Ascension, l'alpinisme sublimé en manga

Seinen des éditions Delcourt / Akata, "Ascension" pose les valeurs et les dangers de l'alpinisme. Le manga serait-il vecteur d'une passion sportive ?
16

Les éditions Delcourt www.editions-delcourt.fr/catalogue/manga/ et leur branche dédiée au manga, Akata, ont décidément l’art de faire de bons choix éditoriaux. Le roman original de Jiro Nitta, « L’homme impassible » n’a jamais été traduit en français mais il a trouvé un merveilleux véhicule pour atteindre nos librairies.

Un roman devenu un manga.

A l’origine, cette histoire se déroule dans les années 1930 mais le scénariste Yoshio Nabeta

a transposé les personnages et le contexte, techniques y compris, à notre époque.

Sous le trait impeccable et savant de détails de Sakamoto Shin’ichi, Ascension nous présente l’éveil et la persévérance du jeune Buntarô Mori dans le monde de l’alpinisme.

Adolescent renfermé, refusant le contact avec les autres suite à un traumatisme, il intègre un nouveau lycée pour terminer son cycle d’études secondaires. Sitôt arrivé, son attitude excite les curiosités et plus particulièrement celle d’un voisin de classe féru de grimpe qui s’empresse de le taquiner. Si Buntarô veut avoir la paix, il devra escalader la façade de l’école ! Tenant plus que tout à sa tranquillité, le jeune homme entame une ascension qui va se prolonger toute sa vie. S’ensuivent des épreuves et le soutien de ceux qui vont lui enseigner l’art de l’alpinisme d’été, la volonté d’atteindre le domaine caché des espaces vierges que les hommes nomment « sommets des dieux ».

Une personnalité atypique qui est au départ banale pour un manga mais s’étoffe rapidement au fil des tomes, acceptant de renier ses principes de liberté et d’indépendance vis-à-vis des autres pour accéder à ses rêves.

L’âme du grimpeur.

Le scénario séduit par son originalité dans un domaine littéraire très codifié. Non seulement on s’attache facilement au personnage principal, admire sa détermination mais on en apprend beaucoup sur l’alpinisme. Descriptions de techniques et mises en scènes de situations en tous genres, même les plus dramatiques, « Ascension » se veut un récit sérieux et pédagogique auquel l’éditeur français ajoute son propre glossaire, tome après tome et des interviews des plus grands alpinistes japonais. Le graphisme de Sakamoto Shin'ichi illustre chacun de ces éléments, qu’il s’agisse du matériel, des parcours, des conditions climatiques, des paysages, des efforts physiques, ou encore du cheminement psychologique du jeune héros, rien n’échappe à la précision admirable du mangaka.

Un manga qui fait naître des vocations.

Qu’elles soient sérieuses ou non, les inscriptions en club d’escalade ont grimpé de 35% en 2010, année de la parution des trois premiers tomes. Delcourt ayant poussé jusqu’à marquer le second volume d’un macaron de recommandation par la FFME – Fédération Française de la Montagne et de l’Escalade www.ffme.fr/ , on peut spéculer à loisir ou simplement se réjouir de cet engouement très sain dès lors qu’il n’est pas une mode oubliant que la grimpe, en solo ou en équipe, reste un sport à risque.

Sur le même sujet