À la découverte des plantes médicinales d'Haïti

La flore haïtienne est abondante. On veut instaurer un système de santé universel en utilisant les plantes médicinales aux vastes propriétés curatives.
558

Le tremblement de terre survenu en Haïti le 12 janvier en 2010 a attristé le monde. Pourtant, derrière ce décor désolant subsistent une faune et une flore d'une richesse encore inexplorée. Le Plan stratégique de sauvetage national (PSSN) tente d'instaurer un Système d'assurance santé étatique (SASE) décentralisée de l'État, fonctionnant sous une base communautaire, qui assurerait l'accessibilité des soins de santé à toute la population haïtienne.

Une biodiversité vivante

En raison de ses terres en relief et de ses microclimats, la biodiversité haïtienne est opulente: 5000 espèces de plantes vasculaires ont été recencées en 1997, une nomenclature importante pour l'alimentation et la préparation des médicaments. Quelques mois plus tard, un laboratoire de jardin médicinal s'installe dans la ville de Hinche: deux biochimistes répertorient 121 espèces de plantes, facilement cultivables, dont 40 sont étudiées scientifiquement et recommandées. À la fin de leur formation, les agents de santé présentent 22 plantes pouvant soigner 80% des maladies diagnostiquées sur le Plateau central.

Un système de santé accessible à toute la population

À l'instar de ces initiatives, lors de la conférence préparatoire de la réunion de l'Organisation des Nations unies (ONU) qui s'est tenue le 31 mars en 2010 à Fort-de-France en Martinique, la France a encouragé l'établissement d'un système d'assurance santé en Haïti. Depuis, les apothicaires et les groupes concernés s'évertuent à promouvoir la production de médicaments génériques fabriqués à partir de diverses plantes locales. Entre-temps, la pharmacopée traditionnelle haïtienne, qui comprend d'innombrables plantes aux vertus thérapeutiques, est déjà largement exploitée et répandue dans plusieurs régions du pays.

L'arbre à pain

L'arbre à pain ou lamvéritab en créole haïtien, originaire d'Océanie et domestiqué dans les Antilles françaises, se présente comme une variété fertile cultivée pour ses graines qui sont consommées cuites. Riche en composés flavonoïdes, grande source de glucides, le fruit à pain se mange comme un légume en ragoût, en purée ou est réduit en farine, tandis que l'épi mâle se prépare en confit ou en confiture.

Utilisé comme remède, le latex de l'arbre à pain guérit les blessures ouvertes et les démangeaisons. Le fruit mûr sert d'emplâtre contre les brûlures de la peau. En décoction, les racines de l'arbre à pain soignent l'asthme, les troubles gastro-intestinaux lors de la grossesse, les douleurs dentaires et buccales, les maladies de la peau, et apparemment elles soulagent les symptômes de l'hypertension.

L'aloès

L'aloès – lalwa en créole – est une plante médicinale de l'Égypte ancienne qui procure de nombreux bienfaits en usage interne et externe dans le soulagement des brûlures, démangeaisons, abcès, furoncles, plaies et ulcères infectés. En gelée ou en ampoule, cette plante s'avère laxative, purgative, vermifuge, cholagogue et traite ordinairement la constipation, les hémorroïdes et les fissures anales.

Elle abaisse le taux de sucre sanguin et accélère la guérison des diabétiques. Selon certaines croyances populaires, elle facilite les états de grossesse et atténue les douleurs de l'accouchement si la patiente tient la plante en main.

Les bienfaits des plantes médicinales

En Haïti, beaucoup de plantes sont utilisées dans la préparation de savons, shampoings, crèmes et pommades. L'huile de palme, palma christi ou makristi , relâche efficacement les muscles du corps lors d'un massage, elle embellit et revitalise les chevelures.

Pour les conjonctivites, on a l'habitude de broyer, dans un mortier propre du suc de persil et de verser deux ou trois gouttes dans chaque œil. On obtient exactement le même effet en faisant bouillir 20 grammes de feuilles de plantain dans un quart d'eau.

Les feuilles de corossol ou graviola tuent les bactéries, les virus, les parasites tout en apaisant la fièvre et les convulsions. La feuille de vie, appelée fey lougarou, combat le calcul rénal. Quant à la réglisse, lyann régliz , échantillon de la famille des légumineuses, son action est expectorante, émolliente, laxative et efficace contre l'hypertension et l'inflammation des muqueuses gastriques et intestinales.

Les pratiques et les remèdes des femmes

Les traditions orales racontent que dans le but d'accélérer les contractions lors d'un accouchement et de diminuer ainsi la durée du travail, les Amérindiennes en Haïti faisaient bouillir un œuf accompagné d'un bâtonnet de cannelle et en buvaient une partie de l'eau (environ une cuillerée à thé).

Aussi, ordinairement après un accouchement, les femmes plongent et se ressourcent dans un bain de feuilles de papaye et de mango jérémi afin de tonifier, raffermir le corps et replacer les organes, les liquides, le sang et le lait maternel. Le corps est alors lavé, massé, revitalisé et réconforté après cette longue période d'émotions fortes, de douleurs et de débalancement énergétique.

À lire: Brutus T. et Pierre-Noël A., Les plantes et légumes d'Haïti qui guérissent .

Sur le même sujet