user_images/286229_fr_dsc_0561co.jpg

CLAUDE BIAO

Publié dans : Les articles Voyages & Découvertes de Claude BIAO

De l'Organisation de l'Unité Africaine à L'Union Africaine

Le 25 mai 2013, l'Union Africaine a fêté ses 50 années d'existence. Quelle est l'histoire de cette organisation panafricaine ?

Le 25 mai 2013, l’Union Africaine a fêté ses 50 années d’existence. Quelle est l’histoire de cette organisation panafricaine ? Depuis les pères fondateurs, cinquante ans d’un rêve à peine entamé.

Mai 1963, L’Organisation de l’Union Africaine (OUA)

Le fondement le plus profond de l’Organisation de l’Unité Africaine, ancêtre de l’Union Africaine, est incontestablement l’idée de Panafricanisme. Ce mouvement intellectuel, artistique – avec la négritude – puis politique, impulsé par Marcus Garvey et Burghard Du Bois, en même temps qu’il fut moteur de la lutte des États africains à l’indépendance (depuis le Vème Congrès de Manchester en 1945) ; conduisit aussi à la création le 25 mai 1963, de l’OUA. Trente pays africains étaient à l’origine de cette initiative. La nouvelle organisation ainsi créée se destinait à harmoniser les lignes de conduite politiques, économiques, scientifiques, militaires …etc de ses membres et à défendre l’indépendance et l’intégrité de leurs territoires récemment libérés du pouvoir colonial.

Juillet 2000, de l’OUA à l’Union Africaine (UA)

C’est principalement sous l’impulsion de l’ancien guide libyen Muammar al-Kadhafi que fut amorcée l’idée de transformation de l’Organisation de l’Unité Africaine en Union Africaine. En effet, partageant avec les pères fondateurs – Kwame Nkrumah, Hailé Sélassié, Sékou Touré entre autres – l’ambition de la création des États-Unis d’Afrique, Kadhafi estimait que la réalisation d’un tel projet passait par une consolidation de l’unité africaine et une meilleure efficacité de son organisation. Aussi, l’Acte Constitutif de l’Union Africaine fut-il adopté à Lomé (Togo) en juillet 2000. À Lusaka (Zambie), l’OUA ratifie lors de son 37ème sommet de juillet 2001, sa transformation en une Union Africaine qui fut pleinement mise en activité en 2002, année de la dissolution officielle de l’OUA. Et le président Sud Africain Thabo Mbéki en assuma la première présidence.

De l’OUA à l’UA, la structure administrative de l’organisation fluctue quelque peu. Les quatre organes interétatiques prioritaires de l’Union Africaine sont désormais la Conférence des Chefs d’État et de Gouvernement, le Conseil Exécutif, le Comité des représentants permanents et la Commission. Les règlements intérieurs de ces organes sont adoptés dès le sommet inaugural de Durban (Afrique du Sud, 2002). Mais il faut attendre le sommet de Maputo (Mozambique, 2003) pour que l’Union se dote d’un Conseil pour la Paix et la Sécurité et d’un Parlement Panafricain. Pourtant, au-delà de la structure, c’est bien de la continuité d’un rêve séculaire que l’Union Africaine hérite.

L’ambition constante de la création des États-Unis d’Afrique

L’ambition de la création des États-Unis d’Afrique existe depuis les années 1900, aux premières heures du mouvement panafricaniste. Cette idéologie qui prônait déjà l’unité solidaire des noirs dans et autour d’une terre qui est la leur, en impulsant la naissance de l’OUA, lui transmettait aussi son rêve fondateur. Ainsi l’idée d’une Afrique unie et forte, formée de pays indépendants a toujours dirigé les actions du prédécesseur de l’UA. C’est pourquoi elle a milité dès ses premières années pour l’indépendance des territoires encore sous domination coloniale (Angola, Mozambique, Guinée-Bissau…) ; et a tenté une conciliation entre les protagonistes des conflits africains de l’époque (Algérie-Maroc, Ghana-Haute Volta, Somalie-Kenya…). Même si toutes ses actions ne sont pas sanctionnées par le même succès (un échec cuisant sur la question biafraise par exemple) l’OUA lègue toutefois à l’UA son ambition originelle de création des États-Unis d’Afrique.

L’accélération de l’intégration économique et politique des 54 États membres (soit tous les pays africains sauf le Maroc) dans un contexte de mondialisation, la réponse adéquate aux questions de sécurité et de gestion des conflits, la pleine optimisation des ses organes… sont autant de défis auxquels l’institution doit faire face chaque jour pour aller à la réalisation de l’ambition de ses pères fondateurs. Mais aujourd’hui, 50 années après sa naissance, de nombreux chantiers restent ouverts.

À propos de l'auteur

user_images/286229_fr_dsc_0561co.jpg

CLAUDE BIAO

Apprendre, et apprendre encore
  • 4

    Articles
  • 3

    Séries
  • 0

    Abonnés
  • 0

    Abonnements

Poursuivez la discussion!