Les métiers des archives

Les Archives départementales veillent sur notre culture et notre patrimoine, une large palette d'emplois permet son fonctionnement
319

Quelle image avez-vous d'un archiviste ? 75 ans, la mine grise, croulant sous un désordre de boîtes, de vieilles paperasses et de journaux jaunis, comme cette image de L'archiviste de François Schuiten et Benoît Peeters ? Rien n'est plus faux, depuis la révolution numérique ! Du rôle stéréotypé de conservateur, l'archiviste est surtout aujourd'hui un organisateur et un diffuseur d'informations sous toutes les formes.

Les archives départementales sont avant tout un service et une compétence du Conseil Général.

Elles existent depuis deux siècles, nées de la révolution française où la conscience a été prise de la nécessité de regrouper et conserver les documents abolis par la constitution française ainsi que ceux du clergé, ceci pour gérer les affaires publiques et celles d’ordre foncier.

Dès le début, les archives ont conservé les titres des nouvelles administrations qui se mettaient en place et depuis elles ne cessent de maintenir cette vocation.

Après avoir dépendu du ministère de l’intérieur, puis de l’instruction publique, elles sont depuis 1958, sous la férule du ministère de la culture et décentralisées au Département. Toutefois, l’Etat en a conservé le contrôle technique et scientifique.

Une grande motivation

Pour travailler aux Archives départementales, il faut avant tout une grande motivation, un sens de l’organisation et une passion pour l’histoire locale . La mission actuelle des archives départementales se décompose en quatre grands points :

. Le premier, est le contrôle des archives publiques dans le ressort du département.

. Le deuxième, est la collecte des documents publics .Tri des documents qui font titre pour l’état, les collectivités et les administrations, par exemple les titres de propriétés, état civil….

. Le troisième est la collecte des documents privés concernant les industries, associations et ceux relatifs à tous les personnages notables de la région. Tri, classement et inventaire… c’est donc le cœur du métier d’archivistes, d’où la nécessité d’ordonner le tout dans un ordre logique, ce qui rend possible la consultation en salle de lecture. Ce dernier point permet la mission des archivistes qui est la communication en direction du public. Celui-ci, enfants compris, ayant un libre accès à tous les documents. Il est juste demandé à chaque consultant de remplir une fiche de lecteur, afin notamment d’effectuer des statistiques.

. Le quatrième et dernier point, est la conservation, où tout est mis en œuvre afin que les documents puissent « vivre » le plus longtemps possible.

Une fois les archives opérationnelles, celles-ci sont mises à la disposition du public. Des actions sont aussi menées afin de valoriser les fonds, par le biais de services éducatifs, participation à des expositions (prêts de documents), d’aides portées aux fouilles archéologiques, études sur le patrimoine…

Paradoxalement, la profession d’archiviste n’existe pas, c’est un travail synchronisé par différents corps de métiers qui œuvrent côte à côte et toujours en lien direct les uns avec les autres.

Archiviste?

Effectivement aux Archives départementales, se côtoient : photographe, relieur, bibliothécaire, conservateur, rédacteur, secrétaire, chargé d’étude, directeur, mais aussi personnel d’accueil, magasinier, employés de ménage et gardien.

Pour tous ces métiers, il est nécessaire de passer le concours national et peut être d’avoir la chance de postuler au bon moment, après l’obtention des diplômes appropriés, par exemple :

- CAP pour le photographe,

- Diplôme spécifique pour le relieur,

- Brevet ou Bac professionnel, pour la secrétaire,

- Licence d’histoire ou d’archiviste délivrées par de nombreuses universités.

Les places sont rares, car le personnel ne cesse d’évoluer au sein même de l’établissement, par concours interne. C’est ainsi que la secrétaire du centre départemental du Jura est devenue bibliothécaire… Mais surtout indique la directrice « avant de recruter tout nouvel employé, nous insistons sur sa motivation profonde et son intérêt pour l’histoire locale ».

Sources : reportage personnel réalisé aux archives départementales du Jura.

Sur le même sujet