Le seder de Rosh Hachana traditionnel et authentique, les plats et recettes

Le Nouvel An Juif débutera mercredi 4 septembre au soir, pour terminer le vendredi 6 septembre. Découvrez le rituel du sedder et ses symboles de réussite.
14 Sept

La cuisine kasher est l'une des plus mystérieuse. Chaque communauté a ses recettes secrètes, transmises de génération en génération. L'exposition du Jewish Museum of Maryland "Chosen Food: Cuisine, Culture and American Jewish Identity" permet de mieux comprendre la culture culinaire du peuple juif.

La cuisine juive, une véritable cuisine du monde

C'est en constatant que le sujet de la nourriture revenait continuellement dans les conversations au sein des communautés juives, que le conservateur en chef du Musée du patrimoine juif à New York a eu l'idée d'organiser une exposition sur cette thématique. C'est ainsi que le musée offre une exposition jusqu'au 31 décembre 2012 autour de l'histoire de la nourriture juive et notamment l'alimentation juive américaine.

Après 2000 ans d'immigration du peuple juif dans tous les pays du monde, la cuisine juive traditionnelle est devenue d'une extrême richesse. Tout en conservant son alimentation originelle, elle s'est inspirée des recettes du terroir où vivaient les juifs et ce, dans le monde entier. Néanmoins, chaque recette était modifiée en fonction des règles de la cacherout (code alimentaire prescrit aux enfants d'Israël dans la Bible hébraïque). On ne s'étonne donc pas que le sujet de l'alimentation soit prépondérant dans les discussions des communautés. En effet, ce code régit les aliments autorisés, les modes de préparation à mettre en oeuvre pour qu'ils soient consommables. Ce sont des aliments dits kaschers.

En 1901 aux Etats-Unis, Lizzie Black écrivit un livre proposant 174 pages de recettes kaschers et des conseils sur l'entretien ménager. Ce livre intitulé "Le chemin du coeur d'un homme, "the Settlement cook book", a été vendu à 2 millions d'exemplaires et a fait l'objet de 40 éditions. Autour de ces recettes en accord avec le code cacherout, il s'agissait surtout d'aider les nombreux juifs immigrants aux Etats Unis à assimiler la culture américaine, tout en conservant leurs valeurs juives. Toujours est-il que la cuisine juive est d'une richesse interculturelle incomparable. On découvre un incroyable panel de recettes portées par les communautés Séfarades, Ashkénazes, Bené Roma, Bene Israël, entre autres. En effet, chaque communauté a ses plats traditionnels provenant des spécialités de leur pays d'origine. Ainsi des communautés Ashkénazes ont retiendra les ragoûts, les gefiltes fish, le rôti de boeuf ou le poulet rôti, les tzimmes de carottes et de pommes de terre, les soupes bortsch. Des communautés Séfarades on retient, les couscous, les tajines, les feuilles de vignes farcies.

Le seder de Rosh Hachana, un repas de fête en famille

A l'instar d'autres religions, chaque fête juive est associée à des plats spécifiques et a des rituels bien ordonnés. C'est aussi l'occasion pour la famille d'apprendre aux enfants l'aspect sacré des repas, de lire les textes sacrés et de prier. A cette occasion, les parents transmettent des valeurs, des modèles aux enfants. Comme dans toutes fêtes religieuses, il y a une abondance de nourriture. L'écrivain Joan Nathan nous apprend que les aliments sont considérés par le peuple juif comme le symbole de la fertilité, de la prospérité, de la chance, de l'immortalité et de toutes les autres bonnes choses que l'on souhaite.

Pour choisir son menu du Nouvel An juif, il doit y avoir un aliment de l'arbre, un de la terre et un d'ailleurs. En outre, le choix du repas prend en compte les lois alimentaires relatives à la présence de laitage dans un menu comportant de la viande ou du poisson, selon les pratiques. On parle alors de plats parve (sans lait ni viande) ou de plats laitiers. Pour certains, on utilise une vaisselle spéciale pour les laitages, une autre pour les viandes ou les poissons.

Des plats et ingrédients traditionnels pour le Seder de Rosh Hachana

Les aliments traditionnels de Rosh Hashana sont:

  • les pommes,
  • le miel,
  • les grenades
  • et le vin (généralement doux) pour le Kiddouch (bénédiction faite sur le vin pour sanctifier la fête).
  • les dates,
  • les citrouilles,
  • les fèves,
  • les poireaux,
  • les betteraves...

Le seder traditionnel de Rosh Hashana des communautés ashkénaze

Loin d'être exhaustive, cette liste est représentative des mets souvent servis dans le cadre de cette communauté:

Le seder traditionnel de Rosh Hashana des communautés sépharade

Dans cette communauté le repas comporte généralement les plats/ingrédients suivants:

  • des olives,
  • une tête, un coeur de mouton,
  • une tête de poisson,
  • du coeur de poulet et sa viande,
  • le houmous ,
  • la salade de betteraves,
  • le couscous aux 7 légumes,
  • le couscous à la courge musquée,
  • les légumes farcis,
  • les beignets de poireau,
  • de la compote de pomme au miel
  • des coings,
  • des grenades,
  • des figues,
  • des dattes,
  • du pain ou des gâteaux aux graines de sésame,
  • du pain sucré parfois fourré de raisins secs ou parfumé aux graines d'anis...

Le repas spécifique du Nouvel An juif est en cela semblable à celui du Nouvel An Chinois comportant de nombreux aliments porte-bonheur. Ainsi certains aliments consommés à Rosh Hachana sont réputés porte-bonheur .

A lire :

Recettes de seder Rosh Hachana : tzimmes, poulet au miel, lekach, canard, grenades, kugel, cheesecake

Recettes de Rosh Hachana: soupe au poulet, gefilte, courge

Recette du challah et de la tresse aux figues et au pavot

Recettes de mezze : hoummous à la mode de Jérusalem assaisonné d'huile d'olive, de paprika et saupoudré de pignons, caviar d'aubergines (baba ganoush), falafel.

Sources:

Le Calendrier Juif http://www.calj.net/roshhashana

Wikipedia, Rosh Hachana

Sur le même sujet