Photomaton, la fabuleuse saga de la photo d'identité

Depuis près d'un siècle, l'usage de la photo d'identité s'est répandu grâce à l'invention du photomaton. Histoire d'une véritable révolution artistique.
44

La photo d'identité est plus que jamais d'actualité. On l'utilise pour les papiers officiels, mais aussi pour le plaisir, les souvenirs... Popularisée par les photomatons, cette marque de cabines photo si célèbre qu'elle est devenue un nom commun, la photo d'identité était à l'origine destinée à un usage judiciaire pour lutter contre la criminalité.

Les origines de la photo d'identité

On doit le développement de l'usage de la photo d'identité à Alphonse Bertillon, le fondateur de l'anthropométrie. Cet employé de la préfecture de police de Paris représente une figure marquante de la police scientifique de son époque.

C'est en 1893 qu'il crée le service de l'identité judiciaire qui utilisait alors l'anthropométrie, le signalement descriptif, les marques particulières ainsi que le signalement photographique pour établir le fichier des criminels.Ce système est très vite étendu à d'autres franges de la population. C'est ainsi que les tziganes se voient dans l'obligation de posséder un carnet anthropométrique dès 1912, puis les étrangers vivant sur le territoire français à partir de 1917.

1921, la carte d'identité est étendue à l'ensemble de la population. 1940, elle est rendue obligatoire par le maréchal Pétain. 1955, elle devient la carte nationale d'identité.

Le Photomaton, la révolution de la photo d'identité

La photo cabine est inventée en 1924 par Anatol Marco Josepho. Brevetée en 1925, la première machine est implantée à New York dès 1926. Le succès est immédiat et ne s'est jamais démenti. Très vite les concurrents de Photomaton sont évincés.

L'invention traverse l'Atlantique et conquiert l'Europe.Les premiers modèles possédaient un flash, ainsi qu'un rideau de toile qu'on déplaçait pour créer un fond. Il fallait attendre plusieurs minutes que la bande de papier impressionnée passe dans les différents bains de développement et on recueillait des photos en noir et blanc encore humides et imprégnées de l'odeur des produits chimiques. Dans les années 1970 apparaissent les premières machines qui délivraient des photos d'identité en couleur.

Les mille usages de la photo d'identité instantanée

Pour certains véritable forme d'expression, pour d'autres photographie de médiocre qualité, la photo d'identité, à travers les photomatons, devient très vite incontournable.

Derrière le rideau fermé de la cabine, tout est permis ou presque. Pas de photographe, témoin gênant de nos grimaces. Nulle autre trace de nos délires que cette planche de quelques photographies obtenues par nos propres moyens.Refuge pour les copains, les amoureux, les timides, le photomaton c'est un tête à tête avec soi même. Les ratages étaient nombreux: tabouret mal positionné, photos déclenchées alors qu'on regardait le plancher, ou le plafond, sourire coincé, yeux fermés... On gardait ou on jetait le résultat avant de glisser une nouvelle pièce et de recommencer.On se serrait parfois à trois ou quatre dans l'étroite cabine, luttant pour faire apparaître un peu de chaque visage dans le cadre.

Le photomaton et l'art

Célébrée dans le film Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain de Jean-Pierre Jeunet, la fameuse cabine a très vite attiré le monde artistique.

Les surréalistes l'utilisent pour créer des montages, considérant le photomaton comme une forme d'écriture photographique automatique. Le dessinateur et écrivain Roland Topor imagine les Topor-matons, des séries de quatre clichés qui racontent une petite histoire.Autres exemples d'utilisations artistiques dans cet intéressant article inspiré du livre Photomaton de Raynal Pellicer.

Le photomaton et la révolution numérique

On aurait pu penser que l'arrivée du numérique signerait l'arrêt de mort du photomaton. Il n'en est rien. Très vite, les fabricants se sont adaptés et les cabines photo contemporaines sont devenues performantes, efficaces et terriblement ennuyeuses... Plus de risques de photos ratées, puisqu'on peut voir le résultat de la prise de vue avant son impression et donc la recommencer jusqu'à complète satisfaction.

Le designer Philippe Starck a redessiné de nouvelles photo cabines pour la marque Photomaton. Elles remplaceront peu à peu les cabines en fonction.

Pour les puristes et les nostalgiques des anciennes machines, il existe un photomaton ambulant "vintage" qui fournit des clichés argentiques en noir et blanc. Cette machine se promène entre Paris, Berlin, New York...

Le Photomaton détourné

Il existe un site internet qui permet de se photographier dans une cabine virtuelle.

Autre curiosité, les Purikuras , inventées par les japonais qu'on savait très friands de photos. Ce sont de petites photos d'identité autocollantes souvent délirantes.

N'en doutons pas, le photomaton a encore de beaux jours devant lui.

A regarder pour rire un peu www.dailymotion.com/video/xjb0c_courtemanche-le-photomaton_fun

Sur le même sujet