user_images/photo_carree_80_pixels.JPG

CHANTAL ROBERT

Publié dans : Danse, photo, images et métaphores. Le spectacle de la vie en 4 actes

La métaphore comme une image. Chap.1 La nature au cœur des éléments

Quelles images la nature et l’art nous donnent-ils à voir ? Comment les interpréter ? Analyse des métaphores courantes à travers les signes élémentaires du vivant.

Le dictionnaire donne la définition suivante de la métaphore : «De metaphora, en grec, transport ou action de transporter une idée vers une autre qui lui correspond, en vertu de la ressemblance qu’on lui prête. » 

En clair : énoncer une métaphore, c’est faire une comparaison sans utiliser la locution “comme”. Dans la métaphore, les deux éléments ne font qu’un.
Ces vers de Baudelaire ouvrant le poème « Correspondances » sont à cet égard très évocateurs : 

« La nature est un temple où de vivants piliers 
Laissent parfois sortir de confuses paroles ; 
L’homme y passe à travers des forêts de symboles 
Qui l’observent avec des regards familiers. »

L’oiseau, une métaphore courante la Liberté 

Quand on utilise une métaphore, on fait une comparaison directe. On dit par exemple, en parlant de quelqu’un : C’est un drôle d’oiseau. Une formule plus directe que : Cette personne est “comme” un drôle d’oiseau. Autrement dit, c’est un personnage original, fantaisiste. 

Dans une expression telle que la Liberté entravée est un oiseau en cage, où cette fois-ci, le thème de l’oiseau est associé à la liberté, le principe de l’image, et par extension, bien sûr, celui de la photographie, est ici bien visible… 

Il serait d’ailleurs facile, avant de la photographier, de dessiner cette photo, cette image… Ou encore de la peindre, à travers une allégorie : une idée personnifiée, représentée par une figure humaine qui peut aussi avoir valeur d’icône…Delacroix, La Liberté guidant le peuple, 1830. 

… En 1830, le peintre Delacroix illustre ainsi son idée de la Liberté dans son tableau intitulé La Liberté guidant le peuple, par une femme brandissant un drapeau en tête de cortège. 

Les métaphores sont des images de la vie et du monde

Ainsi les grandes idées, les concepts, les courants de pensées, s’inspirant de la multitude des aspects toujours changeants de la nature, avec leur nombre infini d’affinités, voient, observent et «photographient» la vie de tous les jours. 

Ces champs de prédilection tous azimuts sont traversés en tous sens par les métaphores… 

« Comme de longs échos qui de loin se confondent 
Dans une ténébreuse et profonde unité 
Vaste comme la nuit et comme la clarté, 
Les parfums, les couleurs et les sons se répondent. »

 … rappelle à l’envi Baudelaire dans son poème « Correspondances », extrait de son anthologie Les Fleurs du mal. 

Les métaphores sont des images de la nature

On trouve dès lors un gisement inépuisable de métaphores empruntées au vocabulaire de la nature, qui, en vertu des innombrables possibilités métaphoriques (d’images) et synestésiques (de sens) qu’elle offre, permet de les « entendre » pleinement pour mieux les « comprendre » : dans leur sens propre comme figuré. 

Une idée à suivre dans l’article La métaphore comme une image Chapitre 2 Le sens révélé de la photographie sur ce même site.

Les 5 éléments de la nature dans la philosophie chinoise

L’énergie des éléments naturels circule selon le cycle suivant : l’eau nourrit le bois, qui nourrit le feu, qui nourrit la terre, qui nourrit le métal (l’air), qui nourrit l’eau… 

Et dans ce cycle, les éléments interagissent naturellement sur les autres (voir aussi schéma ci-contre) : 

  • L’EAU, enrichie par le métal et contenue par la terre, nourrit à son tour le bois et éteint le feu. 
  • LE BOIS, créé par l’eau, coupé par le métal (mais nourri aussi par l’air), nourrit à son tour le feu et puise ses racines dans la terre. 
  • LE FEU, nourri par le bois et éteint par l’eau, nourrit à son tour la terre et fait fondre le métal. 
  • LA TERRE régénérée par le feu et puisée par le bois, crée à son tour le métal et absorbe l’eau.
  • Le MÉTAL, créé par la terre et détruit par le feu, coupe le bois et enrichit l'eau.

Reprenant ainsi un à un ces 5 éléments, voyons comment chacun d’eux peut refléter des images ou  des métaphores. 

La métaphore de l’EAU : le Temps qui s’écoule

L’Eau est la métaphore toute trouvée pour évoquer la vie ou le Temps qui suit son cours. Comme s’écoule l’eau au fil des gouttes formant une à une le flux déroulant son mouvement dans la course infinie du Temps… 

 Dans les fleuves, l’eau que tu touches est la dernière des ondes écoulées et la première des ondes qui arrivent : ainsi du temps présent », écrit Léonard de Vinci dans ses Prophéties

Le Temps résultant du mouvement, on parle aussi d’impermanence dans la philosophie bouddhiste. L’impermanence donne du monde une image où tout est constamment changeant. On ne peut, en effet, absolument rien trouver de figé dans la diversité innombrable des phénomènes de l’existence. Tout se modifie et se transforme, choses visibles et invisibles. 

Bien remplie, dit-on aussi, la vie est longue. Elle s’écoule tranquillement ou bien charrie ses eaux tumultueuses, impétueusement, imprévisiblement, semblable au mouvement incompressible des vagues du temps qui passe, se presse ou se dilate. 

