14 juillet: les menus & repas des banquets patriotiques, civiques

Les repas civiques inaugurés par Danton sont à l'origine des grands banquets. Découvrons, les banquets de l'après Révolution, organisés les 14 juillet.
10 Juil
1.9K

Notre fête nationale est dans un sens le prélude des banquets tels que nous les connaissons aujourd'hui. Auparavant, ce terme était réservé à la religion chrétienne (communion) ou encore aux loges maçonniques.

Les banquets patriotiques, les repas civiques de la fête nationale du 14 juillet

Les banquets ou les repas regroupant de nombreux convives se sont répandus après 1789. Un des premiers banquets regroupant les fédérés fut celui du 14 juillet 1790. Ce dernier eu lieu au château de la Muette. Ce banquet offert par la ville de Paris regroupa pas moins de 25 000 soldats citoyens. Pour la fête nationale du 14 juillet, d'autres banquets étaient organisés, dans les quartiers de Paris et même sur l'emplacement de la Bastille. Lors des repas civiques fraternels, on chantait, dansait, buvait au salut de la patrie.

Les menus, repas, mets traditionnels du 14 juillet et la décoration

Des banquets patriotiques d'autrefois, il ressort un point commun: le vin coulait à flots, parfois même le Champagne. Il était de coutume de donner des noms symboliques, de personnages aux plats. Pour les repas civiques, regroupant des citoyens de toutes origines, chacun amenait son souper. Les rues étaient décorées de guirlandes de feuillages, de couronnes de fleurs, des cocardes tricolores, de couleurs patriotiques en rubans, qui surplombaient les tables. Rues, maisons étaient pavoisées de drapeaux et d'oriflammes, illuminés la nuit grâce à des lanternes vénitiennes ou des torches.

Les invités aux banquets patriotiques se régalaient de:

  • somptueux pâtés & galantines,
  • de viandes rôties comme le veau, le boeuf, le chevreau,
  • de savoureux fromages
  • et d'une avalanche de desserts: certains entremets étaient d'ailleurs symboliques, comme une une bastille toute de nougat faite.

Exemples de menus gastronomiques d'autrefois servis pour le repas du 14 juillet

Premier menu issu du calendrier gastronomique du baron Brisse:

  • Saumon sauce ravigote
  • Côtelette de lapereaux à la sauce tomates
  • Dindonneau au cresson
  • Darioles à la pâtissière (ancienne pâtisserie, voir recette ci-après)

  • Salade de pieds de veau salés,
  • Boeuf jardinière
  • Pommes de terre sautées ,
  • Galantine
  • Gigot de mouton ( ou agneau ) et veau rôti
  • Salade de haricots verts
  • Dessert assorti.

Recette de darioles pâtissière

Mélanger 30 g de beurre fondu avec trois cuillères à soupe de sucre en poudre, deux cuillerées de farine, des zestes de citron, de l'eau de fleur d'oranger. Ajouter quatre jaunes d'oeufs, du sel, 20 ml de crème fraîche, bien mélanger puis verser dans des petits moules individuels ou à madeleines. Mettre à cuire à four chaud à 180°C pendant un quart d'heure. Sortir du four, faire refroidir puis saupoudrer de sucre glace avant de servir.

Les menus servis pour la fête nationale variaient selon les régions et étaient à l'époque centrés sur la viande, qui était plutôt rare et une composante des repas de fête.

Bien entendu, après le repas suivait le feu d'artifice et le bal, pour une nuit de fête, en l'honneur de cette journée nationale.

Sources:

Encyclopédie de famille: répertoire général des connaissances usuelles , Volume 2, Firmin Didot Frères, Fils et Cie, 1808

Paris guide, par les principaux écrivains et artistes de la France? A. Lacroix, Verboeckhoven et Cie, éditeurs, 1867

A propos du banquet du 14 juillet 1880 à Lons-le-Saunier , imp. de Declume (Lons-le-Saunier), 1880

Léon Brisse (baron), Le calendrier gastronomique pour l'année 1867 : les 365 menus du baron Brisse : un menu par jour, Bureaux de la Liberté, 1867

Sur le même sujet