« Amour » de Michael Haneke remporte la Palme d'Or 2012

Michael Haneke a encore frappé fort avec son dernier film « Amour » une œuvre intense et forte sur la solidarité d'un vieux couple face à la maladie

Des acteurs entrés dans la légende

Anne, l’actrice principale du film de Michael Haneke, c’est Emmanuelle Riva 85 ans, l’inoubliable interprète d’ « Hiroshima mon Amour » (1959) et qui avait délaissé le cinéma pour le théâtre, quel beau retour ! ; Le rôle de Georges, le compagnon d’Anne est comme une évidence, revenu à Jean-Louis Trintignant 81 ans, dont le premier succès fut « Et Dieu créa la femme » (1956).

Tous deux sont bouleversants de dignité et de retenue dans ce film qui montre les différentes étapes de la maladie, sans rien cacher de la détresse qui touche la vieillesse quand le corps se dérobe et que l’esprit part à la dérive.

Quand le corps se dérobe et que l’esprit part à la dérive

Georges et Anne s’aiment et profitent de leurs vieux jours pour passer du temps ensemble autour de leur passion commune, la musique.

Un soir le couple d’octogénaires parisiens, des intellectuels mélomanes et anciens professeurs de musique, vont au concert applaudir l’un de leurs anciens élèves (joué par le pianiste Alexandre Tharaud). Le lendemain au petit déjeuner, Anne a une attaque, elle ne réagit plus, quand elle reprend conscience, elle a tout oublié. Ainsi commence le premier acte d’une maladie irréversible et dégénérative dont le cinéaste entreprend, avec réalisme, de montrer toutes les étapes.

S’ensuit une longue mais sinueuse pente vers la mort. Du jour au lendemain, Georges, esthète généreux, doit se transformer en garde-malade, improviser des gestes nouveaux pour lui, attentionnés et patients, faire face à la déroute, s’adapter à l’imprévisible. Anne, dans son fauteuil roulant, paralysée, est soumise à de vaines rébellions. Bientôt, ce sera l’agonie lente, la dépression et les délires.

Leur fille, Eva (Isabelle Huppert) musicienne également, est révoltée contre ce spectacle qu’elle refuse de regarder en face… Anne est désormais « comme un enfant sans défense » emportée par le courant de l’inexorable.

Point récurrent du cinéma de Michael Haneke… l’empathie.

Amateur d’appartements et de personnages bourgeois, Michael Haneke compose ses plans de manière aussi rigoureuse que magnifique. L’appartement de Georges et Anne, théâtre de l’intégralité de l’intrigue, est grâce à ça autant le décor que toute l’histoire passée du couple. Dans nos yeux, le lieu et leurs vies prennent du sens, deviennent vrais, ce qui créé une amitié immédiate pour le couple.

Un point récurrent du cinéma de Michael Haneke, est l’empathie, la proximité des situations et des personnages avec le spectateur.

Plus que jamais, Georges et Anne rappellent à tous un couple de parents, de grands-parents, peut-être celui fantasmé que l’on voudrait être à leur âge et c’est ici qu’est la force de cet Amour , son élément de singularité, d’intérêt et de rejet chez certains.

« Amour » n’est pas un film facile, comme le crépuscule et la fin de vie ne le sont pas, il secoue et dérange, il ne cache rien de la détresse qui survient à ce moment là.

Avec beaucoup de pudeur mais aussi beaucoup de tendresse pour ses personnages, le réalisateur offre à ses spectateurs le couronnement d’une histoire d’amour sublime, le portrait de gens beaux dans une réalité perverse, violente et triste. Et si comme le disait Jean Cocteau, « le cinéma, c’est la mort au travail », Michael Haneke nous la montre frontalement en action, sans échappatoire.

C’est une œuvre d’une simplicité et d’une sobriété proches de la perfection, tissée de longs plans séquences où se déploie l’affection de l’amour, et où résonne une musicalité intime. A la remise de la palme d’Or, en présence du réalisateur et de sa partenaire, Jean Louis Trintignant a remercié le public en citant la phrase de Prévert : « Et si on essayait d’être heureux, ne serait-ce que pour donner l’exemple ! "

Infos pratiques :

  • Réalisateur : Michael Haneke, cinéaste autrichien, qui a déjà eu dix films sélectionnés au Festival de Cannes, et une moisson de prix dont la Palme d’or en 2009 pour « Le ruban blanc ».
  • « Amour » est un film franco-allemand-autrichien.
  • Durée : 2h07
  • Sortie en salles : le 24 octobre 2012.

Sur le même sujet