Epiphanie : ses traditions, coutumes, festivités, jeux & gâteaux

La fête des Rois, ses origines, ses surprenantes cérémonies et célébrations. Les jeux et les superstitions liés à l'Épiphanie et ses gâteaux dans le monde.
27 Déc
24

L'Épiphanie aura lieu le lundi 6 janvier 2014 d'un point de vue religieux. Toutefois, en France, il est de coutume de la fêter le premier dimanche suivant le jour de l'An, soit en 2014 le dimanche 5 janvier. Épiphanie signifie manifestation en grec, elle est une des cinq fêtes principales de la religion chrétienne et l'une des plus anciennes.


L'Épiphanie, Fête des Rois, commémore au moins trois évènements

  • l'adoration des Rois Mages pour Jésus, sa reconnaissance en tant que Messie,
  • le baptême de Jésus-Christ,
  • et son premier miracle aux noces de Cana, lorsqu'il changea l'eau en vin.


L'origine de la fête des Rois, l'Épiphanie

On pense que l'origine de cette fête des Rois remonte aux Saturnales de Rome et à la fête de Janus et de Strenia . Durant les Saturnales, les fèves étaient utilisées pour tirer au sort le roi du festin. Cette fête avait lieu fin décembre, début janvier.


Gâteaux des Rois et fèves au XIXe siècle, célébrations et cérémonial

Parmi les différents desserts, un gâteau spécial était confectionné pour le banquet donné la veille de l'Épiphanie. Cette pâtisserie peu couteuse était généralement un gâteau feuilleté, composé de farine, de beurre et parfois de quelques oeufs.

Ce gâteau contenait une fève, comme de nos jours. Le convive dont la part comportait une fève était acclamé Roi. Lorsque le « Roi » buvait, les invités criaient: « le roi boit!... Vive le roi!.. » Celui ou celle qui s'abstenait de crier avait un gage, un châtiment qui consistait à se faire barbouiller le visage de noir (voir plus loin dans le texte, le verset du fou). Une part du gâteau devait être réservée pour l'enfant-Jésus et pour la Vierge, une part que l'on donnait aux pauvres (nommée aussi la part des pauvres).

Selon la coutume, c'était le plus jeune des enfants qui distribuait les parts de la galette des Rois. Parfois l'enfant était placé sous la table et indiquait à qui la part devait revenir.

En Belgique, à la même époque, était organisée un genre de tombola tirant au sort le roi et les charges incombant à la cour, notamment celle du fou.


La fête des Rois du XIIe au XVIIIe siècle

Au XVIIe siècle la fête des Rois dégénéra en orgies. Les prêtres de Saint-Sulpice firent même interdire les gâteaux de l'Épiphanie.

Dans certaines corporations, le roi tiré au sort grâce à la fève le restait durant toute l'année.

La fête des Rois fut conservée jusqu'à la révolution, où elle fut remplacée pour un temps, par la fête des sans culottes à partir de 1793. Par la suite, elle fut rétablie par Napoléon.


Les jeux de saynètes pour la fête des Rois en Artois







Sa face serait plus noire


Enfants et lanternes, chars fleuris ou enflammés pour la fête des Rois


En Normandie, la veillée des Rois, les enfants se promenaient en chantant dans les rues munis de lanternes de papier huilé, suspendues à une baguette d'osier. Cette lanterne représentait l'étoile guidant les Rois Mages.




Le gâteau des Rois et ses superstitions, croyances, prophéties et présages




La galette des Rois porte-bonheur, porte-chance, voici une phrase que l'on entend souvent, voici quelques croyances anciennes à ce propos:

  • En Lorraine, le tirage au sort du roi se faisait avec une  lanterne suspendue au milieu de la table. On tirait au sort le Roi et il était dit que si la tête d'un des invités ne faisait pas d'ombre sur le mur, c'était le signe qu'il décéderait dans l'année.


  • En Alsace, on croyait qu'un morceau de gâteau des Rois protégeait la maison de la foudre, que la fève tirée portait chance et qu'elle devait être conservée sur soi toute l'année. Les jeunes filles adressant une prière aux Rois Mages, pouvaient voir en songe leur futur époux.


  • La taille du roi et de la reine du festin du Roi, présageait de la hauteur du chanvre durant l'année à venir. Si le Roi était grand, le chanvre mâle dominerait, sinon ce serait le chanvre femelle.


  • Une fève coupée en trois, s'avéra un mauvais présage sous Louis XV. Alors que Louis XV et ses petits fils participaient à un festin des Rois, la fève fut coupée en trois lors du partage des parts gâteaux des Rois. Pour certains, ce fut une prophétie présageant le règne des trois frères. Le haut de la fève représentait la décapitation de Louis XVI, la partie inférieure de la fève annonçait la monarchie rompue du règne de Charles X et la partie centrale concernait le règne relativement calme et prospère de Louis XVIII.


  • Sous Louis XV, le père de famille demandait la présence de tous ses enfants le jour des Rois. Une croyance disait que les enfants restés au lit étaient alors tourmentés par le démon.


  • Lorsqu'une mère avait un de ses enfants à la guerre, elle prélevait la part de gâteau à Dieu qu'elle substituait par la sienne. Elle l'enfermait alors dans son armoire, si elle se conservait, son enfant se portait bien et n'était pas en danger. Cette superstition s'est étendue à tout absent cher au coeur des amis ou familles. Si la part de gâteau était préservée l'absent se portait bien, si elle se gâtait, c'était le contraire.


  • Dans le Journal de Paris du 1er janvier 1786, il est dit que "les gens simples conservaient précieusement la fève du gâteau, comme un talisman qui devait leur porter bonheur". Celle-ci, selon les croyances, les préserveraient de la peste et des épidémies. Elle était gage d'un heureux évènement à venir, tandis que d'autres la conservaient pour s'en servir pour des maléfices (La vie de M. Olier, 1853).


  • Pour les Créoles de Louisiane, celui qui tire la fève sera favorisé par la fortune, elle est ensuite conservée telle une amulette ou un talisman.



Les gâteaux des Rois, brioches ou galettes des Rois dans le monde


Alors qu'en Amérique on déguste le Twelfth Night Cake , le king cake ou  l'Epiphany cake, en Espagne on se délecte du Roscón de Reyes, qui devient le  Bolo Rei au Portugal et le Rosca de Reyes en Argentine.

En France, on retrouve souvent la galette des Rois de style Pithiviers  (pâte feuilletée et frangipane) et les brioches des rois, bien qu'elle ne cesse  de faire l'objet de nombreuses créations culinaires.


D'une origine païenne devenue chrétienne, l'Épiphanie est associée à de  nombreux évènements symboliques liés au Christ. Cette fête très ancienne fut  parfois interdite, puis réintroduite et perdure jusqu'à nos jours.


Elle est encore à l'heure actuelle, une occasion de se réunir en famille, comme autrefois, pour tirer les rois.


A lire:


Recettes faciles et express de galettes des rois: Des gâteaux à la frangipane, à la noix de coco, noisette et chocolat , Recettes de galettes des rois sans frangipane - Brioches et couronnes : l'Epiphanie en Argentine, Espagne, Portugal


Sources:


E. Terwecoren, Collection de précis historiques, littéraires, scientifiques, volume 13, j; Vandereydt Bruxelles, E. Repos Paris, 1865


Eugène Cortet, Essai sur les fêtes religieuses et les traditions populaires qui s'y rattachent, Ernest Thorinn 1867



Google


Sur le même sujet