Emploi, carrière et salaires au Luxembourg

Le Luxembourg offre des opportunités différentes du marché du travail français. Voici quelques aspects - positifs et négatifs - de l'emploi dans ce pays.
317

Le Luxembourg, petit pays bordé de l'Allemagne, la Belgique et la France, est probablement l'un des pays qui attirent le plus de travailleurs transfrontaliers en proportion de sa population active. Ce sont en effet plus de 140 000 personnes (dont une bonne moitié de Français) qui se rendent au Grand-Duché du Luxembourg pour y exercer leur activité professionnelle. Il existe même des sites qui leurs sont dédiés, comme lesfrontaliers.lu ! Mais quelles sont donc les raisons de cet engouement ?

Type et conditions d'emploi au Luxembourg

En matière d'emploi, le Luxembourg fait bien évidemment la part belle aux emplois du secteur tertiaire, et en particulier dans le domaine de la finance. Place financière internationale reconnue, elle offre de bonnes opportunités dans les domaines de la banque et de l'assurance, comme dans l'audit et le consulting. En effet, de très nombreuses banques internationales - de détail et d'affaires - sont présentes sur la place, et comptent parmi les plus gros employeurs du pays . Plusieurs d'entre elles occupent plusieurs milliers d'employés au Luxembourg, ce qui est énorme dans un petit pays comme celui-ci.

On l'aura compris, les professions qualifiées sont majoritaires, mais le bâtiment et l'industrie ne son pas en reste et offrent également pas mal d'opportunités.

A titre d'information, voici quelques données relatives à l'emploi au Luxembourg :

  • la durée hebdomadaire légale de travail est de 40 heures,
  • le taux de paiement des heures supplémentaires est de 150%,
  • la loi prévoit 25 jours de congés par an (mais nombreux sont les secteurs qui bénéficient d'une convention collective plus avantageuse),
  • le salaire social minimum non-qualifié s'élève à 1757,56 euros bruts par mois, tandis que le salaire social minimum qualifié est de 2109,07euros bruts mensuels,
  • les impôts sont prélevés à la source , c'est-à-dire directement sur la fiche de salaire.

Caractéristiques d'une carrière au Luxembourg

Il y a beaucoup à dire sur le sujet, mais seuls certains points seront relevés ici.

Il est à noter que le marché du travail luxembourgeois est très ouvert aux jeunes diplômés, et chose importante à préciser, pas uniquement pour des postes subalternes et/ou inintéressants. En effet, il n'est pas rare que des jeunes de 28-30 ans ayant une expérience d'environ cinq ans occupent des postes à responsabilité en tant que managers d'une équipe, responsables d'un portefeuille de clients importants, etc.

Si la personne fait ses preuves, il n'y a pas de raisons pour qu'elle stagne, ce qui est très motivant pour les salariés.

Autre caractéristique notoire: la cooptation. En effet, le Luxembourg représentant un marché limité, la notion de "réseau" prend tout son sens. Au gré des connaissances professionnelles et/ou personnelles qui se nouent, il est très fréquent de "connaître quelqu'un qui connaît quelqu'un". Il se dit d'ailleurs sur la place que le "Luxembourg est comme un petit village où tout le monde se connait" ! Si c'est quelque peu exagéré, une enquête de l'institut CEPS/Instead a néanmoins montré que 35% des offres d'emploi étaient pourvues via le réseau professionnel ou privé des personnes embauchées. Viennent en deuxième position les petites annonces avec 23% des postes pourvus (le site monster.lu est probablement l'un des plus prolifiques en la matière), et les candidatures spontanées en troisième position avec 18%.

En revanche, il est à noter que le niveau d'exigence demandé est relativement élevé en matière de flexibilité, de qualité de travail et de connaissances. Le stress est assez présent et pour beaucoup, les heures supplémentaires ne se comptent plus!

Enfin, dernière information, mais non la moins importante pour nous Français, en queue du peloton européen des connaissances en langues étrangères : l'anglais est quasiment indispensable. L'allemand est souhaité dans beaucoup d'entreprises, tandis que le luxembourgeois est un atout dans un bon nombre d'annonces.

Salaires et package de rémunération

Il est bien connu dans le nord-est de la France que les salaires au Luxembourg sont réputés être très élevés. Ce qui est vrai, comme en témoigne déjà le niveau du salaire social minimum (voir ci-dessus). Mais il ne faut pas oublier de rapporter ce salaire aux 40 heures hebdomadaires, soit plus d'une demi-journée de travail en plus qu'en France. Malgré cela, la balance penche très nettement en faveur du Grand-Duché à ce niveau.

D'autre part, il est à noter qu'une large majorité d'employeurs proposent d'autres avantages, tels :

  • l'octroi de cheques-repas ou la mise à disposition d'une cantine subventionnée,
  • un plan de retraite complémentaire, sur lequel il n'est pas rare que l'employeur cotise à hauteur de 3% (voire plus) du salaire annuel de l'employé. A noter que le salarié peut lui aussi contribuer, et ainsi bénéficier d'une exemption d'impôt à hauteur de 1200 euros par an,
  • les gratifications et bonus discrétionnaires sont également bien ancrés dans la culture salariale luxembourgeoise,
  • les voitures de société sont elles aussi un avantage largement proposé, parfois même dès la fin de la période d'essai !
  • le 13e mois, et plus rarement le 14e mois.

Dernière précision: le taux d'imposition maximal avoisine les 41% pour les revenus élevés, sachant qu'environ 12,5% de cotisations sociales sont aussi prélevés. A noter que les personnes célibataires sont les plus imposées suivant le barème d'impôt publié par Administration des Contributions Directes. Pour eux, la taxation est bien plus importante qu'en France. Néanmoins, la somme des autres avantages (la liste ci-dessus n'étant bien entendu pas exhaustive) permet bien vite d'oublier ce point, et explique aisément le nombre de travailleurs transfrontaliers énoncé plus haut.

Sur le même sujet