"A la source de l'antique : la collection Sergei Tchoban" à Paris

Cette exposition présentée jusqu'au 21 janvier 2012 à l'école nationale supérieure des Beaux-arts rend compte de l'engouement des artistes pour l'antiquité.

D’origine russe, Sergei Tchoban s’est intéressé très tôt à la période du retour à l’Antique au cours de laquelle Saint- Pétersbourg, sa ville natale, a trouvé sa forme actuelle.

Architecte et dessinateur reconnu, il a choisi de présenter à Paris dans le cadre prestigieux du cabinet Jean Bonna de l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts une partie de sa collection de dessins d’architecture inspirés de l’Antiquité.

Ainsi, il collectionne depuis une dizaine d’années des feuilles réalisées entre le milieu du XVIIIe siècle, moment de la redécouverte de l’Antiquité romaine et grecque, jusqu’au milieu du XIXe siècle qui voit l’apogée du style néo-classique en Europe centrale et orientale.

L’antiquité sert de support à l’imagination des artistes

L’antiquité donne naissance aux étonnantes recréations de la Rome impériale qui naissent dans l’esprit de Giambattista Piranèse. Fascinés par Rome, les artistes découvrent les richesses du Forum qu’ils décrivent sous différentes facettes comme en témoignent l’extraordinaire vue panoramique de Pierre-François-Léonard Fontaine, architecte français qui fut en fonction à la cour de Napoléon.

L’exposition illustre également la manière dont décors de scène et de fête servent à diffuser les modèles antiques en Europe.

L’Antiquité révélée, imaginée, sert également de source d’inspiration lorsqu’il s’agit de concevoir des édifices monumentaux. Le théâtre de Marseille dont Claude-Nicolas Ledoux propose un projet ; la banque d’Angleterre, par Sir John Soane.

De Rome à Saint- Pétersbourg

Six dessins de Giacomo Quarenghi permettent également d’admirer pour la première fois à Paris la diversité des talents de l’architecte majeur de l’absence d'ornementation (néo-palladianisme russe), ce style né de la réinterprétation de l’antique par Andrea Palladio, le plus célèbre des architectes vénitiens du XVIe siècle et qui servit de fondement à la Saint-Pétersbourg du XIXe siècle

Six dessins de Giacomo Quarenghi permettent d’admirer pour la première fois à Paris la diversité des talents de l’architecte majeur de l'absence d'ornemantation (néo-palladianisme russe), ce style né de la réinterprétation de l’antique par le plus célèbre des architectes vénitiens du XVIe siècle et qui servit de fondement à la Saint-Pétersbourg du XIXe siècle.

Ainsi, l’exposition d’une partie des dessins de la collection de Sergei Tchoban permet d’illustrer magistralement les rapports complexes et fascinants que les architectes et les artistes issus des Lumières entretiennent avec le patrimoine de l’Antiquité, et cela de Rome à Saint- Pétersbourg.

C’est à la source de cette Antiquité que les architectes de Saint-Pétersbourg se sont abreuvés. Les premières vues urbaines, les peintures de grand format de panoramas venues d’Italie, naissent dans la nouvelle capitale russe. L’exposition en présente quelques remarquables exemples.

Le Cabinet des dessins Jean Bonna

Avec près de 20 000 dessins, le cabinet des dessins possède, après le musée du Louvre, la collection la plus prestigieuse tant d’un point de vue quantitatif que qualitatif.

Constitué de feuilles exceptionnelles, où les maîtres tels Léonard de Vinci, Raphaël, Rubens, Poussin ou Boucher se côtoient, le fonds couvre une période plus large allant de la Renaissance à nos jours. Grâce au mécénat de Jean Bonna, un cabinet de dessins prend place au sein du palais des études en janvier 2005.

Trois expositions par an sont organisées. Une politique d’acquisitions dynamique est menée depuis quelques années. A cette fin, le Cabinet des amateurs de dessins de l’Ecole des Beaux-arts, a pour mission d’enrichir les collections de dessins, mais également de participer au rayonnement de ses activités.

L’Ecole nationale supérieure des Beaux-arts

Etablissement public à caractère administratif sous tutelle du Ministère de la Culture et de la Communication, l’Ecole des beaux-arts développe une formation originale basée sur le travail en atelier, la diversité des pratiques et l’échange avec l’étranger.

L’Ecole accorde une grande importance aux nouvelles technologies comme à la transmission des techniques les plus patrimoniales, ainsi qu’aux enseignements théoriques d’un haut niveau.

L’Ecole des Beaux-arts représente plus de 500 étudiants, 100 professeurs, artistes enseignants et techniciens. , plus de 60 accords d’échanges internationaux avec les plus grandes écoles d’art dans le monde entier, une médiathèque proposant, en libre accès, 45 000 ouvrages, des collections de plus de 450 000 œuvres et plusieurs expositions patrimoniales et d’art contemporain chaque année.

Renseignements pratiques

  • Ecole Nationale Supérieure des Beaux-arts de Paris
  • Cabinet des dessins Jean Bonna
  • 14, rue Bonaparte 75006 Paris

Sources d’Information

  • Visite du Cabinet des Dessins Jean Bonna
  • Catalogue de l’exposition : A la source de l’Antique, la collection Sergei Tchoban, Beaux-arts de Paris les éditions.
  • www.beauxartsparis.fr

Sur le même sujet