pop , indénombrables, ne s'arrêtent pas là. Citons notamment moult donations consécutives à des ventes aux enchères, et des bourses offertes à des étudiants.

C'est l'artiste qui a soutenu le plus grand nombre d'organisations caritatives au monde (une quarantaine ) pour une somme évaluée à 200 millions de dollars selon l'édition Millenium du Guinness des Records, voire 400 millions à ce jour.

L'héritage humanitaire de Michael Jackson , occulté par les scoops mensongers et la controverse , mérite d'être révélé au grand jour et d'être relayé, pour la postérité. Juste avant sa disparition, il projetait de financer un hôpital pour enfants.

Sur le même sujet