Cocoon à l'Olympia !

En ce mardi 26 avril 2011, le groupe Cocoon a su conquérir la salle mythique de l'Olympia. Grâce, humour, rythme et douceur étaient au rendez-vous.

Sous un surprenant soleil d'avril, les fans du groupe francophone qui ne chante qu'en anglais se sont installés dès 17h devant l'entrée de la salle de concert. La ferveur de ceux qui suivent le groupe depuis ses débuts fait plaisir à voir car, pour un groupe atypique et séduisant tel que Cocoon, se produire à l'Olympia deux soirs consécutifs est une belle récompense !

Audace en douceur.

La première partie fut assurée avec tact et talent par le groupe Tricot Machine dont l’énergie a éveillé les sens d’un public pourtant impatient de voir et d’entendre les têtes d’affiche. Une belle découverte, des textes français au parfum canadien, une invitation au voyage qui a fait écho à l’univers de Cocoon sans se départir de son identité.

Une pause de 20 minutes et les tant attendus Morgane Imbeaud et Marc Daumail sont arrivés sur la scène, lampe tempête en main, sobres et élégants, s’inscrivant dans un décor épuré au milieu duquel instruments et micros se mêlaient à une thématique marine, tel un bateau craquant, clin d’œil à leur dernier album « Where the oceans end ».

Un seul mot : communion.

Durant une heure trois quarts, Cocoon a alterné nouveaux et anciens titres, présentant des arrangements pour la scène avec cuivres et cordes, offrant des versions inédites des chansons connues de leur public. Ajouté à cela un humour et une complicité inchangé entre eux, avec les musiciens venus pour l’occasion, avec l’auditoire. Deux rappels sur plus d’une demi-heure, une reprise inédite sur scène de « American Boy », un solo de Morgane, une ovation après chaque chanson. Il est visible que Cocoon a pris confiance face au défi que représente la scène, maîtrise mieux encore sa rencontre avec le public, leur voix est plus présente, pus forte, les pics d'humour également.

Cocoon reste authentique, loin des clichés et des codes musicaux préfabriqués ces dernières années par les médias et certaines maisons de disques à seule fin de faire du chiffre. Le groupe n’oublie rien de son parcours, de ses débuts, ne se renie pas pour le succès. De fait, il n’en a pas besoin. On ressent un désir de partage avec le public, une proximité qui fait plaisir à voir et à laquelle on se sent immédiatement attaché. C’est ça, la magie Cocoon. Des mélodies tour à tout enjouées, mélancoliques, marquées de poésie, d’aventure et de tendresse à travers des textes en anglais. Une recette sobre qui fait mouche à chaque fois, sans oublier l’unisson de ces deux voix qui savent s’écouter pour mieux se répondre.

Que l'on se soit trouvé une maigre place dans la fosse ou offert une confortable place assise au balcon, impossible d'en rater une miette. La prestation du violoncelliste Olivier a particulièrement marqué, s'adaptant à l'atmosphère de chaque morceau, tour à tour folk, classique ou jazzy, et le jeu de lumières et de visuels transformant chaque morceau en une escapade différente s'est marié à la sobriété du décor comme autant de notes indispensables et légères.

En conclusion, une sortie de concert en version DVD et CD live sera sans nul doute attendue...!

Pour découvrir le groupe : www.frompandamountains.com/

Sur le même sujet