user_images/35715_fr_fiancaille.jpg

COLETTE WEINSTEIN

Publié dans : Les articles Loisirs & Sorties de Colette Weinstein

En 2013, le Domaine de Seaux fête André Le Nôtre

Pour célébrer le 400e anniversaire de la naissance du célèbre jardinier, le Conseil général des Hauts-de-Seine propose diverses animations culturelles.

Le Domaine de Sceaux, bien qu’éloigné géographiquement de la vallée de la Seine, est pleinement inscrit dans le patrimoine historique, culturel et naturel du département et profite de cette volonté. Ce site de 180 hectares est un savant mélange de passé et de présent, de tradition et de modernité, de nature et de culture.

Il est créé par Jean-Baptiste Colbert, grand ministre de Louis XIV, est composé de bâtiments pour la plupart classés monuments historiques, de jardins réguliers et d’un grand parc.

Le musée de l’Île-de- France se déploie dans les différents bâtiments et raconte les richesses de ce vaste domaine au sein de l’histoire de la région parisienne.

2013, l’année Le Nôtre

Voici 400 ans naissait le prestigieux paysagiste du Roi-Soleil, maître du jardin classique "à la française". C’est à Sceaux que le créateur des décors végétaux de Versailles et de Vaux-le-Vicomte a donné toute la mesure de son talent.

Le décor ancien du parc a été détruit à la Révolution et sa surface a été réduite de vingt pour cent à la fin des années 1920 mais les vastes perspectives dessinées par Le Nôtre ont été préservées et il reste aujourd’hui l’un des plus beaux lieux de promenade de la couronne parisienne.

Dans ce parc, aménagé pour Jean-Baptiste Colbert, André le Nôtre sera célébré tout au long de l’année. Découvrez la programmation complet, en "cliquant ICI".

La réintroduction des parterres de broderies et de gazon dans le parc a pour objectif de renforcer la dimension historique du Domaine

Le Conseil général des Hauts-de-Seine célèbre le 400e anniversaire de la naissance d’André Le Nôtre (1613-1700) avec la restauration des parterres de broderies et de gazon, des conférences, des visites guidées, des spectacles, des expositions…

Il a entrepris depuis plusieurs années la restauration des bâtiments et des jardins ; le château, le Pavillon de l’Aurore, les Écuries, bientôt l’Orangerie, et certaines parties du parc et de ses alignements ont fait l’objet de travaux.

De la grande perspective du château, qui s’ouvre sur l’axe historique reliant le parc de Sceaux au parc de la Vallée-aux-loups, seul le tracé demeure.

La composition qu’André Le Nôtre avait mise en place répond aux contraintes du site et reprend les éléments d’un jardin classique harmonieux

Dans le cadre de la revalorisation du Domaine de Sceaux et de la "grande perspective du château", le projet de réintroduction des parterres de broderies et de gazon se définit en termes de conception paysagère, historique et fonctionnelle.

La qualité paysagère d’ensemble de cette grande perspective ouest est encore aujourd’hui bien établie, mais elle a perdu son organisation hiérarchisée conçue par Le Nôtre.

Deux compositions de parterres ont été conçues par André le Nôtre : l’une entre 1670 et 1683, Jean Baptiste Colbert était alors propriétaire du domaine, et la seconde, après l’acquisition de terrains par son fils, le Marquis de Seignelay, entre 1683 et 1690.

Trois niveaux couvrent une superficie d’environ 10 hectares : le parterre haut, le parterre bas (entre le Grand canal et la demi-lune) et la plaine des Quatre Statues.

Le programme de restauration se compose de trois étapes

  • Le parterre haut : le rétablissement des motifs de broderies
Conformément aux grands principes de composition des jardins classiques de la fin du XVIIème siècle, les parterres les plus proches du Château sont les plus raffinés et les plus « peignés », avec une délicate association de motifs de broderies, d’enroulements et de volutes enchâssés dans une compartimentation géométrique.

  • Le parterre bas : le rétablissement de la compartimentation et des pièces coupées
Les dimensions décroissantes des compartiments, vers l’ouest, sont étudiées pour accélérer l’effet perspectif. Les étroites banquettes de gazon ponctuées d’ifs taillés renforcent les lignes de fuite, tant vers l’ouest (plaine des Quatre Statues) que vers le sud (Grand canal). Les restaurations vont permettre de rétablir une composition géométrique, conforme à l’esprit de Le Nôtre.

  • La Demi-lune : la restauration ponctuelle des composantes
À la fin du XVIIe siècle, la Demi-lune était une vaste esplanade sablée bordée d’un double alignement d’arbres. Sa compartimentation a été engagée dès le début du XVIIIème siècle. L’arc de grands ifs taillés en cône, adossé à un bahut régulier composé d’ifs taillés, fait aujourd’hui partie intégrante de cette composition.

Pour en savoir plus sur l'année Le Nôtre, lire

Source d’information et renseignements pratiques

À propos de l'auteur

user_images/35715_fr_fiancaille.jpg

COLETTE WEINSTEIN

Rédactrice de plus de 750 articles parus sur le site "Suite101.fr", dont
  • 837

    Articles
  • 24

    Séries
  • 1

    Abonnés
  • 0

    Abonnements

Poursuivez la discussion!