Le 31 décembre 1811, Chateaubriand, dans ses Mémoires d’outre-tombe, écrit ainsi au Livre III :

 « J’étais presque mort quand je vins au jour. Le mugissement des vagues soulevées par une bourrasque annonçant l’équinoxe d’automne, empêchait d’entendre mes cris : on m’a souvent conté ces détails ; leur tristesse ne s’est jamais effacée de ma mémoire. Il n’y a pas de jour où, rêvant à ce que j’ai été, je ne revoie en pensée le rocher sur lequel je suis né, la chambre où ma mère m’infligea la vie, la tempête dont le bruit berça mon premier sommeil, le frère infortuné qui me donna un nom que j’ai presque toujours traîné dans le malheur. 
Le Ciel sembla réunir ces diverses circonstances pour placer dans mon berceau une image de mes destinées. »

La métaphore de la TERRE : la Fécondité 

“L’eau est le sang de la terre.” Elle nourrit l’appareil vital du corps terrestre.

Dans la mythologie, la Terre est représentée par Cybèle, déesse phrygienne enfermée dans les entrailles de la terre ; elle est la source de toute fécondité. La terre est un corps ; les entrailles sont dans son ventre. 

« La terre chantera comme une toupie, dont nous tirerons la ficelle d’or », écrit Georges Limbour dans sa Boîte aux coquillages. Les hommes sont ici les démiurges de celle qui les porte : ils la font tourner, comme ils feraient tourner une toupie entre leurs mains… 

… Ou la convoitent à la folie, comme dans la célèbre scène du Dictateur de Chaplin. 

Qu’elle soit vue du ciel ou de la Lune, par les yeux d’un fauve à travers les herbes, ou d’un marin qui crie : terre !, toutes les images de la Terre données à voir sont là aussi inépuisables.

La métaphore du FEU : le mythe de la caverne, Platon et Racine

Platon donne son interprétation de la vie dans le Mythe de la caverne, issu de la philosophie antique : le feu, qui éclaire les hommes, projette leurs ombres sur la paroi de la grotte où se reflète leur vie. 

Cette métaphore a de quoi nous faire méditer sur l’ignorance, la méconnaissance ou l’illusion de la vie, la représentation que l’on peut s’en faire. Quel est son sens ? Tout n’est-il qu’ombre et lumière ? Comment interpréter les signes ? 

Il importe de se poser face à ce tableau vivant, cette image en ombres portées de nos mouvements et de nos actions. 

L’image du feu, naturellement transmise au vocabulaire des sentiments humains, puisqu'il réchauffe aussi le cœur, on parle alors métaphoriquement des “feux de la colère” dans la littérature ou la tragédie classique ; au théâtre ou dans tout discours “enflammé”, le feu c’est la passion : 

Hermione [à Oreste] : 

— Qui vous l’a dit, Seigneur, qu’il me méprise ? Ses regards, ses discours vous l’ont-ils donc appris ? Jugez-vous que ma vue inspire des mépris, Qu’elle allume en un cœur des feux si peu durables ? Peut-être d’autres yeux me sont plus favorables.
(Racine, Andromaque, Acte II, scène 2.)

Métaphores encore, avec ces expressions courantes : Être Tout feu, tout flamme, Tu m’fais craquer, comme une allumette ou Passer les feux de la rampe, pour faire vivre l’action au-delà de la scène, en “enflammant” le public au-delà des lumières, dans la salle… 

Les métaphores sont légion autour du feu…

La métaphore de l’AIR : la Vie

L’air, le vent ou le souffle humain évoquent la vie. Bon nombre de métaphores traduisent cette idée dans les lignes de la littérature. 

Dans le roman de Jean Giono, Collines, le souffle sur les plateaux ventés vient ainsi «embrasser» l’homme «planté» dans la terre, élément vivant qui fait corps avec elle.
Ces métaphores se retrouvent aussi dans les expressions plus courantes : un souffle de vie, respirer la vie, à bout de souffle, l’air du temps, etc. 

Inversement, la matière même de l’air est également créatrice de sens pour la vue ; les particules invisibles qui la composent sont autant de prismes diffractant la lumière, qui réfléchit à son tour les images infinies de la nature, de la vie : 

« L’air, dès que point le jour, est rempli d’innombrables images auquel l’œil sert d’aimant. » (Léonard de Vinci, Prophéties.)

La métaphore du MÉTAL : du fer aux armes et de l’acier à la plume !

Qui, enfin, pourrait mieux conclure cette approche consacrée à “L’image et la métaphore”, que Victor Hugo et sa vision de la poésie, définie par le cinquième élément, le métal, dans cet extrait des Châtiments :

 « L’idée trempée dans le vers prend soudain quelque chose de plus incisif et de plus éclatant. C’est le fer qui devient acier. » 

En deux mots, comment la poésie devient-elle le fer lance de la pensée ? En combattant avec ses mots, au même titre qu’avec les armes.

Chassez le naturel… il revient au galop ! 

À suivre… la deuxième partie de ce triptyque consacré à “L’image et la métaphore”, à retrouver sur ce même site dans l’article :

La métaphore comme une image Chapitre 2 Le sens révélé de la photographie

Article à suivre

À propos de l'auteur

user_images/photo_carree_80_pixels.JPG

CHANTAL ROBERT

Auteur Scribium.

Relecture magazines, presse et édition
  • 21

    Articles
  • 10

    Séries
  • 1

    Abonnés
  • 0

    Abonnements

Poursuivez la discussion!