Mort de Michael Jackson : enquête et pistes principales

Accident, homicide, suicide ou conspiration ? Récapitulatif des hypothèses prédominant au sujet du décès prématuré et suspect du Roi de la Pop

Lorsque Michael Jackson s'éteint en juin 2009, c'est la stupeur générale. L'annonce de sa disparition déclenche une prise d'assaut sans précédent de la toile internet mondiale. Depuis, entre informations foisonnantes, contradictoires voire fantaisistes, des millions d'admirateurs restent dans le flou quant aux circonstances exactes du décès. Quelques pistes prédominent ; en voici un condensé.


La version officielle

Au printemps 2009, Michael Jackson se trouve en pleine période de répétitions. Il prépare This is it , un retour sur scène très attendu. Le début de la série de concerts, à l'O2 Arena de Londres, est prévu pour juillet.

Le jeudi 25 juin, en début d'après-midi, une foule inquiète s'amasse au pied de l'UCLA Hospital (centre médical de Los Angeles), où vient d'être transféré le chanteur. Puis la nouvelle tombe, officialisée par son frère Jermaine : le Roi de la Pop, âgé de cinquante ans, vient de décéder d'un arrêt cardiaque, à 14h26.

Quelques heures auparavant, dans la résidence de la star à Holmby Hills, le Docteur Murray administrait des sédatifs à son illustre patient pour l'aider à trouver le sommeil. Après s'être momentanément absenté de sa chambre, il le retrouva inconscient. Il tenta de le réanimer par massage cardiaque pendant une demie-heure, sans succès. Alvarez, un membre du personnel de sécurité, contacta le 911 (numéro d'urgence) et peu après, une ambulance emmenait le chanteur à l'hôpital.

Selon les conclusions du rapport d'autopsie, Michael Jackson aurait succombé à une overdose de Propofol, un puissant anesthésiant.


La thèse de l'homicide involontaire

L'enquête s'oriente naturellement vers le médecin qui s'occupait de Michael Jackson au moment de l'accident. S'agit-il d'une négligence médicale ?

D'après le Docteur Murray, interrogé lors d'une audience en janvier 2011 à Los Angeles, il traitait l'artiste pour insomnie avec du Propofol depuis six semaines au moment du décès. Selon ses dires, il aurait voulu le déshabituer de ce puissant anesthésiant en lui donnant d'autres sédatifs.

Cependant, le rapport d'autopsie conclut que «la procédure standard d'administration du Propofol n'a pas été suivie». En effet, le produit a été administré sans équipement approprié et sans accompagnement adéquat, comme la présence d'un anesthésiste.

De nombreux manquements au niveau des soins du médecin écartent l'hypothèse du simple accident, de même que diverses incohérences entre ses dires, la chronologie des événements et les résultats du rapport. Ce dernier conclut à un homicide involontaire .


La thèse du suicide

Selon le Docteur Murray (dans les comptes-rendus de l'audience), c'est à la demande insistante de Michael Jackson qu'il lui aurait injecté, à 10h40, 25mg de Propofol. Ensuite, la star impatiente de trouver le sommeil se serait administré une deuxième dose plus importante. Le Docteur s'en serait rendu compte vers 11 heures.

Interviewé sur le sujet par Hollywood.TV, Thomas Mesereau (avocat de Michael Jackson lors du procès de 2005 qui l'a innocenté), exclut toute idée d'un suicide. Selon lui, la star aimait trop ses enfants pour les abandonner et accomplir un tel geste. Quant au rapport d'autopsie, il explique qu'une auto-injection de Propofol était impossible, étant donné les circonstances et le mode d'administration du produit.

L'hypothèse d'un suicide exonérerait le docteur de toute responsabilité dans la mort de la star et pourrait fermer la porte à une enquête plus approfondie sur l'implication possible d'autres personnes.


La thèse d'une conspiration 

Le 5 mars 2009, le Roi de la Pop annonçait, lors d'une conférence de presse à Londres, son retour sur scène. Il pensait avoir signé un contrat pour 10 concerts. Mais l'engouement du public était tel que les producteurs de l'artiste avaient ajouté 40 dates, sans le consulter.

Dans l'entourage de la star (sa famille, sa maquilleuse Karen Faye et un cercle de fans qui le fréquentait régulièrement), certains se sont souciés de sa perte de poids, d'autres étaient inquiets de se voir progressivement interdire, par le personnel de sécurité, toute approche de Michael Jackson ou tout contact.

Quant à Katherine Jackson, elle s'interroge sur le rôle joué par AEG Live (compagnie chargée d'organiser les concerts), notamment au niveau des conseillers et représentants engagés pour entourer son fils. Le 10 juin 2010, sur CNN, Randy Jackson dénonçait la pression énorme que faisaient peser les créanciers sur son frère. Et d'après leur sœur LaToya (dans l'émission britannique "The Paul O'Grady Show") Paris Jackson a révélé que son père subissait un surmenage .

Les zones d'ombre restent trop nombreuses pour laisser croire à l'hypothèse d'un simple accident. Pourquoi les vidéos des caméras de surveillance à Holmby Hills étaient-elles incomplètes ? Pourquoi le médecin a-t-il dissimulé des flacons de Propofol ? Les questions se multiplient et les soupçons de conspiration enflent...

Sur le même sujet