Les causes de la guerre de Cent Ans

Les raisons du déclenchement de cette guerre qui dure 116 ans en réalité (1337/1453), sont avant tout d'ordre politique.
78

La guerre de Cent ans voit s’opposer les deux pays les plus puissants d’Occident: la France et l’Angleterre. Dans un premier temps l’avantage est du côté anglais, avec notamment les victoires de Crécy (1346) et de Poitiers (1356). En 1360, au traité de Brétigny, les Anglais contrôlent une grande partie du territoire français (la Guyenne, la Gascogne, Calais, Ponthieu, le comté de Guînes, le Poitou, le Périgord, le Limousin, l’Angoumois, la Saintonge, le comté d’Armagnac et le comté de Gaure). Cependant de 1364 à 1380, le roi de France, Charles V (1364/1380) reconquiert patiemment les territoires perdus (avec Bertrand du Guesclin à la tête de l’armée). Malheureusement de 1392 à 1429, une guerre civile déchire la France: c’est la lutte entre Armagnacs et Bourguignon qui, durant la minorité puis la folie de Charles VI (1380/1422), oppose ces deux grandes maisons dans une lutte acharnée pour le pouvoir. A la bataille d’Azincourt (1415), la fine fleur de la noblesse française est taillée en pièces. L’action de Jeanne d’Arc, dès 1429, contribue au renforcement du sentiment national. En 1453, les Anglais ne contrôlent plus que Calais. La paix cependant, n’est signée qu’en 1475, entre Louis XI de France et Edouard IV d’Angleterre.

Les «Rois maudits»?

Philipe IV le Bel meurt en 1314. Il est responsable de l’extermination de l’ordre des Templiers au début du XIVe siècle. En effet, le vendredi 13 octobre 1314, le grand maître du Temple, Jacques de Molay, est brûlé vif à Paris; il aurait alors prononcé sa célèbre malédiction: «Je vois ici mon jugement ou mourir me convient librement; Dieu sait qui a tort, qui a péché. Il va bientôt arriver malheur à ceux qui nous ont condamné à tort: Dieu vengera notre mort». En 1316, le fils de Philippe le Bel, Louis X le Hutin meurt sans héritier mâle, c’est-ce qu’on a appelé la fin du «miracle capétien». En effet, de 987 à 1316 les rois se transmettent la couronne de père en fils. Son frère, Philippe V, lui succède. Malheureusement, ce dernier meurt peu de temps après en 1322, lui aussi sans héritier mâle. Le dernier fils de Philippe le Bel monte alors sur le trône: Charles IV le Bel. Il meurt en 1328, tout comme ses frères, sans avoir donné de dauphin au royaume de France.

Le conflit dynastique

En 1328, la dernière fille de Philippe le Bel, Isabelle, doit normalement transmettre le royaume de France a son fils Edouard III Plantagenêt d’Angleterre. Cependant, depuis 1316, on écarte les filles de l’héritage royal. A cette date, c’est la fille de Louis X le Hutin, Jeanne de Navarre, qui doit monter sur le trône. Or, on refuse de voir un étranger l’épouser et hériter du royaume de France. En 1328, de la même façon on écarte donc Isabelle et son fils. La dynastie des Capétiens s’est éteinte. Philippe VI, neveu de Philippe le Bel, monte sur le trône. La dynastie des Valois est née. Edouard III prête alors hommage au nouveau roi de France. Ce n’est qu’en 1350 que l’on évoque la loi salique, pour renforcer la position du roi de France, dans son duel avec Edouard III. Cette loi salique fait partie d’un code de lois élaboré entre les IVe et le VIe siècles, par les Francs saliens. Selon cette dernière, les filles sont exclues de l’héritage de la terre salique (c’est ainsi qu’on appelle la terre des Francs saliens).

Le conflit territorial

Cependant, c’est surtout le conflit d’intérêts qui oppose Edouard III et Philippe VI en Guyenne, qui est à l’origine de la guerre de Cent Ans. La Guyenne est le nom que l’on donne alors à l’Aquitaine. C’est un fief anglais sur le territoire français. Les jugements rendus en Guyenne peuvent donc être soumis à un appel devant le roi de France. Cette procédure est source de conflits depuis plusieurs générations entre les Anglais et les Français. En 1325, le roi de France Charles IV confisque une partie du territoire de la Guyenne, au roi d’Angleterre Edouard II. En 1333, Edouard III est en conflit avec le roi d’Ecosse David Bruce, qu’il chasse de son trône. Celui ci se réfugie en France, le roi Philippe VI le soutient. Edouard III s’en sert comme prétexte pour revendiquer sa légitimité royale et les territoires de Guyenne qui avaient été confisqués. Philippe VI confisque dès lors le duché dans sa totalité, pour félonie. La guerre est déclarée en 1337.

Les besoins financiers

A l’époque du conflit, l’Europe traverse une crise économique et démographique. Pour répondre à ces enjeux, l’Etat se modernise. Avec les mauvaises récoltes (dues notamment au refroidissement climatique) et la pression démographique; les famines s’enchaînent (1314, 1315, et 1316). L’accroissement de la population provoque la division des parcelles et la réduction de leur surface. La noblesse doit compenser la diminution des ses revenus fonciers. Or, la guerre est un excellent moyen d’avoir des revenus; par les rançons et les pillages. La noblesse se montre donc belliciste et favorable à la guerre. De son côté; Philippe VI doit renflouer les caisses de l’Etat; or la guerre provoque également la hausse des impôts, justifiée par la guerre: c’est ce que l’on appelle les impôts exceptionnels.

Sur le même sujet