Polémique autour de l'album posthume de Michael Jackson

Tandis que les titres inédits de l'album « MICHAEL » sont attendus avec impatience, les fans du regretté Roi de la Pop s'inquiètent de sa légitimité
17

Le nouvel album « MICHAEL » sera officiellement en vente le 14 décembre 2010. Malgré l'engouement que soulèvera cet ouvrage, les fidèles admirateurs de la star s'insurgent. Ils n'ont pas oublié certains événements inquiétants et doutent de l'authenticité de l'album.

« Michael », le nouvel album du Roi de la Pop

Le 8 novembre 2010, le site officiel de Michael Jackson annonce la diffusion en exclusivité de « Breaking news », extrait de « MICHAEL ». Il s'agit du premier album de nouveautés de l'artiste depuis 9 ans.

Selon le site, « Michael Jackson a continué à écrire et enregistrer partout où il allait, depuis la maison d’un ami au New Jersey jusqu’aux studios d’enregistrement de Las Vegas et Los Angeles, avec un petit groupe de collaborateurs minutieusement choisis ».

La couverture de l’album, une peinture à l'huile créée en 2009 par le peintre Kadir Nelson, représente une rétrospective des moments clés de la vie de la star.

Le site précise que l'album sera rendu disponible par Epic « en collaboration avec les ayant-droits de Michael Jackson » (le label Epic est détenu par Sony).

Est-ce bien Michael Jackson qui chante ?

Dès la première écoute de « Breaking news » , le doute s'installe. Les fans ne reconnaissent pas la voix de leur idole. Sa famille non plus.

Peu après la diffusion du titre sur internet, T.J. et Taryll Jackson, neveux de la star et anciens membres du groupe 3T, s'expriment sur Twitter et Twitlonger . Indignés, il déclarent ne pouvoir authentifier la voix du Roi de la Pop ni son vibrato caractéristique. T.J. affirme qu'il ne sera jamais trompé par de faux arrangements. Taryll précise que c'est bien son oncle qui chante sur certains titres de l'album, mais pas sur tous.

Un parallèle est établi par beaucoup de personnes avec le "sosie" vocal Jason Malachi , envisagé comme pouvant être celui qui a chanté sur certains titres.

Quant aux fans, ils n'entendent pas être dupés et appellent au boycott ; en raison de l'authenticité douteuse de l'album, mais également à cause d'événements passés.

Le différend entre Michael Jackson et sa maison de disque

En 2001, le Roi de la Pop annonce qu'il quitte Sony pour se produire lui-même sur Internet. Un conflit s'instaure. Sony néglige la promotion de l'album « Invincible » et refuse de sortir le titre à but caritatif « What more can I give ». La préparation des vidéo-clips pour l'album est stoppée.

En juin 2002, au spectacle « Thriller Killer » de Londres, Michael Jackson s'exprime auprès de ses fans : « Je suis propriétaire de la moitié de l'édition Sony et je les quitte. Et ils sont très en colère contre moi ; afin de se venger ils essaient de détruire mon album ».

Interviewé par le révérend Jesse Jackson en mars 2005, Michael Jackson déclare : « Dans mon catalogue Sony il y a toute la musique des Beatles [...] Beaucoup de chansons d'Elvis aussi. C'est un catalogue énorme qui vaut beaucoup d'argent ». Il évoque dispute et conspiration autour du catalogue, dont il est propriétaire à 50%.

Le révérend ajoute que plusieurs amis et membres de la famille Jackson pensent à un lien possible avec le procès de 2005 ayant terni l'image de la star. Thomas Mesereau , l'avocat de l'artiste, considère aussi cela comme possible.

Affirmant qu'il ne verserait plus une seule goutte de sueur pour Sony, Michael Jackson n'aurait pour rien au monde continué à collaborer avec cette compagnie.

Les volontés du Roi de la Pop

Dans ses réactions sur Twitter, T.J. Jackson entend protéger le nom et l'héritage de son oncle. Il sait combien celui-ci accordait de l'importance a son héritage et à ses fans.

Perfectionniste, l'artiste écrivait de nombreux titres lorsqu'il enregistrait un album et ne sélectionnait finalement que les meilleurs. Beaucoup sont restés inédits. Il souhaitait les léguer à ses enfants : « ce sont mes souvenirs, ce sont mes trésors. Ils appartiennent à mes enfants... ».

Des doutes ont été soulevés sur l'authenticité de son testament : Michael Jackson n’était pas à Los Angeles le 7 Juillet 2002, lieu et date indiqués dans le document. Un conflit d'intérêt existait autour de l'avocat John Branca, représentant à la fois Michael Jackson et Tommy Motolla, chez Sony. Le Roi de la Pop l'avait renvoyé en 2003. Pourquoi figurait-il encore comme exécuteur testamentaire ?

Michael Jackson craignait pour sa vie

Dans l'entourage de l'artiste, plusieurs personnes ont rapporté qu'il se savait menacé. Parmi les gens qui géraient ses affaires, il ne savait plus à qui faire confiance.

« Il avait l’impression que quelqu’un allait le tuer pour mettre la main sur son catalogue de chansons et sur ses biens » a révélé son ex-épouse Lisa Marie-Presley, interviewée par Oprah Winfrey en octobre 2010. « Il m'a donné des noms que je ne peux répéter ici ».

Le 29 juin 2009, le Roi de la Pop décédait d'un arrêt cardiaque, suite à une sur-dose de sédatif injectée par le Docteur Murray . La famille et les fans de la star envisagent cet homme seulement comme le chaînon final d'une possible conspiration . Ils réclament une enquête au-delà du procès du docteur.

Le Roi de la Pop a-t-il été assassiné par des personnes cupides ? On ne le saura peut-être jamais.

Sur le même sujet