La danse africaine sur échasses: de la tradition au spectacle

Elle est spectaculaire dans les défilés en Occident. En Afrique, elle porte une signification traditionnelle et précise. Zoom sur la danse sur échasses.
102

La danse traditionnelle sur échasses est une danse traditionnelle africaine pratiquée dans plusieurs pays comme le Togo, le Mali, le Sénégal et la Guinée, mais aussi à l'ouest de la Côte-d'Ivoire où vivent les Dan et les Mahou.

La danse africaine sur échasses : une réjouissance

Aujourd'hui, c'est une danse de réjouissance qui rend hommage à un génie et à l'étrange pouvoir des échassiers. Traditionnellement, on doit son origine à l'ethnie Ifè, qui provient de la ville d'Atakpamé, au Togo. En pays Mahou, situé en Côte-d'Ivoire, on pratique cette danse en l'honneur d'un génie qui protège le village et qui apparaît à la suite de la mort d'un vieillard. Ce génie, symbolisé par l'échasse, transmet son pouvoir à un initié qui le remplace afin d'éviter le retour de l'esprit à chaque décès.

Durant la danse, l'initié possède alors sa pleine puissance à travers l'appel du tambour sur lequel on verse un peu du sang d'un boeuf immolé.

Technique des danseurs échassiers

Cette danse de réjouissance s'accompagne de musiciens. Les danseurs, qui se produisent ensemble au nombre de deux ou trois, apprennent les déplacements au sol avec la musique, ils pratiquent aussi en forêt. Une fois montés sur des échasses de deux ou trois mètres de haut, ils exécutent adroitement des mouvements, des acrobaties qui, entrecoupées par des pas rapides entre les différentes figures, défient les lois de l'équilibre.

Dans le mouvement Tchichikpa, le danseur tente de toucher son échasse avec sa tête en se pliant en arrière. Lorsque deux danseurs marchent à quatre pattes, ils imitent l'éléphant dans Adjénakourou . Certaines pirouettes requièrent l'aide d'une autre personne pour maintenir une barre de bois ou un pilon qui préviennent les chutes éventuelles.

Le costume du danseur sur échasses

Coiffé d'un bonnet conique en étoffe et orné de cauris, de cuir coloré et de tresses en tissu, le danseur, masqué, est habillé d'une grande chemise très ample en toile rayée blanche et bleue pour que les mains puissent rester à l'intérieur.

En-dessous d'une jupe en raphia fixée à la taille et ornée de clochettes à la ceinture, il porte un long pantalon jusqu'au niveau des supports pour les pieds où reposent les échasses. Celles-ci sont décorées avec un tissu différent, elles sont faites en nervures de palmier et sont rattachées au tibia du danseur qui a les genoux libres afin de mieux bouger.

Les musiciens

L'orchestre de musiciens qui accompagne les danseurs est composé uniquement d'instruments à percussion. Durant le spectacle, il y a trois joueurs de tambour, un tidi et deux badié , des joueurs de hochet avec sonnailles ou yado et des castagnettes métalliques, appelées yenon . Un choeur de femmes chante auprès des musiciens.

La danse sur échasses démontre la capacité de l'être humain de dominer les lois de la nature, de se soustraire provisoirement à la vie sur le sol et de se soumettre aux génies agraires. Comme les autres danses issues de ce continent, le rapport avec l'environnement est très marqué: " la danse africaine est très écologique dans ses principes" affirme Zab Maboungou, danseuse et chorégraphe contemporaine africaine.

Sur le même sujet